Partager

Colique du cheval - Symptômes, prévention et que faire

Colique du cheval - Symptômes, prévention et que faire

Voir les fiches de Chevaux

La colique équine est la première cause de mortalité des chevaux et de nombreux tuteurs de chevaux doivent faire face à cette maladie plus que fréquente chez le cheval adulte. Le syndrome de la colique du cheval se définit par des douleurs abdominales aux origines variées.

Le cheval est un animal hypersensible et les manifestations extérieures de colique peuvent être impressionnantes. Certaines spécificités du cheval peuvent compliquer le tableau clinique ; un cheval ne peut pas vomir, ce qui fait que l'aliment qui arrive à son estomac est obligé de suivre sa route dans le tube digestif. En plus, certains parasites comme les strongles peuvent causer un rétrécissement des artères du système digestif, ce qui peut empirer gravement le tableau clinique.

Environ 10% des chevaux ayant une colique requièrent de la chirurgie. Dans tous les cas, le syndrome de colique du cheval, pour sa gravité et sa fréquence, est une des pathologies équines avec laquelle il faut le plus faire attention. Dans cet article Colique du cheval - Symptômes, prévention et que faire de PlanèteAnimal nous vous expliquerons tout ce que vous devez savoir à propos de la colique chez le cheval.

Cela pourrait aussi vous intéresser : Types de coliques chez les chevaux

Symptômes de la colique du cheval

La colique, ou syndrome colique, se définit comme une douleur abdominale, généralement d'origine intestinale et, moins fréquemment, d'origine rénale. Les détecteurs nerveux ultrasensibles des intestins réagissent au moindre mal-être qui peut s'exprimer de manières différentes selon le cheval.

L'intensité des symptômes n'est pas nécessairement en lien avec la gravité du problème, certains chevaux sont très expressifs, voire un peu "acteur", et ils exagèrent leur manifestation de douleur, alors que d'autres essaient plutôt de dissimuler leur mal-être. Certains symptômes doivent attirer votre attirer votre attention et vous amener à suspecter une colique chez votre cheval :

  • Votre cheval manque d'appétit mais son ventre semble être gonflé, il peut être léthargique ou, au contraire, agité, et il ne fera pas attention à ce qui l'entoure.
  • Il est anormalement inquiet : il se couche, se lève, ou il peut incliner la tête en regardant le sol comme s'il voulait se pencher.
  • Son regard est anxieux, il peut bailler, il peut faire le flehmen (retrousser la lèvre supérieure en montrant la partie intérieure et la muqueuse de cette dernière).
  • En général, tout changement de comportement chez votre cheval devrait vous attirer l'attention.

Il n'est pas rare qu'un cheval souffrant de colique se mette en position pour uriner mais que rien ne sorte, raison pour laquelle les tuteurs de chevaux appellent fréquemment le vétérinaire en lui disant "mon cheval n'arrive pas à uriner", dans la plupart des cas, le cheval n'a pas un problème de miction mais il a une colique.

Il gratte le sol de manière bizarre avec ses pattes avants, il se roule au sol pour essayer de soulager sa douleur, et il se couche sur le dos ce qui tend à soulager surtout les poulains. Les selles peuvent être molles ou inexistantes, dans certains cas où le cheval est en état de choc, il aura les extrémités froides et les membranes muqueuses cyanotiques, c'est-à-dire que ses muqueuses adopteront une couleur bleutée, et son pouls sera rapide.

Gardez à l'esprit qu'un cheval souffrant d'une colique peut devenir violent à cause de la douleur, il peut donner des coups ou se laisser tomber au sol d'un coup, ne laissez aucun enfant s'approcher d'un cheval ayant une colique.

Colique du cheval - Symptômes, prévention et que faire - Symptômes de la colique du cheval

Mon cheval a une colique : quand appeler mon vétérinaire ?

La colique est toujours une urgence : prévenez votre vétérinaire immédiatement pour qu'il examine votre cheval et qu'il détermine la cause afin d'intervenir le plus vite possible.

Bien que certains troubles comme la colique puissent être une gêne temporaire, la réaction du cheval amène forcément à penser à quelque chose de plus grave. Le plus important est de soulager la douleur de votre cheval pour qu'il ne se fasse pas mal et qu'il ne se roule pas ; vous devez contacter votre vétérinaire le plus vite possible afin qu'il lui administre un sédatif.

Que faire pendant que j'attends le vétérinaire ?

Un cheval avec une colique qui est couché ou qui se roule peut augmenter le risque de rupture ou de torsion intestinale. S'il n'est pas debout, l'examen du vétérinaire et son intervention seront limités. S'il accepte, il faut que vous essayiez de le faire marcher tranquillement car ça favorise la motilité du système digestif tout en stimulant le transit, ce qui peut aider et favoriser l'expulsion de gaz.

Gardez à l'esprit qu'une part importante des décès de chevaux pour colique est due au fait que le cheval plie brutalement ses pattes antérieures à cause d'une douleur aiguë et qu'il se laisse violemment tomber sur le sol, ce qui peut causer des ruptures gastriques ; raison pour laquelle si votre cheval refuse catégoriquement de se lever, il vaut mieux ne pas le forcer.

Si notre article Colique du cheval - Symptômes, prévention et que faire vous intéresse parce que vous venez d'adopter un cheval, laissez-nous vous recommander quelques idées de noms pour chevaux mâles et femelles.

Colique du cheval - Symptômes, prévention et que faire - Que faire pendant que j'attends le vétérinaire ?

Traitement de la colique du cheval

Dans un premier temps, votre vétérinaire réalisera un examen général de votre cheval afin d'évaluer des paramètres comme :

  • Sa fréquence cardiaque
  • Sa fréquence respiratoire
  • Sa température rectale
  • La température de ses extrémités
  • La coloration de ses muqueuses
  • Son niveau de déshydratation
  • Ses sons intestinaux

Il peut aussi procéder à un examen rectal afin de déterminer la position, la taille et la mobilité des organes. Il peut ainsi déterminer la présence d'un bouchon, d'une accumulation de gaz ainsi qu'une zone douloureuse.

Dans certains cas le vétérinaire peut réaliser une intubation naseau-gastrique avec une sonde : il passe la sonde par un naseau afin d'arriver à l’œsophage et ensuite à l'estomac. Cette technique lui permet de déterminer si l'estomac est surchargé d'eau et d'aliments et procéder ainsi à sa décompression. En plus, ça lui permet d'introduire directement des médicaments dans son estomac.

Une fois le diagnostic posé, le vétérinaire décide s'il peut traiter votre cheval chez vous ou,dans les cas où le cas est plus grave, s'il doit être transféré à une clinique afin de réaliser des analyses sanguines. Si la colique est traitable "in situ" le vétérinaire lui donnera des analgésiques afin de le soulager.

Une fois que le vétérinaire est parti, vous devrez garder un oeil sur votre cheval durant plusieurs jours afin faire gaffe à une possible récidive, spécialement une fois que l'analgésique ne fonctionnera plus. Il faudra faire jeûner votre cheval un temps avant de recommencer à lui donner progressivement de la nourriture. Le temps de jeûne et de repos dépendra de votre vétérinaire, il faudra que vous suiviez ses recommandations et indications à la lettre.

Que votre cheval mange et défèque à nouveau n'est pas suffisant : tous les paramètres déterminés par votre vétérinaire durant l'examen de votre cheval doivent revenir à des valeurs normales avant de considérer qu'une colique est finie.

Colique du cheval - Symptômes, prévention et que faire - Traitement de la colique du cheval

Causes et prévention de la colique du cheval

Concluons notre article Colique du cheval - Symptômes, prévention et que faire en vous parlant de la prévention de la colique du cheval ainsi que des causes de la colique du cheval.

Les coliques sont des urgences vétérinaires, en effet, environ 5% des coliques sont très graves et peuvent causer la mort du cheval. 90% des coliques du cheval sont d'origine digestive et 10% sont d'origine extra-digestive, elles peuvent avoir une origine utérine ou urinaire. Comprendre les facteurs déclencheurs des coliques est primordial, non seulement pour un bon traitement, mais aussi afin de prévenir les coliques et réduire le risque au maximum.

Quand la cause est digestive, la colique peut être due à un encombrement, qui est une accumulation d'aliments qui forment un bouchon, une dilatation d'organe, un déplacement ou une torsion intestinale. Ces pathologies digestives peuvent être dues à un changement d'alimentation, aux abreuvoirs qui gèlent en hiver, au stress.

  • La cause la plus fréquente de colique est le parasitisme : la migration des larves des strongles blesse la paroi intestinale riche en vaisseaux sanguins. Ces vaisseaux sont obstrues et ils n'irriguent plus correctement l'intestin, ce qui cause énormément de douleur au cheval. On suspecte également que les vers plats peuvent aussi causer des coliques. Vous devez vermifuger votre cheval régulièrement, de 2 à 4 fois par an, en alternant les produits pour ne pas créer de résistances.
  • Certains chevaux ont fréquemment des coliques alors que certains n'en ont jamais, si votre cheval a tendance à souffrir de coliques, vous devrez peut-être ré-évaluer son alimentation, sa dose d'exercice ainsi que son mode de vie. Par exemple, un cheval qui a des coliques à répétition depuis quelques semaines, le vétérinaire, en parlant avec les tuteurs du cheval, se sont rendus compte que les problèmes ont commencé après le changement de nourriture ; la qualité du foin ne convenait pas à ce cheval.
  • La transition alimentaire est extrêmement importante quand arrive l'hiver et que vous passez votre cheval du pré au box ou quand arrive le printemps et que vous le lâchez dans une prairie. Son système digestif contient une flore composée de bonnes bactéries et d'enzymes qui sont différentes selon le régime du cheval. Un changement trop rapide de nourriture ne permet pas à votre cheval de s'adapter et il n'arrivera pas à digérer correctement les aliments, ce qui lui provoquera des diarrhées, des crampes intestinales et des coliques. Pensez à faire un changement de nourriture progressif, en quelques jours, au moins. Si vous voulez en apprendre plus sur l'alimentation du cheval, c'est par ici : Que mange un cheval ?
  • La cause peut être dans l'eau : il est important que vous vous assuriez que votre cheval ait toujours accès à de l'eau fraîche et propre. En hiver, vous devez faire gaffe que les tuyaux ne gèlent pas. Le manque d'eau cause de la déshydratation qui affectera les organes du système digestif, dans ce cas les selles seront dures et sèches, par conséquent le transit intestinal se ralentira. Si vous avez réalisé que le manque d'eau était la cause, il faudra que vous lui donniez de l'eau tempérée en plusieurs prises. Effectivement, une trop grande quantité d'eau d'un coup ou de l'eau froide peut faire empirer une colique. Gardez également à l'esprit qu'un cheval habitué à boire dans un cube ne comprendra pas directement le fonctionnement des abreuvoirs automatiques : il faudra que vous lui appreniez et vous devrez vérifier qu'il boit bien en contrôlant le compteur à eau.
  • De nombreuses coliques ne se produiraient pas si le cheval était dans une prairie : si votre cheval est en box, vous devez lui faire faire suffisamment d'exercice et vous assurer qu'il mange suffisamment de fibres et qu'il mange des petites portions de nourritures fréquemment. Effectivement, le cheval a un petit estomac et il vaut mieux qu'il mange au moins deux fois par jour, voire trois, plutôt qu'un gros repas. D'une autre part, vous devez aussi vérifier l'état de ses dents régulièrement : des dents en mauvaise état ne permettent pas une bonne mastication et peuvent donc être un facteur à risque.

En appliquant ces conseils vous devrez réussir à réduire le risque de colique chez votre cheval et s'il a une colique, vous saurez que faire et comment la reconnaître.

Colique du cheval - Symptômes, prévention et que faire - Causes et prévention de la colique du cheval

Cet article est purement informatif, sur PlanèteAnimal nous n'avons pas les compétences pour prescrire des traitements vétérinaires ni réaliser aucun diagnostic. Nous vous invitons à amener votre animal chez le vétérinaire s'il présente les symptômes d'une fébrilité ou d'une maladie.

Si vous souhaitez lire plus d'articles semblables à Colique du cheval - Symptômes, prévention et que faire, nous vous recommandons de consulter la section Problèmes intestinaux.

Écrire un commentaire

Ajouter une image :
Clique pour ajouter une photo à ton commentaire
Qu'avez-vous pensé de notre article?

Colique du cheval - Symptômes, prévention et que faire
1 sur 5
Colique du cheval - Symptômes, prévention et que faire

Retour en haut