Partager

Poème pour mon chat que j'aime

Par Antoine Decrouy. Actualisé: 19 février 2019
Poème pour mon chat que j'aime

Voir les fiches de Chats

Queue les chats exultent et crachent leurs boules de poils, queue les chiens s'waffusquent, queue les souris sourissent et queue les rats ratent car aujourd'hui nous grifferons notre clavier en l'honneur des chats. Miaou fait l'un d'un miaou félin et c'est d'un miaulement que mollement l'un fait part de sa joie de félin.

"Chapristi ! Chommes-nous à l'honneur dans ce nouvel article Poème pour mon chat que j'aime de PlanèteAnimal ?" Fait l'un d'un miaulement typiquement félin.

"Il me chemble que oui" fait l'autre d'un miaulement typiquement félautre.

La vantardise n'étant que l'étendard de la bêtise, il convient de préciser que notre ronronnement à la gloire de nos amis les chats ne leur fait ni friser la moustache et encore moins enfler les coussinets, ce serait toutefois mentir que de dire qu'ils ne tirent absolument aucune chatisfaction de la composition de ce nouvel article Poème pour mon chat que j'aime car oui, ils en tirent.

En bon omniscient chaleureux que nous sommes il a été porté à notre attention que les chats ne sont pas les seuls à tirer chatisfaction de cet article car les amoureux des chats et des lettres que vous êtes sont bien connus pour chabandonner à la danse animalière de ces mots félins et oui, le chat y fait.

Cela pourrait aussi vous intéresser : Belles phrases pour son chat

Poème sur les chats : Boris Vian

Commençons notre article Poème pour mon chat que j'aime avec un texte De Boris Vian connu aussi comme le génie qui a donné naissance à l'écume des jours.

La java des pussy-cats

"Sur un vieux toit en zingue

Y avait des pussy-cats

Qui dansaient comme des dingues

En f'sant du bruit avec leurs pattes

Alertés, les voisingues

S'écriaient ça n'a rien d'bath

y a d'quoi dev'nir sourdingue

On peux plus travailler ses maths

Le matou du marchand d'volailles

Une sardine en bandouillière

Avait enlacé par la taille

La chatte de la cuisinière

Chacun faisait du gringue

A la siamoise de l'épicier

C'était un vrai dancingue

A tout l'monde ils cassaient les pieds

Au bout d'une demi-plombe

Ecoeurés par ce raffut

Les flics s'amènent en trombe

En faisant tourner leurs massues

Et c'est une hécatombe

Les ardoises volent en éclats

On aurait cru des bombes

Mais y avait déjà plus un chat

Réfugiés au fond d'une cave

Les pussy-cats pas dégonflés

Sirotant d'l'alcool de betterave

S'étaient remis à gambiller

Toute la nuit ils dansèrent

En usant des kilos d'savates

Pour leur anniversaire

La java des pussy-cat"

Poèmes sur les chats : Baudelaire

Reprenons le vif du sujet en nous intéressant à un des plus grands poètes français, Charles Baudelaire ! Dans cet encadré nous allons vous proposer quatre poèmes écrits de plume de maître, attention, c'est parti !

Ce premier texte est un poème extrait des Fleurs du mal et s'intitule tout simplement :

Les chats

"Les amoureux fervents et les savants austères

Aiment également, dans leur mûre saison,

Les chats puissants et doux, orgueil de la maison,

Qui comme eux sont frileux et comme eux sédentaires.

Amis de la science et de la volupté,

Ils cherchent le silence et l’horreur des ténèbres ;

L’Erèbe les eût pris pour ses coursiers funèbres,

S’ils pouvaient au servage incliner leur fierté.

Ils prennent en songeant les nobles attitudes

Des grands sphinx allongés au fond des solitudes,

Qui semblent s’endormir dans un rêve sans fin ;

Leurs reins féconds sont pleins d’étincelles magiques,

Et des parcelles d’or, ainsi qu’un sable fin,

Etoilent vaguement leurs prunelles mystiques."

Poème pour mon chat que j'aime - Poèmes sur les chats : Baudelaire

Ce second poème est aussi extrait des Fleurs du mal de Charles Baudelaire et s'intitule

Le chat

"Dans ma cervelle se promène,

Ainsi qu'en son appartement,

Un beau chat, fort, doux et charmant.

Quand il miaule, on l'entend à peine,

Tant son timbre est tendre et discret;

Mais que sa voix s'apaise ou gronde,

Elle est toujours riche et profonde.

C'est là son charme et son secret.

Cette voix, qui perle et qui filtre

Dans mon fonds le plus ténébreux,

Me remplit comme un vers nombreux

Et me réjouit comme un philtre.

Elle endort les plus cruels maux

Et contient toutes les extases;

Pour dire les plus longues phrases,

Elle n'a plus besoin de mots.

Non, il n'est pas d'archet qui morde

Sur mon coeur, parfait instrument,

Et fasse plus royalement

Chanter sa plus vibrante corde,

Que ta voix, chat mystérieux,

Chat séraphique, chat étrange,

En qui tout est, comme en un ange,

Aussi subtil qu'harmonieux !"

Le troisième poème que nous avons choisi de vous proposer est aussi extrait des fleurs du mal et il s'intitule également

Le chat

"Viens, mon beau chat, sur mon cœur amoureux ;

Retiens les griffes de ta patte,

Et laisse-moi plonger dans tes beaux yeux,

Mêlés de métal et d'agate.

Lorsque mes doigts caressent à loisir

Ta tête et ton dos élastique,

Et que ma main s'enivre du plaisir

De palper ton corps électrique,

Je vois ma femme en esprit. Son regard,

Comme le tien, aimable bête

Profond et froid, coupe et fend comme un dard,

Et, des pieds jusques à la tête,

Un air subtil, un dangereux parfum

Nagent autour de son corps brun."

Concluons avec les poèmes de Baudelaire dédiés aux chats en nous intéressant à un autre texte tiré des Fleurs du mal intitulé

Le chat

"De sa fourrure blonde et brune

Sort un parfum si doux, qu'un soir

J'en fus embaumé, pour l'avoir

Caressée une fois, rien qu'une.

C'est l'esprit familier du lieu ;

Il juge, il préside, il inspire

Toutes choses dans son empire ;

Peut-être est-il fée, est-il dieu ?

Quand mes yeux, vers ce chat que j'aime

Tirés comme par un aimant,

Se retournent docilement

Et que je regarde en moi-même,

Je vois avec étonnement

Le feu de ses prunelles pâles,

Clairs fanaux, vivantes opales,

Qui me contemplent fixement.

Maintenant que vous venez de découvrir ces 4 poèmes de Baudelaire sur les chats, continuons notre article Poème pour mon chat que j'aime avec un poème de Colette en l'honneur des félins !

Poème sur les chats : Colette

Dans cet encadré, nous avons eu envie de vous proposer un poème de Colette sur les chats intitulé

Noir

"Noir dans le noir. Plus noir que le noir. Plus noir que le combat de nègres à minuit dans une cave. Je n'ai pas besoin, pour disparaître, de me cacher; je cesse seulement d'exister, et j'éteins mes phares. Mais je fais mieux encore, je dépose mes deux phares d'or au ras du tapis, flottants dans l'air, visibles et insaisissables, et je m'en vais à mes affaires...

C'est de la magie ? Mais bien sûr. Croyez-vous qu'on soit noir à ce point, sans être sorcier ?"

Continuons avec Colette en nous intéressant à un texte composée de sa plume maîtresse.

Le petit chat noir

"J'ai peu vécu de la vie terrestre, où j'étais noir. Noir entièrement, sans tâche blanche au poitrail, ni étoile blanche au front. Je n'avais même pas ces trois ou quatre poils blancs, qui poussent aux chats noirs dans le creux de la gorge, sous le menton. Robe rase, mate, drue, queue maigre et capricieuse, l'oeil oblique et couleur de verjus, un vrai chat noir.

Mon plus lointain souvenir remonte à une demeure où je rencontrai, venant à moi du fond d'une salle longue et sombre, un petit Chat blanc; quelque chose d'inexplicable me poussa au-devant de lui, et nous nous arrêtâmes nez à nez. Il fit un saut en arrière, et je fis un saut en arrière en même temps. Si je n'avais pas sauté ce jour-là, peut-être vivrais-je encore dans le monde des couleurs, des sons et des formes tangibles.

Mais je sautais, et le Chat blanc crut que j'étais son ombre noire. En vain j'entrepris, par la suite, de le convaincre que je possédais une ombre bien à moi. Il voulait que je ne fusse que son ombre, et que j'imitasse sans récompense tous ses gestes. S'il dansait je devais danser, et boire s'il buvait, manger s'il mangeait, chasser son propre gibier. Mais je buvais l'ombre de l'eau, et je mangeais l'ombre de la viande, et je me morfondais à l'affût sous l'ombre de l'oiseau...

Le Chat blanc n'aimait pas mes yeux verts, qui refusaient d'être l'ombre de ses yeux bleus. Il les maudissait, en les visant de la griffe. Alors je les fermais, et je m'habituais à ne regarder que l'ombre qui régnait derrière mes paupières.

Mais c'était là une pauvre vie pour un petit Chat noir. Par les nuits de lune je m'échappais et je dansais faiblement devant le mur blanc, pour me repaître de la vue d'une ombre mienne, mince et cornue, à chaque lune plus mince, et encore plus mince, qui semblait fondre..

C'est ainsi que j'échappai au petit Chat blanc. Mais mon évasion est une image confuse. Grimpai-je le long du rayon de lune ? Me cloîtrai-je à jamais derrière mes paupières verrouillées ? Fus-je appelé par l'un des chats magiques qui émergent du fond des miroirs ? Je ne sais. Mais désormais le Chat blanc croit qu'il a perdu son ombre, la cherche, et longuement l'appelle; Mort, je ne goûte pourtant pas le repos, car je doute. Peu à peu s'éloigne de moi la certitude que je fus un vrai chat, et non pas l'ombre, la moitié nocturne, le noir envers du chat blanc."

Poème sur les chats : Paul Eluard

Paul Eluard fait bien évidemment partie des poètes qui ont été captivés et passionnés par la beauté féline et, de cette passion, est né :

Le chat

Pour ne poser qu'un doigt dessus

Le chat est bien trop grosse bête.

Sa queue rejoint sa tête,

Il tourne dans ce cercle

Et se répond à la caresse.

Mais, la nuit l'homme voit ses yeux

dont la pâleur est le seul don.

Ils sont trop gros pour qu'il les cache

Et trop lourds pour le vent perdu du rêve.

Quand le chat danse

C'est pour isoler sa prison

Et quand il pense

C'est jusqu'aux murs de ses yeux.

Poème pour mon chat que j'aime - Poème sur les chats : Paul Eluard

Poème sur les chats : Jacques Prévert

Continuons notre article poétique Poème pour mon chat que j'aime avec un poème du très grand Jacques Prévert qui a écrit un poème intitulé :

Le chat et l'oiseau

Un village écoute désolé

Le chant d’un oiseau blessé

C'est le seul oiseau du village

Et c’est le seul chat du village

Qui l'a à moitié dévoré

Et l'oiseau cesse de chanter

Le chat cesse de ronronner

Et de se lécher le museau

Et le village fait à l'oiseau

De merveilleuses funérailles

Et le chat qui est invité

Marche derrière le petit cercueil de paille

Où l’oiseau mort est allongé

Porté par une petite fille

Qui n’arrête pas de pleurer

Si j’avais su que cela te fasse tant de peine

Lui dit le chat

Je l’aurais mangé tout entier

Et puis je t’aurais raconté

Que je l’avais vu s'envoler

S'envoler jusqu’au bout du monde

Là-bas où c'est tellement loin

Que jamais on n'en revient

Tu aurais eu moins de chagrin

Simplement de la tristesse et des regrets

Il ne faut jamais faire les choses à moitié.

Poème sur les chats : Paul Verlaine

Amant de Rimbaud et des chats, Verlaine a écrit de très beaux textes et aujourd'hui c'est un poème sur les chats que nous vous proposons :

Femme et chatte

Elle jouait avec sa chatte,

Et c'était merveille de voir

La main blanche et la blanche patte

S'ébattre dans l'ombre du soir.

Elle cachait - la scélérate ! -

Sous ces mitaines de fil noir

Ses meurtriers ongles d'agate,

Coupants et clairs comme un rasoir.

L'autre aussi faisait la sucrée

Et rentrait sa griffe acérée,

Mais le diable n'y perdait rien...

Et dans le boudoir où, sonore,

Tintait son rire aérien,

Brillaient quatre points de phosphore.

Poème sur les chats : Jorge Luis Borges

Les chats n'ont pas que fascinés les poètes de l’hexagone comme nous le prouve Jorge Luis Borges et son poème :

A un chat

Non moins furtif que l'aube aventurière,

Non moins silencieux que le miroir,

Tu passes et je pense apercevoir

Sous la lune équivoque une panthère.

Par quelque obscur et souverain décret

Nous te cherchons. Nous voulons, fauve étrange

Plus lointain qu'un couchant ou que le Gange,

Forcer ta solitude et ton secret.

Ton dos veut bien prolonger ma caresse;

Il est écrit dans ton éternité

Que s'accordent à ta frileuse paresse

Ma main et son amour inquiété,

Ton temps échappe à la mesure humaine.

Clos comme un rêve est ton domaine.

Poème pour mon chat que j'aime - Poème sur les chats : Jorge Luis Borges

Poème sur les chats : Guillaume Apollinaire

Connu pour ses poèmes plus courts et synthétiques, la plume apollinairienne s'est bien intéressé sur le cas félin, comme le prouve le poème :

Le chat

Je souhaite dans ma maison :

Une femme ayant sa raison,

Un chat passant parmi les livres,

Des amis en toute saison

Sans lesquels je ne peux pas vivre.

Finissons la session poétique de notre article Poème pour mon chat que j'aime avec un magnifique poème d'Edmond Rostand intitulé

Le petit chat

C'est un petit chat noir effronté comme un page,

Je le laisse jouer sur ma table souvent.

Quelquefois il s'assied sans faire de tapage,

On dirait un joli presse-papier vivant.

Rien en lui, pas un poil de son velours ne bouge;

Longtemps, il reste là, noir sur un feuillet blanc,

A ces minets tirant leur langue de drap rouge,

Qu'on fait pour essuyer les plumes, ressemblant.

Quand il s'amuse, Il est extrêmement comique,

Pataud et gracieux, tel un ourson drôlet.

Souvent je m'accroupis pour suivre sa mimique

Quand on met devant lui la soucoupe de lait.

Tout d'abord de son nez délicat il le flaire,

la frôle, puis, à coups de langue très petits,

Il le happe; et dès lors il est à son affaire

Et l’on entend, pendant qu'il boit, un clapotis.

Il boit, bougeant la queue et sans faire une pause,

Et ne relève enfin son joli museau plat

Que lorsqu'il a passé sa langue rêche et rose

Partout, bien proprement débarbouillé le plat.

Alors il se pourlèche un moment les moustaches,

Avec l'air étonné d'avoir déjà fini.

Et comme il s'aperçoit qu'il s'est fait quelques taches,

Il se lisse à nouveau, lustre son poil terni.

Ses yeux jaunes et bleus sont comme deux agates;

Il les ferme à demi, parfois, en reniflant,

Se renverse, ayant pris son museau dans ses pattes,

Avec des airs de tigre étendu sur le flanc.

Citation chat : amour

Les cousins issus de germains des poèmes sont bien évidemment les citations, c'est pourquoi nous avons eu envie de vous proposer quelques citations d'amour pour les chats :

  • Si on pouvait croiser l'homme avec le chat, on améliorerait l'homme.
  • Mon chat ne rigole jamais et ne pleure jamais, il se raisonne toujours.
  • Tu ne peux pas être le maître d'un chat ; dans le meilleur des cas il t'autorise à l'accompagner.
  • L'homme est civilisé dans la mesure où il comprend le chat. Georges Bernard Shaw
  • Il y a deux moyens d'oublier les tracas de la vie: la musique et les chats. Albert Schweitzer

Pour découvrir plus de belles phrases pour son chat, c'est par ici : Belles phrases pour son chat

Poème pour mon chat que j'aime - Citation chat : amour

Si vous souhaitez lire plus d'articles semblables à Poème pour mon chat que j'aime, nous vous recommandons de consulter la section Curiosités du monde animal.

Écrire un commentaire sur Poème pour mon chat que j'aime

Ajouter une image :
Clique pour ajouter une photo à ton commentaire
Qu'avez-vous pensé de notre article?
1 commentaire
Valorisation :
bernard
super, magnifique poème !

Poème pour mon chat que j'aime
1 sur 6
Poème pour mon chat que j'aime

Retour en haut