Pasteurellose du lapin - Symptômes et traitement

Pasteurellose du lapin - Symptômes et traitement

La pasteurellose du lapin est une maladie infectieuse très contagieuse. Elle a nombreuses variantes cliniques et elle peut affecter plusieurs organes. Ainsi, peuvent se produire plusieurs formes de pasteurellose, qu'on classe comme localisées et généralisées.

Chez les lapins, généralement, la pasteurellose se présente aux côtés de complications respiratoires, mais tous les problèmes des voies respiratoires ne sont pas forcément causés par Pasteurella sp. Bien que ces bactéries sont celles qui causent cette maladie, d'autres agents pathogènes, comme Bordetella bronchiseptica, interviennent pour aggraver le tableau clinique.

Dans cet article Pasteurellose du lapin - Symptômes et traitement de PlanèteAnimal, nous allons tout vous dire sur la pasteurellose du lapin, sur ses symptômes, son diagnostic et son traitement !

Causes de la Pasteurellose chez le lapin

La pasteurellose est une maladie qui apparaît dans les élevages de lapins où ils sont entassés. Une mauvaise gestion des conditions environnementales, en plus du confinement des lapins, peut faciliter l'apparition de cette maladie :

  • Température. Les températures basses peuvent provoquer une diminution du flux sanguin des zones superficielles de l'appareil respiratoire. D'une autre part, les hautes températures peuvent induire une hyperactivité ciliaire dans les cellules épithéliales bronchiques, ce qui affecte leur fonctionnalité.
  • Humidité. Un excès d'humidité diminue l'efficacité du système immunologique. Au contraire, un environnement trop sec augmente la viscosité du mucus, affectant ainsi l'activité des cils.
  • La pollution chimique de l'air. Les animaux eux-mêmes, s'ils sont entassés, produisent une grande quantité de gaz tels que le méthane, l'ammoniac ou le dioxyde de carbone. Ces gaz sont nocifs pour le système respiratoire et provoquent une augmentation de la fréquence respiratoire, une perte des cils de l'épithélium bronchique, des hémorragies, des œdèmes et des spasmes bronchiques.
  • Facteurs mécaniques. La poussière produise par le foin, les croquettes, le matériel du panier, etc... peuvent irriter la muqueuse respiratoire et faciliter l'entrée de micro-organismes.
  • La pollution biologique de l'air. Dans les environnements fermés et mal ventilés, la flore microbienne ou fongique environnementale peut être inhalée par les lapins et ainsi provoquer des infections.

Symptômes de la pasteurellose chez le lapin

Dans les fosses nasales, certaines souches de Pasteurella multocida sont capables d'atteindre d'autres organes donnant naissance à une large variété de tableaux cliniques qui incluent :

  • Otite moyenne et torticolis
  • Conjonctivite
  • Pneumonie
  • Péricardite
  • Abcès sous-cutanés ou abcès dans les organes internes
  • Affection de l'appareil reproducteur : métrite et orchite
  • Septicémie

La pathologie respiratoire qui s'observe le plus fréquemment est le rhume et ses symptômes sont :

  • Écoulement nasal mucopurulent
  • Bruits de respiration
  • Détresse respiratoire souvent associée à une conjonctivite

Cet ensemble de symptômes sont englobés dans un processus connu comme rhinite ou coryza, la forme la plus commune de pasteurellose chez le lapin. La rhinite est l'inflammation de la muqueuse des fosses nasales qui se traduit par des éternuements, des bruits respiratoires audibles et une sécrétion mucopurulente.

Diagnostic de la pasteurellose chez le lapin

Un vétérinaire peut, après un examen physique, établir un diagnostic. Néanmoins, la détection des symptômes cliniques (rhinite, conjonctivite, torticolis, etc.), n'est pas suffisant pour affirmer la présence de pasteurellose. Pour l'identification de Pasteurella multocida il est nécessaire de faire une culture microbiologique. Dans une culture avec du milieu gélose, les colonies bactériennes se développeraient. En outre, un test ELISA permet de détecter la présence d'anticorps dans le sang du lapin.

Toutes les techniques de diagnostic doivent être combinées car chez les lapins adultes, les infections aiguës peuvent ne pas être détectées par le test ELISA et les infections chroniques peuvent ne pas donner de résultats positifs dans les cultures.

Traitement de la pasteurellose chez le lapin

En théorie, Pasteurella multocida est sensible à une large de gamme d'antibiotiques. Toutefois, la thérapie avec des antibiotiques comme la pénicilline, pénicilline-streptomycine ou tétracycline est relativement inefficace en raison de la réapparition des signes cliniques après la fin du traitement. De plus, ces antimicrobiens ne doivent pas être utilisés car ils provoquent des déséquilibres dans la flore bactérienne digestive du lapin en faveur des germes gram-négatifs qui provoquent des entérocolites mortelles, avec une diminution du pourcentage d'anaérobies (lactobacilles) indispensables au travail de digestion.

Les médicaments les plus utilisés pour leur efficacité sont les oxytétracyclines dissoutes dans l'eau potable, les chlortétracyclines et les quinolones fluorées comme la norfloxacine et l'enrofloxacine administré par voie orale. L'ajout de chlortétracycline à l'alimentation s'est avéré efficace pour réduire la prévalence de Pasteurella spp. dans les voies respiratoires supérieures de lapins adultes apparemment sains, bien qu'il ne parvienne pas à réduire la prévalence chez les jeunes lapins.

Prévention de la pasteurellose chez le lapin

Il y a plusieurs manières de prévenir la pasteurellose. Comme nous l'avons dit, cette maladie apparaît dans les fermes d'élevage de lapins qui ne respectent pas les règles sanitaires et qui maintiennent les animaux dans des conditions de surpopulation.

Avoir une bonne aération dans la ferme est fondamental afin de prévenir l'accumulation de gaz toxique. Réduire le nombre d'animaux par mètre carré réduit la prévalence et la possibilité de contagion. Enfin, il y a plusieurs vaccins qui permettent de prévenir la pasteurellose. C'est pourquoi le calendrier vaccinal doit être suivi à partir du moment où les femelles sont gestantes afin qu'elles passent l'immunité à leurs lapereaux.

Cet article est purement informatif, sur PlanèteAnimal nous n'avons pas les compétences pour prescrire des traitements vétérinaires ni réaliser aucun diagnostic. Nous vous invitons à amener votre animal chez le vétérinaire s'il présente les symptômes d'une fébrilité ou d'une maladie.

Si vous souhaitez lire plus d'articles semblables à Pasteurellose du lapin - Symptômes et traitement, nous vous recommandons de consulter la section Maladies respiratoires.

Bibliographie
  • Coudert, P. (1986). La pasteurelosis no respiratoria del conejo. Cunicultura, 11(60), 0046-48.
  • Fuentes, R. L. (1994). Ficha de patología: Pasteurelosis. Boletín de Cunicultura, (72), 37-40.
  • Martínez, L. S., Martín, D. V., García, J. O., & Arenas, J. M. C. (2007). Pasteurelosis: Principal patología respiratoria en cunicultura industrial. Boletín de cunicultura lagomorpha, (150), 14-24.
  • Villares, J. A., Auxilia, M. T., Luque, I., Maldonado, A., Perea, A., & Tarradas, C. (1997). La Pasteurelosis del conejo. Lagomorpha: revista de la Asociación Española de Cunicultura, (94), 33-38.
  • Zanirato, M. G., & Facchin, E. (1990). Pasteurelosis respiratoria del conejo. Cunicultura, 15(84), 0053-55.