Parasites du cheval - Types, symptômes et traitements

Parasites du cheval - Types, symptômes et traitements

La grande majorité des espèces du règne animal peut être affectée par des maladies parasitaires, et les chevaux ne sont pas l'exception qui confirme la règle. Les parasites sont des organismes qui, de manière permanente ou temporaire, et de manière obligatoire, doivent se nourrir aux dépens d'autre organisme, qu'on appelle un organisme hôte. Cette relation n'implique pas forcément la mort de l'hôte, raison pour laquelle le parasitisme n'est pas classé comme une forme de prédation.

Dans cet article Parasites du cheval - Types, symptômes et traitements nous allons prendre le temps de vous parler des parasites du cheval, des maladies qu'ils peuvent transmettre, leur prévention et leur possible traitement. Continuez votre lecture afin de découvrir tous les types de parasites du cheval et leurs symptômes !

Types de parasites chez le cheval

Une maladie parasitaire est celle causée par des parasites. Les parasites s'adaptent aux différents environnements que l'hôte peut offrir (sang, peau, tissu sous-cutanée, organes, cavités, etc..), raison pour laquelle on peut classer les parasites selon la zone qu'elles affectent. Comme il y a des millions de genres et d'espèces de parasites, on utilise plusieurs catégories taxonomiques afin de faciliter leur étude. Les taxons sont juste des groupes dans lesquels la biologie classifie scientifiquement les êtres vivants, les associant pour leur ressemblance et leur proximité phylogénétique. La classification taxonomique correcte des espèces parasites a permis à la science de mieux regrouper les maladies qu'elles produisent, facilitant ainsi le travail de la médecine et de l'enseignement.

Cependant, de manière plus générique, nous pouvons classer les parasites des chevaux en deux groupes principaux :

  • Parasites internes
  • Parasites externes

Au sein de chaque groupe, nous trouvons différents types de parasites qui affectent les chevaux, comme nous allons le voir dans les sections suivantes.

Parasites internes du cheval

Les parasites internes, également appelés endoparasites, sont des organismes qui vivent à l'intérieur de l'animal (organes, sang, intestins, etc.). Ils sont également classés en fonction de l'espace interne dans lequel ils se développent. Ils provoquent de nombreuses maladies qui peuvent mettre en danger la vie de l'animal. Les parasites internes les plus courants chez les chevaux sont :

Parasites intestinaux du cheval

Comme nous l'avons dit précédemment, une des formes de classifier les maladies parasitaires est par le biais du système ou l'organe hôte affecté. Dans ce cas, quand on parle d'intestins, ils peuvent être très dangereux, car ils provoquent des maladies comme des diarrhées, des coliques, des péritonites et de nombreuses autres affections digestives.

Les parasites intestinaux les plus importants sont ceux qu'on appelle les strongles, qui sont à l'origine de la strongylose équine (parasitose causée chez les chevaux par des nématodes de l'ordre des Strongylida) et qui sont les protagonistes de la plupart des maladies parasitaires intestinales chez les chevaux. Bien qu'il existe une classification des grands et petits strongles, nous allons parler des plus importants. Certains des grands strongles sont capables de migrer et d'affecter des organes éloignés de l'intestin. Les strongles les plus courants sont :

  • Strongylos vulgaris : il se trouve dans le gros intestin, provoquant des lésions qui endommagent la qualité de vie du cheval. L'une des caractéristiques de ce parasite est que, dans certains cas, il peut migrer dans les artères, réussissant à s'adhérer et à affaiblir l'endothélium, quelque chose qui finit par provoquer un anévrisme vermineux.
  • Strongylos equinus : il appartient aux grands strongles et il se caractérise par le fait qu'il peut aussi migrer. Dans ce cas, il cause la pancréatite ainsi que certaines lésions hépatiques sévères chez les chevaux.
  • Strongylus edentatus : ce parasite est associé à la péritonite équine, il peut aussi provoqué des lésions hépatiques.

A part les strongles, il convient de parler d'autres espèces de parasites intestinaux, comme :

  • Parascaris equorum : cause des coliques par obstruction et se caractérise par une mortalité élevée chez les poulains.
  • Oxiurys equis : provoque une oxyurose chez les chevaux, caractérisée par des démangeaisons de l'anus et de la queue, de l'agitation et une inappétence, conséquence du stress.
  • Habronémiase : est une pathologie causée par des nématodes de l'ordre Habronema. Bien que les nématodes parasitent les intestins, cette espèce est capable de provoquer l'habronémose cutanée équine, une des maladies de la peau les plus étudiées chez le cheval. Dans cet ordre, nous pouvons nommer Habronema megastoma, Habronema muscae et Habronema microstoma.

Hémoparasites chez les chevaux

Comme le dit le mot, les hémoparasites ne sont rien d'autre que des organismes parasites qui vivent dans le sang de l'hôte. Ils ont généralement une préférence pour certaines cellules selon l'espèce, même si certains d'entre eux peuvent être en liberté dans le flux sanguin. Chez les équidés, les plus étudiés sont :

  • Trypanosomes : cause la trypanosomiase équine et elle provoque des anémies qui peuvent être assez graves. L'espèce qui parasite les chevaux s'appelle Trypanosoma evansi.
  • Babesia : cause de la piroplasmose équine. Certaines espèces peuvent parasiter le cheval par l'intermédiaire de vecteurs (dans ce cas, une tique). Chez le cheval les espèces Babesia caballi et Babesia equi sont les plus courantes.

Parasites pulmonaires chez les chevaux

Il y a des parasites qui développent leur cycle évolutif dans les voies respiratoires. Dans le cas des chevaux, le plus conséquent est un nématode appelé Dictyocaulus arnfeldii, qui provoque la verminose pulmonaire équine. Ses principaux symptômes sont la toux et des sécrétions nasales. Le pronostic est généralement favorable, mais si l'infestation est grave, elle peut entraîner une détresse respiratoire, voire une pneumonie. Il peut également favoriser l'environnement d'une infection bactérienne qui peut mettre en danger la vie de l'animal, notamment des poulains.

Parasites rénaux chez les chevaux

Il y a certains parasites capables de vivre dans les reins du cheval. Dans le cas du cheval, il s'agit du Klossielia equi, responsable de la coccidiose rénale équine. Cette pathologie peut amener l'animal à développer des infections rénales et des altérations de l'architecture du rein.

Parasites externes du cheval

Les parasites externes, ou ectoparasites, sont des organismes qui vivent hors de l'organisme hôte, ils se trouvent généralement sur la peau et ils peuvent causer des maladies très dangereuses pour l'animal. On pourrait vous citer certains insectes, les acariens, les arachnides, etc..., mais, les parasites externes les plus importants peuvent être classifiés de la manière suivante :

Mouches

  • Taons : ce sont des espèces de mouches appartenant à la famille Tabanidae. Ce sont des hématophages, c'est-à-dire qu'ils se nourrissent de sang et certaines espèces sont très attachées aux chevaux. Leur piqûre est douloureuse, et elle peut finir par stresser les chevaux piqués.
  • Stomoxys calcitrans : il s'agit de la mouche charbonneuse, elle a aussi des habitudes hématophages. Elle est particulièrement interessée par les animaux à sang chaud (y compris l'être humain).
  • Gasterophilus : les mouches appartenant à ce genre ont la particularité de causer des myiases à différents endroits de l'organisme. Elles peuvent pondre leurs larves dans les intestins ou dans la cavité nasale du cheval. Celles qui affectent le plus les chevaux sont : G. haemorroidalis, G. intestinalis et G. nasalis.

Tiques chez le cheval

Les espèces de tiques les plus courantes chez les chevaux sont :

  • Dermacentor nitens : c'est une espèce appartenant à la famille Ixodidae (tiques durs) et c'est une des tiques qui parasitent le plus les chevaux. Cette tique sert de vecteur pour d'autres parasites (comme la babésie), causant différentes maladies systémiques comme la piroplasmose équine.
  • Amblyiomma Cajennense : il appartient aussi à la famille des tiques dures et c'est une des espèces qui parasitent le plus les chevaux. Elle cause des problèmes d'anémie et elle est extrêmement connue à niveau mondial car elle est la responsable de la fièvre pourprée des montagnes rocheuses.

Vous verrez que le cheval a des tiques si vous voyez qu'il a des démangeaisons. En analysant la dite zone, vous verrez sans problème la tique, qu'il faudra que vous retiriez avec des pinces, en faisant extrêmement attention. Si vous ne vous sentez pas capable de le faire, on vous recommande de l'amener chez le vétérinaire.

Traitement contre les parasites du cheval

Pour des raisons évidentes, chaque espèce parasite sera traitée et contrôlée de manière complètement différente. Il est important de réaliser un contrôle sanitaire efficace pour que votre vétérinaire évalue et suive l'état de santé de votre cheval. La médication antiparasitaire reste la méthode préventive la plus efficace, toutefois, il faut aussi suivre les recommandations du vétérinaire afin d'éviter les infections postérieures. Il est également recommandé de mettre en place des pièges anti-mouches afin de contrôler la population de ces nuisibles pour vos chevaux.

Généralement, le pronostic est bon si depuis le début vous suivez les recommandations de votre vétérinaire, de fait, les chevaux sont même capables d'avoir une charge parasitaire minime sans développer aucun signes ou symptômes d'une quelconque maladie. Dans les cas où votre cheval est vraiment infesté, sa vie sera, malheureusement, mise en danger, et il faudra que vous appeliez au plus vite votre vétérinaire de confiance.

Par conséquent, comment éliminer les parasites du cheval ? Quel est le traitement à appliquer pour lutter contre les parasites chez le cheval ? Dans un premier temps, il faudra choisir les produits antiparasitaires adaptés au parasite qui touche votre cheval. D'une autre part, une fois que vous les aurez éliminé, votre vétérinaire mettra en place un calendrier de déparasitage préventif afin d'éviter de futures infestations. Ce dit calendrier inclura aussi bien des déparasitages internes, par le biais de comprimés ou de sirops, que de déparasitages externes, grâce à l'utilisation de produits topiques ou ingérés.

Bien évidemment, en plus de prendre en compte le déparasitage, nous vous recommandons d'également suivre religieusement le calendrier de vaccination établi par votre vétérinaire.

Découvrez tout sur les vaccins pour chevaux !




Cet article est purement informatif, sur PlanèteAnimal nous n'avons pas les compétences pour prescrire des traitements vétérinaires ni réaliser aucun diagnostic. Nous vous invitons à amener votre animal chez le vétérinaire s'il présente les symptômes d'une fébrilité ou d'une maladie.

Si vous souhaitez lire plus d'articles semblables à Parasites du cheval - Types, symptômes et traitements, nous vous recommandons de consulter la section Maladies parasitaires.

Bibliographie
  • Cordero del Campillo, M., Rojo Vázquez, F. (1999). Parasitología Veterinaria. Editorial McGraw-Hill Interamericana.
  • Flores, A. y Rivero, E. (2016). Prevalencia de nematodos gastrointestinales en equinos de la caballeriza JJ Ranch sector El Alto del municipio Monseñor Iturriza del estado Falcón. UNEFM.
  • Quiroz, R. H. (1984). Parasitología y enfermedades parasitarias en animales domésticos. Editorial Limusa.