menu
Partager

Lézards venimeux - Espèces et photos

 
Par Nick A. Romero H.. 12 mars 2021
Lézards venimeux - Espèces et photos

Les lézards appartiennent à un groupe d'animaux qui compte plus de 5000 espèces identifiées dans le monde entier. On considère que d'un point de vue évolutif, ils ont réussi grâce à leur diversité mais aussi parce qu'ils ont réussi à conquérir presque tous les écosystèmes de la planète. Il s'agit d'un groupe présentant des variations morphologiques, reproductrices, alimentaires et comportementales. De nombreuses espèces se trouvent dans des zones sauvages, tandis que d'autres vivent en régions urbaines ou à proximité de ces régions. Et parce qu'ils sont proches de l'homme, on s'inquiète souvent de savoir lesquelles peuvent être dangereuses.

Pendant un certain temps, on a pensé que très peu d'espèces de lézards étaient considérées comme venimeuses, mais des études récentes ont montré que beaucoup d'espèces étaient capables de produire des produits chimiques toxiques. Bien que la plupart d'entre eux ne soient pas équipés de structures dentaires pour inoculer directement le venin, celui-ci peut pénétrer dans le sang de la victime avec leur salive une fois la morsure réalisée.

Dans cet article de PlanèteAnimal, nous allons parler des types de lézards venimeux qui existent. Comme nous allons l'expliquer, la plupart des lézards venimeux appartiennent au genre Heloderma et Varanus.

Cela pourrait aussi vous intéresser : Type de lézard - espèce et photos

Lézard perlé ou Héloderme mexicain (Heloderma horridum)

Le Lézard perlé ou Héloderme mexicain (Heloderma horridum) est une espèce de lézard menacée en raison des pressions qui s'exercent sur sa population par une chasse aveugle, étant donné sa nature toxique, mais aussi par le commerce illégal car on lui attribue des propriétés à la fois médicinales et aphrodisiaques. Dans de nombreux cas, sa chasse est destinée à l'adoption de cet animal comme animal de compagnie.

Il se caractérise par une longueur d'environ 40 cm, robuste, avec une tête et un corps larges, mais avec une queue courte. La coloration du corps varie, allant du brun clair au brun foncé avec des combinaisons de noir et de jaune. On le trouve principalement au Mexique, le long de la côte Pacifique.

Lézards venimeux - Espèces et photos - Lézard perlé ou Héloderme mexicain (Heloderma horridum)

Monstre de Gila (Heloderma suspectum)

Le monstre Gila ou Heloderma suspectum habite les espaces arides du nord du Mexique et du sud des Etats-Unis. Il mesure environ 60 cm, et a un corps assez lourd, ce qui limite ses mouvements, il a donc tendance à se déplacer lentement. Ses pattes sont courtes, bien qu'il ait de fortes griffes. Sa coloration peut inclure des marques roses, jaunes ou blanches, sur des écailles noires ou brunes.

C'est un carnivore qui se nourrit de rongeurs, de petits oiseaux, de serpents, d'insectes, de grenouilles et d'œufs, entre autres. C'est une espèce protégée, car elle est également en état de vulnérabilité.

Lézards venimeux - Espèces et photos - Monstre de Gila (Heloderma suspectum)

Lézard perlé de la vallée de Motagua (Heloderma charlesbogerti)

Le chaquirado, scorpion ou lézard guatémaltèque (Heloderma charlesbogerti) est typique du Guatemala, où il vit dans les forêts sèches. Sa population est fortement impactée par la destruction de l'habitat et par le commerce illégal de l'espèce, ce qui la met en danger critique d'extinction.

Il se nourrit principalement d'œufs et d'insectes et c'est un lézard qui a des habitudes arboricoles. La couleur du corps est noire avec des taches jaunes irrégulières.

Lézards venimeux - Espèces et photos -  Lézard perlé de la vallée de Motagua  (Heloderma charlesbogerti)

Dragon de Komodo (Varanus komodoensis)

Le redouté dragon de Komodo est endémique d'Indonésie et peut mesurer jusqu'à 3 mètres de long pour un poids d'environ 70 kg. Pendant longtemps, on a pensé que celui-ci, l'un des plus grands lézards du monde, n'était pas venimeux, mais en raison d'un mélange de bactéries pathogènes qui habitent sa salive, en mordant sa victime, il imprègne la plaie de sa salive ce qui provoque une septicémie chez sa proie. Cependant, des études ultérieures ont montré qu'ils sont capables de produire du poison, ce qui a des effets importants sur les victimes.

Ces animaux sont des chasseurs actifs de proies vivantes, bien qu'ils puissent également se nourrir de charognes. Une fois qu'ils mordent la proie, ils attendent que les effets du poison agissent et que celle-ci s'effondre avant de la dévorer.

Le dragon de Komodo est inclus dans la liste rouge des espèces menacées, pour lesquelles des stratégies de protection ont été établies.

Pour plus d'informations sur le poison du dragon de Komodo, vous pouvez lire cet autre article sur Le dragon de Komodo est-il dangereux pour les humains?

Lézards venimeux - Espèces et photos - Dragon de Komodo (Varanus komodoensis)

Moniteur de savane (Varanus exanthematicus)

Un autre lézard venimeux est le moniteur des savanes (Varanus exanthematicus). Il a un corps et un peau épaisse, pour lesquels on lui attribue une immunité aux morsures d'autres animaux venimeux. Il peut mesurer jusqu'à 1,5 mètre et sa tête est large, avec un cou et une queue étroits.

Il est originaire d'Afrique, cependant, il a été introduit au Mexique et aux Etats-Unis. Il se nourrit principalement d'araignées, d'insectes, de scorpions, mais aussi de petits vertébrés.

Lézards venimeux - Espèces et photos - Moniteur de savane (Varanus exanthematicus)

Goanna (Varanus varius)

Goanna (Varanus varius) est une espèce arboricole endémique en Australie. Il habite des forêts denses, dans lesquelles il peut parcourir de vastes étendues. Il est grand, mesure un peu plus de 2 mètres et pèse environ 20 kg.

D'un autre côté, ce sont des carnivores et des charognards. Quant à sa coloration, elle se situe entre le gris foncé et le noir, et peut présenter des taches noires et crème sur son corps.

Lézards venimeux - Espèces et photos - Goanna (Varanus varius)

Moniteur d'eau de Mitchell (Varanus mitchelli)

Le moniteur d'eau de Mitchell (Varanus mitchelli) vit en Australie, en particulier dans les marais, les rivières, les lagunes et dans les plans d'eau en général. Il a également la capacité d'être arboricole, mais toujours dans les arbres associés aux plans d'eau.

Il a une alimentation variée, qui comprend des animaux aquatiques ou terrestres, des oiseaux, des petits mammifères, des œufs, des invertébrés et des poissons.

Lézards venimeux - Espèces et photos - Moniteur d'eau de Mitchell (Varanus mitchelli)

Varanus des sables (Varanus panoptes)

Parmi les lézards les plus venimeux, le varan des sables à taches jaunes (Varanus panoptes) se distingue également. On le trouve en Australie et en Nouvelle-Guinée et les femelles mesurent jusqu'à 90 cm de long, tandis que les mâles peuvent atteindre 140 cm.

Ils sont distribués par divers types d'habitats terrestres et également à proximité des plans d'eau, et sont d'excellents fouisseurs. Leur régime alimentaire est très varié et comprend divers et petits vertébrés et invertébrés.

Lézards venimeux - Espèces et photos - Varanus des sables (Varanus panoptes)

Moniteur à queue épineuse (Varanus acanthurus)

Le moniteur à queue épineuse (Varanus acanthurus) doit son nom à la présence de structures épineuses sur sa queue, qu'il utilise pour sa défense. Il est de petite taille et vit principalement dans les zones arides, étant une bonne excavatrice.

Sa couleur est brun rougeâtre, avec la présence de taches jaunes. Leur alimentation est basée sur les insectes et les petits mammifères.

Lézards venimeux - Espèces et photos - Moniteur à queue épineuse (Varanus acanthurus)

Lézard sans oreilles (Lanthanotus borneensis)

Le lézard sans oreilles (Lanthanotus borneensis) est endémique de certaines régions d'Asie, il vit dans les forêts tropicales près des rivières ou des plans d'eau. Bien qu'ils ne disposent pas de certaines structures externes pour entendre, ils parviennent à entendre, et ils sont également capables d'émettre certains sons. Ils mesurent jusqu'à 40 cm, sont nocturnes et carnivores, et ils se nourrissent de crustacés, de poissons et de vers.

On ne savait pas que cette espèce était toxique, cependant, il a été récemment possible d'identifier des glandes qui produisent des substances toxiques, qui ont un effet anticoagulant. Bien que pas aussi puissant que celui d'autres lézards, les morsures de cette espèce ne sont pas mortelles pour les humains.

Lézards venimeux - Espèces et photos - Lézard sans oreilles (Lanthanotus borneensis)

Venin de lézards de type Heloderma

La morsure de ces animaux est assez douloureuse et lorsqu'elle est causée chez des personnes en bonne santé, ces dernières peuvent se rétablir. Cependant, la morsure peut parfois être mortelle car elle provoque de la suffocation, paralysie et hypothermie. Ces lézards du genre Heloderma n'inoculent pas directement le venin, mais lorsqu'ils déchirent la peau de la victime, ils sécrètent la substance toxique à partir de glandes spécialisées et celle-ci s'écoule vers la plaie, pénétrant le corps de la proie.

Ce poison est un cocktail de divers composés chimiques, tels que des enzymes (hyaluronidase et phospholipase A2), des hormones et des protéines (sérotonine, hélothermine, gilatoxine, helodermatin, exénatide et gilatide, entre autres).

Certains de ces composés contenus dans le venin de ces animaux ont été étudiés, comme le gilatide (isolé du monstre de Gila) et l'exénatide, qui semblent avoir des bénéfices surprenants dans des maladies telles que la maladie d'Alzheimer et le diabète de type 2, respectivement.

Le venin des lézards du genre Varanus

Pendant un certain temps, on a pensé que seuls les lézards appartenant au genre Heloderma étaient toxiques, cependant, des études ultérieures ont montré que la toxicité est également présente dans le genre Varanus. Ceux-ci ont des glandes venimeuses dans chaque mâchoire, qui traversent des canaux spécialisés entre chaque paire de dents.

Le venin produit par ces animaux est un cocktail enzymatique, similaire à celui de certains serpents et, comme dans le groupe Heloderma, ils ne peuvent pas l'inoculer directement à la victime, mais en la mordant, la substance toxique pénètre dans le sang par le biais de la salive, causant des problèmes de coagulation, générant des épanchements, ainsi qu'une hypotension et un choc qui se terminent par l'effondrement de la personne qui a subi la morsure. Les classes de toxines identifiées dans le venin de ces animaux sont des protéines riches en cystéine, kallikréine, peptide natriurétique et phospholipase A2.

Une différence claire entre le genre Heloderma et Varanus est que dans le premier, le venin est transporté à travers les canalicules dentaires, tandis que dans le second, la substance est excrétée des zones interdentaires.

Certains accidents de personnes avec ces animaux se sont terminés de manière fatale, puisque les victimes finissent par saigner. En revanche, ceux qui sont traités parviennent rapidement à se rétablir.

Des lézards considérés à tort comme venimeux

Généralement, dans diverses régions, certains mythes sont générés à propos de ces animaux, en particulier concernant leur danger car ils sont considérés comme toxiques. Cependant, cela s'avère être une fausse croyance qui finit souvent par nuire au groupe de population. Regardons quelques exemples de lézards considérés à tort comme venimeux :

  • Lézard alligator, lézard serpent ou lézard scorpion (Gerrhonotus liocephalus).
  • Lézard des montagnes d'Alicante (Barisia imbricata).
  • Dragons (Abronia taeniata et Abronia graminea).
  • Faux caméléon (Phrynosoma orbiculare).
  • Scinque de forêt de chêne (Plestiodon lynxe).

Un trait commun des espèces de lézards venimeux est que la plupart sont dans un certain état de vulnérabilité, ce qui les conduit à être en danger d'extinction. Qu'un animal puisse être dangereux ne nous donne pas le droit de l'anéantir. En ce sens, toutes les formes de vie sur la planète doivent être valorisées et respectées dans leur dimension propre.

Si vous souhaitez lire plus d'articles semblables à Lézards venimeux - Espèces et photos, nous vous recommandons de consulter la section Curiosités du monde animal.

Bibliographie
  • Muñiz-Martínez R. & Rojas-Pérez, M. (2009). Registro nuevo del escorpión mexicano Heloderma horridum (Reptilia: Helodermidae) en Durango, México. Revista mexicana de biodiversidad, 80(3), 871-873. Disponible sur : http://www.scielo.org.mx/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S1870-34532009000300030&lng=es&tlng=es.
  • Neri Castro, E., Valle, M., y Alagón Cano, A. (2019). Reptiles venenosos en México. UNAM. Disponible sur : http://www.revista.unam.mx/vol.15/num11/art86/
  • Fry, B., Wroe, S., Teeuwisse, W., Osch, MV, Moreno, K., Ingle, J., Mchenry, C., Ferrara, T., Clausen, P., Scheib, H., Winter , K., Greisman, L., Roelants, K., Weerd, LV, Clemente, C., Giannakis, E., Hodgson, W., Luz, S., Martelli, P., Krishnasamy, K., Kochva, E., Kwok, HF, Scanlon, D., Karas, J., Citron, D., Goldstein, EJ, McNaughtan, JE y Norman, J. (2009). Un papel central del veneno en la depredación por Varanus komodoensis (Dragón de Komodo) y el gigante extinto Varanus (Megalania) priscus. Actas de la Academia Nacional de Ciencias. Disponible sur : https://www.pnas.org/content/pnas/106/22/8969.full.pdf
  • Pérez-Ramos, A., Sánchez, I., Hontecillas, D. y Abella, J. (2019). Los varanos (Squamata, Anguimorpha, Varanidae) de El Cerro de los Batallones. Disponible sur : https://www.researchgate.net/publication/334051018
  • Penguilly, M., Moreno, A., Mayer-Goyenechea, I. y Pineda, G. (2011). Percepción acerca de las lagartijas consideradas nocivas por algunos otomíes, nahuas, tepehuas y mestizos en el estado de hidalgo, México. Universidad autónoma del estado de Hidalgo. Disponible sur : https://www.uaeh.edu.mx/investigacion/icbi/LI_Etnobiolo/Angel_Moreno/Penguilly_etal.pdf

Écrire un commentaire

Ajouter une image :
Clique pour ajouter une photo à ton commentaire
Qu'avez-vous pensé de notre article?

Lézards venimeux - Espèces et photos
1 sur 11
Lézards venimeux - Espèces et photos

Retour en haut