menu
Partager

Le réseau trophique marin

 
Le réseau trophique marin

Une réseau trophique est un ensemble de chaînes alimentaires qui relie les différents maillons qui la composent.

La caractéristique de cette chaîne alimentaire est qu'un maillon se nourrit du précédent, et en même temps, est la nourriture du maillon suivant. Pour cette raison, lorsqu'un maillon s'affaiblit, ceux qui étaient jusqu'à présent sa nourriture, prolifèrent. Les tortues de mer sont un bon exemple, car leur disparition progressive a provoqué une augmentation exponentielle des méduses dont les tortues se nourrissent.

Dans la suite de cet article de PlanèteAnimal nous vous parlons des maillons qui composent le réseau trophique marin. Lisez cet article jusqu'à la fin !

Cela pourrait aussi vous intéresser : Chaîne alimentaire marine

Premier maillon du réseau trophique marin

Le soleil, ou pour être plus exact la lumière du soleil, est la nourriture initiale du premier maillon du réseau alimentaire marin.

Les premiers organismes primaires de cette chaîne captent leur énergie de cette lumière. Ils sont appelés autotrophes. Les organismes autotrophes métabolisent leur nourriture par photosynthèse à la lumière du soleil et par des réactions chimiques provoquées par le dioxyde de carbone et les minéraux dissous dans l'eau et l'air. Le phytoplancton est le premier maillon de la chaîne alimentaire marine. Ce sont de minuscules plantes autotrophes.

Le réseau trophique marin - Premier maillon du réseau trophique marin

Le zooplancton, le deuxième maillon du réseau trophique

Le zooplancton correspond à de minuscules animaux herbivores qui se nourrissent de phytoplancton. C'est le deuxième maillon de la chaîne alimentaire marine. Le krill, d'autres crustacés et d'autres poissons se nourrissent de zooplancton et sont à leur tour l'alimentation d'autres poissons plus grands. Ces êtres sont le troisième maillon du réseau trophique marin.

Le réseau trophique marin - Le zooplancton, le deuxième maillon du réseau trophique

Les poissons grégaires, le troisième maillon du réseau trophique

Les alevins nouveau-nés issus des œufs éclos d'innombrables espèces marines se nourrissent de zooplancton, de krill et d'êtres appartenant à ces maillons primaires qui constituent la large base de la pyramide trophique marine.

Les sardines et autres poissons similaires se nourrissent de plancton qu'ils filtrent à travers leurs branchies. Ces poissons sont grégaires et se rassemblent dans d'immenses bancs.

Le réseau trophique marin - Les poissons grégaires, le troisième maillon du réseau trophique

Quatrième maillon du réseau trophique marin

C'est le lien qui nourrit la majorité des prédateurs marins tels que les dauphins, les barracudas, les thons, les bars, les phoques et d'innombrables prédateurs marins de différentes tailles. Ils sont le quatrième maillon du réseau trophique marin.

Le réseau trophique marin - Quatrième maillon du réseau trophique marin

Cinquième maillon du réseau trophique marin

Le cinquième et dernier maillon de la chaîne alimentaire marine est constitué des grands prédateurs carnivores qui peuplent les océans et les mers terrestres. Ces poissons et mammifères (requins, épaulards et ours polaires en sont des exemples) se nourrissent de spécimens de taille moyenne ainsi que de poissons grégaires.

Un exemple serait le suivant : les sardines sont mangées par les thons, et les thons sont la proie des requins et des orques, qui attaquent également les bancs de sardines, harengs, calamars, etc.

Le réseau trophique marin - Cinquième maillon du réseau trophique marin

Parasites

Dans les étapes de la chaîne trophique, il existe de nombreux parasites (rémoras, patelles, poux du poisson), qui se nourrissent des résidus des animaux qu'ils parasitent.

Les baleines, malgré leur taille imposante, se nourrissent de phytoplancton et de zooplancton, transportant une multitude de crustacés et gastéropodes attachés à leur corps qui se nourrissent de leurs déchets. Un autre exemple bien connu est le poisson rémora et le poisson pilote qui accompagnent les requins et se nourrissent de leurs déchets.

Il y a aussi des poissons nettoyeurs. Ces poissons se nourrissent des parasites qui peuplent l'épiderme d'autres gros poissons, et pénètrent même dans leur bouche pour les débarrasser des débris et des parasites internes.

Le réseau trophique marin - Parasites

Vous êtes arrivé à la fin de notre article ! Nous espérons vous avoir informé davantage sur le réseau trophique marin. À bientôt sur PlanèteAnimal !

Si vous souhaitez lire plus d'articles semblables à Le réseau trophique marin, nous vous recommandons de consulter la section Curiosités du monde animal.

Écrire un commentaire

Ajouter une image :
Clique pour ajouter une photo à ton commentaire
Qu'avez-vous pensé de notre article?

Le réseau trophique marin
1 sur 7
Le réseau trophique marin

Retour en haut