menu
Partager

Singapura

29 décembre 2023
Singapura

Le Singapura, une race féline remarquablement petite mais robuste et musclée, attire l'attention par ses yeux expressifs et son pelage sépia distinctif. Issu de la lignée des chats orientaux, il se distingue par son tempérament calme, intelligent et affectueux, se démarquant ainsi de ses cousins plus bruyants.

Originaires des rues de Singapour, où ils ont survécu, souvent négligés, voire oubliés dans les égouts, ces félins ont connu un tournant crucial dans les dernières décennies du XXe siècle. Des éleveurs américains ont jeté leur dévolu sur ces chats singuliers, lançant un programme d'élevage qui a donné naissance à la superbe race que nous connaissons aujourd'hui. Cette évolution a été officiellement reconnue par la plupart des associations félines à travers le monde.

Cette évolution spectaculaire a permis au Singapura de s'affirmer pleinement dans le monde des chats de race. Désormais, il est largement reconnu et accepté, tant pour son histoire fascinante que pour ses traits distinctifs. Plongeons ensemble dans l'univers captivant du Singapura, également connu sous le nom de chat de Singapour, pour découvrir en détail ses caractéristiques uniques, sa personnalité attachante, les soins dont il a besoin ainsi que les éventuels défis liés à sa santé.

Origine
  • Asie
  • Singapour
Classification FIFe
  • Catégorie III
Caractéristiques physiques
Poids moyen
  • 3-5
  • 5-6
  • 6-8
  • 8-10
  • 10-14
Espérance de vie
  • 8-10
  • 10-15
  • 15-18
  • 18-20
Type de poils

Origine du chat Singapura

Le chat Singapura est, comme son nom l'indique, originaire de Singapour. Plus précisément, "Singapura" est le terme malais pour Singapour et signifie "ville des lions". Il a été découvert pour la première fois en 1970 par Hal et Tommy Meadow, deux éleveurs américains de chats siamois et birmans. Ils ont importé certains de ces chats aux États-Unis et, l'année suivante, Hal est retourné en chercher d'autres. En 1975, ils ont lancé un programme d'élevage avec les conseils de généticiens britanniques. En 1987, l'éleveur Gerry Mayes s'est rendu à Singapour pour trouver d'autres chats de Singapour qu'il a ramenés aux Etats-Unis pour les enregistrer auprès de la TICA. Les Singapura ont été enregistrés par la CFA en 1982 et ont été admis dans certaines compétitions dès 1988. Il est arrivé en Europe à la fin des années 1980, plus précisément en Grande-Bretagne, mais n'a pas eu beaucoup de succès sur ce continent. En 2014, il a été reconnu par la FIFE (Fédération Internationale Féline).

On dit que ces chats vivaient dans d'étroites canalisations à Singapour pour se protéger de la chaleur estivale et pour échapper à la faible estime que les habitants de ce pays ont pour les chats. C'est d'ailleurs leur histoire qui leur a valu leur surnom de "drain cats" (chat d'égouts). Leur naissance n'est pas connue avec certitude, mais on pense qu'ils ont au moins 300 ans et qu'ils sont probablement le résultat d'un croisement entre des chats abyssins et des chats birmans. En effet, les tests ADN ont prouvé qu'il est génétiquement très proche du chat de Birmanie.

Caractéristiques du Singapura

Ce qui distingue le chat Singapura des autres chats, c'est sa petite taille, qui lui permet d'avoir le titre de plus petite race de chats. Les spécimens mâles et femelles de cette lignée affichent un poids maximal de 3 à 4 kg, atteignant leur pleine maturité entre 15 et 24 mois. Nonobstant leur stature délicate, ces félins exhibent une musculature impressionnante, arborant un corps svelte mais robuste, qui lui confère d'impressionnantes aptitudes à l'art du saut.

Leur tête, d'une rondeur caractéristique, présente un museau court, une truffe saumon, et des yeux ovales d'une taille notable, parés de nuances verdoyantes, cuivrées ou dorées, et soulignés d'une ligne noire distinctive. Les oreilles, larges à la base et effilées, encadrent cette physionomie singulière. La queue, d'une élégance proportionnée, se fond harmonieusement avec ses membres robustes et ses pattes rondes et délicates.

En ce qui concerne la palette chromatique de la robe du Singapura, seule la variation agouti sépia est officiellement admise. Bien que semblant revêtir une teinte unie, la fourrure de chaque individu dévoile un subtil dégradé entre clair et foncé, un phénomène connu sous le nom d'albinisme partiel. Ce dernier induit un achromélanisme, entraînant une coloration plus prononcée dans les zones du corps où la température est plus basse, telles que le visage, les oreilles, les pattes et la queue. Les chatons naissent avec une teinte nettement plus claire, et ce n'est qu'à l'aube de leurs 3 ans que leur pelage soyeux est considéré comme pleinement développé et que sa teinte est définitivement établie.

Caractère du chat Singapura

Dans le monde félin, le chat Singapura se distingue par son intelligence aiguisée, sa curiosité insatiable, son tempérament serein et son penchant marqué pour l'affection. Très attaché à son tuteur, ce félin affectionne particulièrement les moments câlins avec ce dernier et il n'hésitera pas une seule seconde à venir se blottir à ses côtés. Doté d'un amour prononcé pour les hauteurs et les sauts, le Singapura privilégie les points de vue panoramiques au sein de la maison.

Bien que son niveau d'activité ne soit ni excessivement frénétique ni excessivement placide, le Singapura trouve sa joie dans le jeu et l'exploration. En contraste avec ses cousins orientaux plus vociférants, le miaulement du Singapura se distingue par sa douceur et sa rareté.

Initialement en retrait face aux étrangers ou aux visites impromptues, ces chats peuvent révéler leur côté affectueux après un temps d'observation et d'adaptation. En tant que compagnons idéaux, ils tissent généralement des liens harmonieux avec les enfants et les autres membres félins du foyer.

Malgré leur besoin d'affection inné, les Singapuras sont très indépendants et ils s'entendent à merveille avec des tuteurs qui ont un mode de vie actif. Cette race s'épanouit dans la solitude occasionnelle mais réclame, au retour de leurs tuteurs, une dose d'attention et de jeux. En somme, le chat Singapura se profile comme un compagnon équilibré et adaptable.

S'occuper d'un chat Singapura

Un atout considérable pour les tuteurs de ce félin réside dans sa fourrure courte, minimisant la perte de poils au point de nécessiter seulement une à deux séances de brossage hebdomadaires.

En ce qui concerne leur alimentation, elle doit être complète et de qualité supérieure, avec une préférence marquée pour un apport protéique élevé. À noter que, du fait de leur petite stature, ces chats requièrent une quantité moindre de nourriture par rapport à leurs homologues de plus grande taille. Il ne faudra pas non plus oublier d'adapter sa ration à son âge, son état physiologique et de santé.

Malgré leur autonomie relative, les Singapuras apprécient la compagnie quotidienne. Ils se délectent dans le jeu, un aspect crucial pour le développement musculaire optimal et le maintien de leur vitalité. Consacrer du temps à des activités ludiques s'avère donc essentiel pour garantir leur bien-être et leur robustesse

Santé du chat singapura

Les maladies qui peuvent affecter spécifiquement cette race sont :

  • Déficit en pyruvate kinase : maladie héréditaire impliquant le gène PKLR, qui peut affecter le Singapour et d'autres races, telles que l'Abyssin, le Bengal, le Maine Coon, le Norvégien, le Sibérien, entre autres. La pyruvate kinase est une enzyme impliquée dans le métabolisme des sucres dans les globules rouges. En cas de déficit de cette enzyme, les globules rouges meurent, ce qui provoque une anémie avec les symptômes associés : tachycardie, tachypnée, pâleur des muqueuses et faiblesse. Selon l'évolution et la gravité de la maladie, l'espérance de vie de ces chats varie entre 1 et 10 ans.
  • Atrophie rétinienne progressive : maladie héréditaire récessive impliquant une mutation du gène CEP290, qui entraîne une perte progressive de la vision avec dégénérescence des photorécepteurs et une cécité vers l'âge de 3 à 5 ans. Les chats des races Singapura, Somali, Ocicat, Abyssin, Munchkin, Siamois et Tonkinois, entre autres, sont plus prédisposés à souffrir de cette maladie.

Sinon, ils peuvent être affectés par les mêmes maladies infectieuses, parasitaires ou organiques que les autres chats. Leur espérance de vie peut aller jusqu'à 15 ans. Pour toutes ces raisons, nous recommandons une visite de routine chez le vétérinaire pour les vaccinations, les vermifuges et les contrôles, en particulier pour surveiller les reins.

Où adopter un chat Singapura ?

Si ce que vous avez lu vous a amené à penser que cette race est faite pour vous, la première chose à faire est d'aller voir dans les refuges et les associations si un Singapura est dans l'attente d'adoption. Bien que cela soit rare, surtout dans des endroits autres que Singapour ou les États-Unis, vous aurez peut-être de la chance ou ils vous indiqueront peut-être quelqu'un qui en sait plus.

Vous pouvez également vérifier s'il existe dans votre région une association spécialisée dans le sauvetage et l'adoption de chats de cette race. N'oubliez pas que le plus important à l'heure d'adopter un chat n'est pas sa race et c'est d'ailleurs la raison pour laquelle chez PlanèteAnimal nous vous encourageons à adopter un chat croisé qui pourrait partager certaines caractéristiques que vous recherchez plutôt que d'acheter un chat.

Photos de Singapura

Articles en relation

Met en ligne la photo de ton Singapura

Mets la photo de ton animal en ligne

Écrire un commentaire

Ajouter une image
Clique pour ajouter une photo à ton commentaire
Quelle note donneriez-vous à cette fiche de race ?
Singapura
1 sur 5
Singapura

Retour en haut