menu
Partager

Paralysie laryngée chez le chien - Symptômes, causes et traitement

 
Par Cristina Pascual. 23 novembre 2021
Paralysie laryngée chez le chien - Symptômes, causes et traitement

Voir les fiches de Chiens

La paralysie laryngée est une pathologie qui affecte les voies respiratoires supérieures dans laquelle les cartilages du larynx ne s'ouvrent pas (abduction) correctement pendant l'inspiration. Elle peut être d'origine congénitale ou acquise et peut être unie ou bilatérale. Chez les animaux asymptomatiques, aucun traitement n'est nécessaire. Cependant, chez les spécimens chez qui la maladie provoque une insuffisance respiratoire qui compromet la qualité de vie et le bien-être de l'animal, un traitement chirurgical sera nécessaire.

Si vous voulez en apprendre plus à propos de la paralysie laryngée chez le chien, il ne nous reste plus qu'à vous souhaiter une excellente lecture de notre article Paralysie laryngée chez le chien - Symptômes, causes et traitement de PlanèteAnimal !

Cela pourrait aussi vous intéresser : Trachéite chez le chien - Symptômes, causes et traitement

Qu'est-ce que la paralysie laryngée chez le chien ?

La paralysie laryngée est une altération obstructive des voies respiratoires supérieures dans laquelle les cartilages aryténoïdes du larynx ne s'ouvrent pas correctement durant l'inspiration à cause d'une perte d'innervation du muscle cricoaryténoïdien dorsal.

Le muscle cricoaryténoïdien dorsal est responsable du mouvement du larynx. Lorsque l'innervation de ce muscle est perdue, sa contraction est inhibée et il s'atrophie. En conséquence, les cartilages aryténoïdes du larynx ne s'ouvrent pas correctement et la glotte (ouverture du larynx) se rétrécit pendant l'inspiration, ce qui augmente l'effort inspiratoire.

En fonction des muscles affectés, on distingue les types suivants de paralysie laryngée chez le chien :

  • Si juste le muscle cricoaryténoïdien dorsal d'un côté du larynx est touché (unilatéral), on parle d'hémiplégie laryngée.
  • Si les muscles des deux côtés du larynx sont touchés (bilatéraux), on parle de paralysie complète.

Il convient de préciser que la paralysie laryngée est l'une des altérations qui peuvent faire partie du syndrome brachycéphale, puisqu'elle est présente chez 30 % des chiens souffrant de ce syndrome.

Symptômes de la paralysie laryngée chez le chien

Les symptômes cliniques que l'on peut retrouver chez les chiens atteints de paralysie laryngée sont :

  • Stridor laryngé : caractérisé par un son respiratoire anormal qui se produit lors de l'inspiration. Lorsque la glotte se rétrécit, la résistance au flux d'air augmente et des turbulences sont générées, ce qui provoque ce qu'on appelle un stridor laryngé.
  • Intolérance à l'effort : dans certains cas, une syncope peut survenir.
  • Dysphagie : difficulté à avaler. Des quintes de toux fréquentes pendant l'ingestion d'aliments ou d'eau. Chez certains animaux, une pneumonie par aspiration peut se produire à cause du passage d'aliments dans les voies respiratoires.
  • Altération de la phonation : des changements seront détectés dans l'aboiement habituel, ce qui peut conduire, dans certains cas, à de l'aphonie.
  • Dyspnée inspiratoire : difficulté respiratoire affectant uniquement la phase inspiratoire de la respiration.
  • Tachypnée : augmentation de la fréquence respiratoire.
  • Cyanose : coloration bleutée des muqueuses due à une oxygénation insuffisante du sang.

Le symptôme clinique le plus fréquent est le stridor laryngé (présent dans 97 % des cas), suivi par l'intolérance à l'effort (87 %), la dysphagie (41 %) et la variation de la phonation (39 %).

Il convient de préciser que la symptomatologie peut s'aggraver à cause d'un exercice trop intense, d'une situation de stress trop importante ou de températures humides et chaudes.

Causes de la paralysie laryngée chez le chien

La paralysie laryngée peut être de deux types :

  • Congénitale : lorsque les chiens naissent avec cette pathologie.
  • Acquise : lorsque les chiens développent une paralysie laryngée au cours de leur vie en raison aussi différentes que variées.

Paralysie laryngée congénitale

Apparaît chez des races comme le Husky sibérien, le Rottweiler, le Bouvier des Flandres, le Bull Terrier et le Dalmatien. Dans certains cas, il a été démontré qu'un gène autosomique dominant est responsable de l'héritabilité de la maladie.

Les chiens atteints de paralysie laryngée congénitale sont affectés dès la naissance, bien que les symptômes associés à cette affection n'apparaissent généralement pas avant l'âge de 5-8 mois.

Paralysie laryngée acquise

Elle se produit chez des races comme le Labrador retriever, le Golden retriever, le Saint Bernard ou le Setter irlandais. Elle est bien plus fréquente que la forme congénitale de la maladie.

Les causes qui peuvent provoquer une paralysie laryngée chez le chien sont très variées :

  • Traumatisme (morsures, blessures, corps étrangers, chirurgie) affectant le nerf laryngé récurrent.
  • Compression du nerf laryngé récurrent par des néoplasmes thyroïdiens, des masses ou des abcès dans le cou ou le médiastin.
  • Hypothyroïdie.
  • Polymyosite ou myasthénie grave.
  • Polyneuropathies d'origine métabolique, toxique ou infectieuse.
  • Causes à médiation immunitaire.

Il faut toutefois garder à l'esprit que dans la plupart des cas, la cause qui déclenche la paralysie n'est pas connue, mais qu'il s'agit souvent d'une pathologie idiopathique, c'est-à-dire d'origine inconnue.

Votre chien respire mal ? C'est par ici !

Diagnostic de la paralysie laryngée chez le chien

Le diagnostic de la paralysie laryngée chez le chien doit se baser sur les points suivants :

  • Examen physique, avec une attention particulière sur l'examen neurologique qui permet d'évaluer d'éventuelles myopathies ou neuropathies. L'examen neurologique doit rechercher des symptômes tels qu'une faiblesse ou une parésie, une diminution des réflexes spinaux ou une atrophie musculaire.
  • Laryngoscopie (endoscopie au niveau du larynx) pour constater que lors de l'inspiration les cartilages aryténoïdes du larynx ne s'ouvrent pas (abduction). En plus, elle permet d'observer un manque de tonicité des cordes vocales et une perturbation des tissus adjacents avec œdème et érythème. La laryngoscopie doit être réalisée sous sédation légère, car une sédation profonde annulera les réflexes laryngés et entraînera un diagnostic faussement positif.
  • Radiographies du thorax afin de rechercher d'autres anomalies musculaires (comme un mégaoesophage), des masses médiastinales ou intrathoraciques et des pneumonies d'aspiration.
  • Analyses sanguines avec profil thyroïdien : il est important d'exclure l'hypothyroïdie comme cause de la paralysie, car dans ces cas, le traitement n'inverse pas la paralysie. Des tests de laboratoire spécifiques peuvent être effectués afin de détecter les maladies neuromusculaires généralisées ou la myasthénie grave.

Il faut savoir que la prise en charge de ces chiens en clinique vétérinaire doit être particulièrement prudente, car les situations stressantes peuvent déclencher une crise cyanosée.

Paralysie laryngée chez le chien - Symptômes, causes et traitement - Diagnostic de la paralysie laryngée chez le chien

Traitement de la paralysie laryngée du chien

L'hémiplégie ou la paralysie unilatérale ne sont généralement pas traitées car elles ne mettent pas la vie du chien en danger. Cependant, en cas de paralysie complète ou bilatérale, il faut recourir à un traitement chirurgical, car les animaux présentent souvent une insuffisance respiratoire modérée à sévère qui compromet fortement leur qualité de vie et leur bien-être.

Il existe actuellement plusieurs techniques chirurgicales pour traiter la paralysie laryngée chez le chien. Les trois plus importantes sont :

  • Latéralisation uni ou bilatérale du cartilage aryténoïde ou "tie back"
  • Ventriculocordectomie
  • Laryngectomie partielle

Toutes ces interventions ont pour but d'élargir la glotte (ouverture laryngée) afin de faciliter le passage de l'air. L'ouverture doit être suffisante pour permettre le passage de l'air, mais pas excessive, car cela pourrait augmenter le risque de pneumonie par aspiration. Par conséquent, les techniques chirurgicales trop agressives doivent être mises de côté. Présentement, la technique de choix est la latéralisation unilatérale du cartilage aryténoïde avec des sutures à faible tension. La ventriculocordectomie et la laryngectomie partielle donnent toutes deux des résultats incohérents avec un taux de complications élevé et sont donc des techniques moins recommandées pour ce type de problème.

Postopératoire

  • Une fois la chirurgie passée, il faut prendre en compte les soins postopératoires suivants :
  • Il est important de mettre en place ce qu'on appelle "une récupération anesthésique en douceur" car elle permettra d'éviter du stress chez le chien. Durant la période postopératoire immédiate, il est prioritaire d'assurer une oxygénation correcte du patient.
  • Un traitement par corticostéroïdes doit être instauré pour réduire le risque d'œdème et de gonflement du larynx.
  • Après 24 heures, une petite quantité d'eau doit être offerte à l'animal. Si son ingestion est bien tolérée par le chien, on peut commencer à lui donner à manger de la nourriture humide. Après deux semaines, on peut commencer à lui donner à manger de la nourriture sèche. Si l'alimentation sèche n'est pas tolérée (toux, dysphagie, etc.), l'alimentation humide doit être poursuivie pendant deux semaines supplémentaires. Si l'on suit un régime alimentaire maison, il faut qu'il soit doux et que sa composition soit basée sur des aliments hautement digestibles.
  • Bien que l'amélioration de l'insuffisance respiratoire soit généralement immédiate, l'exercice physique doit être limité pendant 3 semaines,
  • Il est préférable d'utiliser un harnais plutôt qu'un collier pour les promenades.

Complications postopératoires

Pendant le postopératoire, il faut faire gaffe aux possibles complications, car elles se produisent dans presque 35% des cas. Les principales complications sont :

  • Œdème du larynx dû à une manipulation excessive. Pour éviter cette complication, une corticothérapie est généralement instaurée en postopératoire.
  • Complications mineures : maintien de la toux ou du stridor, intolérance à l'effort, vomissements ou sérome.
  • Complications majeures : pneumonie par aspiration (le risque est plus élevé pendant les premiers jours suivant l'opération, mais il demeure tout au long de la vie, car l'ouverture plus grande du larynx peut favoriser le passage d'aliments dans les voies respiratoires).

Pronostic

Bien que les complications post chirurgicales soient assez fréquentes, la plupart d'entre elles ne sont pas graves et le pronostic à court et moyen terme est plutôt bon. En effet, près de 90 % des tuteurs de chiens souffrant de paralysie laryngée constatent une nette amélioration clinique de leur compagnon après l'opération.

Il faut cependant tenir compte du fait que la présence d'autres pathologies concomitantes (néoplasmes, méga œsophage, polyneuropathies, etc.) aggrave le pronostic de ces patients.

Comment prévenir la paralysie laryngée du chien ?

Dans le cas de la paralysie laryngée congénitale, il a été prouvé que certaines races ont un gène autosomique dominant qui est responsable de l'héritage de cette maladie. Par conséquent, comme mesure préventive, il faut éviter que les chiens qui naissent avec cette pathologie se reproduisent afin de prévenir que la maladie soit transmise à leur descendance.

Néanmoins, la prévention de la paralysie laryngée acquise est bien plus difficile. D'une part, parce que de nombreuses de ses causes (néoplasies, polyneuropathies, polymyosites) ne sont pas évitables et, d'autre part, parce que dans la plupart des cas, la pathologie est idiopathique, c'est-à-dire que son origine est inconnue.

Cet article est purement informatif, sur PlanèteAnimal nous n'avons pas les compétences pour prescrire des traitements vétérinaires ni réaliser aucun diagnostic. Nous vous invitons à amener votre animal chez le vétérinaire s'il présente les symptômes d'une fébrilité ou d'une maladie.

Si vous souhaitez lire plus d'articles semblables à Paralysie laryngée chez le chien - Symptômes, causes et traitement, nous vous recommandons de consulter la section Maladies respiratoires.

Bibliographie
  • Gaber, C.E. (1985). Laryngeal paralysis in dogs. A review of 23 cases. J Am Vet Med Assoc; 186:377
  • Griffin, J.F. Krahwinkel, D.J. (2005). Laryngeal paralysis: pathophysiology, diagnosis and surgical repair. Compend Cotin Educ Pract Vet; 27:857-69
  • Jiménez, M. (2019). Parálisis laríngea. Asociación de Veterinarios de Pequeños Animales (AVEPA)

Écrire un commentaire

Ajouter une image :
Clique pour ajouter une photo à ton commentaire
Qu'avez-vous pensé de notre article?

Paralysie laryngée chez le chien - Symptômes, causes et traitement
1 sur 2
Paralysie laryngée chez le chien - Symptômes, causes et traitement

Retour en haut