menu
Partager

Cycle de vie du ver à soie

 
Par María Luz Thomann, Biologiste/ornithologue. 6 février 2024
Cycle de vie du ver à soie

Nul ne persévère, car chacun a son verre à soi !

Dans le monde de la sériciculture, le ver à soie est l'acteur principal d'un spectacle biologique à couper le souffle. Son nom peut prêter à confusion, car il ne s'agit pas d'un ver à proprement parler. Eh oui ! Le ver à soie appartient en réalité à l'ordre des lépidoptères, dans lequel on retrouve les papillons et les papillons de nuit (mites).

De l'apparente simplicité de l'œuf à l'éblouissante métamorphose en cocon, chaque étape du cycle de vie du ver à soie est marquée par des processus biologiques précis et des adaptations évolutives qu'on ne pourrait qualifier que d'impressionnantes.

Ci-dessous, on prend le temps de se pencher sur le cycle de vie du ver à soie afin que vous compreniez combien ces lépidoptères sont hallucinants ! Prêt à rester bouche bée ?

 

Cela pourrait aussi vous intéresser : Cycle de vie du papillon

Phase de l'oeuf

Cette étape marque le début du cycle de vie du ver à soie, une étape cruciale qui jette les bases du développement ultérieur. Bien que chaque cycle dépende du type de ver à soie, la plupart des vers à soie ont des caractéristiques communes durant la totalité de leur cycle de vie. Dans cet article, on va surtout se concentrer sur l'espèce de ver à soie la plus connue, car la plus étudiée, nous avons nommé : Bombyx mori.

La ponte a lieu en grappes sur les feuilles de certaines plantes et, dans le cas de Bombyx mori, cette dernière se passe exclusivement sur les feuilles du mûrier, qui est la principale source de nourriture de ces vers à soie. Une femelle peut pondre entre 300 et 500 œufs au cours de sa vie adulte.

Les œufs sont d'abord blancs, puis prennent une teinte jaune caractéristique avant d'éclore. Cette étape, qui dure environ 10 à 12 jours, implique le développement de l'embryon à l'intérieur de l'œuf, établissant les caractéristiques génétiques fondamentales qui façonneront le futur ver à soie.

Cette période d'incubation ne pose pas seulement les fondements biologiques du développement ultérieur, car il présente des adaptations réellement surprenantes. Pour exemple, les œufs résistent aux conditions défavorables, telles que les changements de température, ce qui garantit la survie de l'espèce dans divers environnements.

Cycle de vie du ver à soie - Phase de l'oeuf

Phase larvaire (chenille)

La chenille du ver à soie est très vorace et elle se développera extrêmement vite. Cette étape, qui dure environ 20 à 30 jours, commence par l'éclosion de l'œuf et la naissance des larves. Ces petites chenilles, dès les premiers jours, grandissent extrêmement vite et elles acquièrent au fil des jours des caractéristiques essentielles qui définiront leur apparence et leur fonction ultérieures.

L'une des caractéristiques du stade larvaire dans le cycle de vie du ver à soie est le processus de mue, au cours duquel la larve se débarrasse de son exosquelette rigide pour s'adapter à sa croissance rapide. Ces mues successives marquent des transitions dans le développement, permettant à la larve d'ajuster sa structure corporelle pour les étapes suivantes du cycle.

La voracité de la chenille se manifeste dans son régime de feuilles de mûrier (dans le cas de Bombyx mori), qui constitue sa principale source de nourriture. Au cours de cette phase, les glandes à séricine sont activées et sécrètent le liquide de soie qui sera indispensable à la production du cocon.

L'accumulation d'importantes réserves énergétiques par la larve durant cette phase du cycle de vie du ver à soie est essentielle, car elles seront utilisées plus tard lors de la métamorphose en nymphe et de la construction du cocon.

Le stade larvaire est non seulement crucial pour le développement individuel du ver à soie, mais il joue également un rôle déterminant dans la production de soie. La qualité et la quantité de soie produite sont directement liées à la santé et à la nutrition de la larve pendant cette période.

Cycle de vie du ver à soie - Phase larvaire (chenille)

Stade de nymphe (construction du cocon)

Le stade nymphal, avec sa construction caractéristique du cocon, est un chapitre essentiel du cycle de vie du ver à soie, car il marque le début de la métamorphose. À ce stade, qui dure environ 8 à 10 jours, la larve se transforme en chrysalide et entame un processus complexe de tissage d'un cocon protecteur.

Pendant la construction du cocon, la chrysalide utilise des glandes sériculaires pour sécréter un fluide de soie qui, au contact de l'air, se solidifie, créant ainsi un cocon. Ce cocon, composé principalement de protéines de fibroïne, assure la solidité et la durabilité du fil de soie qui en résulte. Le rôle protecteur du cocon est essentiel, car il assure la sécurité de la chrysalide pendant qu'elle subit des transformations internes.

La qualité et la quantité de soie produite sont directement liées à l'activité des glandes séricines au cours de ce processus. À la fin du stade nymphal du cycle du ver à soie, le papillon est entièrement formé dans le cocon, prêt à émerger sous sa forme adulte.

Cycle de vie du ver à soie - Stade de nymphe (construction du cocon)

Métamorphose nymphale

La métamorphose de la chrysalide, une phase cruciale qui dure autour de 16 jours dans le cycle de vie du ver à soie, est un processus qui transforme l'individu de la forme chrysalide à l'imago (papillon).

Au cours des premiers jours de la métamorphose du ver à soie, la chrysalide subit une réorganisation interne au niveau cellulaire et tissulaire, redéfinissant les structures fondamentales du corps. Ce processus implique la dégradation sélective des tissus larvaires et la reconstruction de nouveaux tissus qui formeront l'anatomie adulte du papillon.

La transformation des organes et des membres est un aspect clé de cette phase du cycle de vie du ver à soie, car elle permet à la larve d'adapter son anatomie à la structure adulte du papillon. Les réserves énergétiques accumulées pendant la phase larvaire, principalement sous forme de graisse, alimentent ce processus crucial de métamorphose.

Au terme de la métamorphose nymphale, le papillon de soie émerge du cocon. Ce processus comprend l'ouverture du cocon et la sortie de l'adulte ailé. Cependant, contrairement à d'autres papillons, les ailes du papillon de soie sont sous-développées, ce qui l'empêche de voler.

La métamorphose nymphale, ou métamorphose du ver à soie, met en évidence l'étonnante capacité d'adaptation du ver à soie et son aptitude à se transformer radicalement pour répondre aux exigences de son prochain stade de vie.

Cycle de vie du ver à soie - Métamorphose nymphale

Émergence des adultes (papillon)

La phase finale du cycle de vie du ver à soie se manifeste par l'émergence du papillon adulte. Cette brève période, qui suit la métamorphose nymphale, représente la transition complète de la chrysalide à la forme ailée.

L'émergence commence par l'ouverture du cocon, un processus critique durant lequel le papillon se libère de son cocon pour déployer ses ailes couvertes de minuscules écailles. Bien que les ailes soient plus petites et sous-développées par rapport à d'autres espèces de papillons, ce dépliage est essentiel pour la fonctionnalité de l'adulte.

Contrairement à d'autres types de papillons, le papillon à soie est incapable de voler en raison de ses ailes plus petites et de son corps plus robuste. Cette caractéristique est une adaptation qui lui permet de se concentrer sur la reproduction plutôt que sur le vol. La vie adulte du papillon à soie est courte et se concentre principalement sur la reproduction. Après l'accouplement, la femelle dépose des œufs pour commencer un nouveau cycle de vie.

Cycle de vie du ver à soie - Émergence des adultes (papillon)

Reproduction du ver à soie

Chez le ver à soie, la reproduction est, comme pour tous les êtres vivants, un processus vital qui permet la pérennité de l'espèce. La reproduction commence par l'identification de partenaires appropriés.

La communication entre les sexes implique la libération de phéromones, des substances chimiques qui agissent comme des signaux pour attirer les partenaires. Une parade nuptiale élaborée précède l'accouplement, au cours duquel le mâle effectue des mouvements spécifiques et libère des phéromones supplémentaires. Après l'accouplement, la femelle dépose ses œufs en grappes sur les feuilles de mûrier dans le cas du Bombyx, et sur d'autres plantes dans le cas des autres espèces de vers à soie, marquant ainsi le début du cycle de vie d'une nouvelle génération.

La reproduction chez le ver à soie assure non seulement la continuité de l'espèce, mais joue également un rôle crucial dans la production de soie.

Si vous souhaitez lire plus d'articles semblables à Cycle de vie du ver à soie, nous vous recommandons de consulter la section Curiosités du monde animal.

Bibliographie
  • Ashraf, H., & Qamar, A. (2023). Silkworm Bombyx mori as a model organism: A review. Physiological Entomology, 48(4), 107-121.
  • Borah, S. D., & Boro, P. (2020). A review of nutrition and its impact on silkworm. Journal of Entomology and Zoology Studies, 8(3), 1921-1925.
  • Hsueh, T. Y., & Tang, P. S. (1944). Physiology of the silkworm. I. Growth and respiration of Bombyx mori during its entire life-cycle. Physiological zoology, 17(1), 71-78.
  • Meng, X., Zhu, F., & Chen, K. (2017). Silkworm: a promising model organism in life science. Journal of Insect Science, 17(5), 97.
  • Nurkomar, I., Trisnawati, D. W., & Arrasyid, F. (2022). Life cycle and survivorship of eri silkworm, Samia cynthia ricini Biosduval (Lepidoptera: Saturniidae) on three different cassava leaves diet.

Écrire un commentaire

Ajouter une image
Clique pour ajouter une photo à ton commentaire
Qu'avez-vous pensé de notre article?
Cycle de vie du ver à soie
1 sur 6
Cycle de vie du ver à soie

Retour en haut