menu
Partager

Céphalopodes - Exemples et caractéristiques

 
Par Nick A. Romero H.. 18 août 2022
Céphalopodes - Exemples et caractéristiques

Le terme "céphalopode" vient des mots grecs kepbale (tête) et pous, podos (pied). Ce sont des animaux exclusivement aquatiques qui, d'un point de vue taxonomique, correspondent à une classe de l'embranchement des mollusques et, bien qu'au cours de l'histoire de l'évolution du groupe, qui remonte aux fossiles du Cambrien, ils aient été plus diversifiés, il n'existe actuellement que deux sous-classes vivantes, à savoir les Coleoidea et les Nautiloidea, qui regroupent environ 800 espèces.

En vertu de leurs caractéristiques uniques et diverses, les céphalopodes sont vraiment des animaux à part. Envie d'en apprendre plus à leur propos ? Eh bien, poursuivez la lecture de cet article certaines espèces particulièrement singulières et curieuses. Nous vous invitons à poursuivre la lecture de cet article Céphalopodes - Exemples et caractéristiques de PlanèteAnimal !

 

Qu'est-ce qu'un céphalopode ?

Les céphalopodes sont un type de mollusque. Ce sont donc aussi des invertébrés marins qu'on connait sous le nom de poulpe, calmar et seiche. Ils ont une longue histoire évolutive et ils sont apparentés à de nombreux groupes dont la plupart sont aujourd'hui éteints. De plus, avec la présence d'une tête proéminente et de nombreuses tentacules, ils ont une anatomie distinctive.

 

Types de céphalopodes

Comme nous l'avons dit précédemment, la taxonomie des céphalopodes est très étendue car elle inclue de nombreux groupes présentement éteints. Toutefois, de nos jours, vivent encore :

Sous-classe des Coleoidea

Cette sous-classe regroupe les animaux appelés mollusques à corps mou ou sans coquille, qui ont rayonné dans les océans il y a des millions d'années. Dans ce groupe, se trouve :

  • Superordre des Decabrachia ou décapodiformes : caractérisé par la présence de dix membres, dont deux longs tentacules et huit bras plus petits.
  • Superordre des Octobrachia ou octopodiformes : ils ont huit bras sans tentacules.

Les décapodiformes comprennent les calmars et les seiches, tandis que les octopodiformes comprennent les pieuvres et l'encornet vampire.

Au total, quelque 142 genres et 727 espèces sont reconnus dans cette sous-classe.

Sous-classe des Nautiloidea

Dans cette sous-classe, il n'existe actuellement qu'un seul ordre, celui des Nautilida ou nautiloides. Avec sa coquille externe et la présence de 60 à 90 tentacules sans ventouses, il a des caractéristiques anatomiques très distinctives. Par le biais de ses tentacules, il sécrète une substance collante qu'il utilise pour la capture de nourriture.

Les seuls nautiloïdes vivants aujourd'hui sont les espèces connues sous le nom de nautiles chambré et, bien que cela fasse controverse, on peut considérer qu'il en existe deux genres et sept sous-espèces. Cette faible diversité contraste fortement avec celle des espèces disparues, qui étaient des prédateurs puissants et dont le nombre est estimé à plus de 2 500,

Céphalopodes - Exemples et caractéristiques - Types de céphalopodes

Caractéristiques des céphalopodes

Maintenant que vous connaissez tous les types de céphalopodes qui existent et que vous avez une petite idée de leurs principales caractéristiques, nous avons décidé d'approfondir ce sujet :

  • Ce sont des animaux invertébrés.
  • Selon l'espèce, leur taille varie de 2 à 3 cm jusqu'à plus de 15 mètres.
  • La coquille varie selon l'espèce. Ainsi, elle peut par exemple être présente sous une forme modifiée, puisque, bien que visible de l'extérieur, mais divisée en chambres internes ; elle peut prendre la forme d'une petite structure enfermée dans le manteau ; elle peut aussi avoir disparu en grande partie, ne laissant que des vestiges ; ou elle peut être complètement absente. Le manteau est une extension du corps du mollusque qui se projette vers l'extérieur sous la forme d'une couche. Dans le cas des céphalopodes, il est mou et n'a pas de coquille ou, comme nous l'avons dit, il peut être enfermé par cette dernière.
  • Ils se déplacent grâce à l'expulsion violente de l'eau du manteau par une structure appelée "entonnoir ventral" ou "siphon".
  • L'entonnoir ventral est mobile, ce qui leur permet de contrôler à la fois la vitesse d'expulsion de l'eau, et donc la force du mouvement, et la direction dans laquelle ils se déplacent. Tous les céphalopodes possèdent cet entonnoir, mais sa forme varie d'un groupe à l'autre. Chez les calmars et les seiches, par exemple, il se trouve partiellement dans le corps alors que chez les pieuvres, il est entièrement inclus.
  • En général, ce sont de très bons nageurs.
  • Ils ont toute une série d'appendices musculaires situés sur la tête et autour de la bouche.
  • Ils utilisent leurs membres, dont le nombre varie selon les groupes, pour se nourrir, se déplacer et se reproduire.
  • Bien que les termes tentacules et bras soient souvent utilisés de manière interchangeable, sur le plan scientifique, ils ne signifient pas la même chose. En effet, les premiers sont plus longs et utiles pour capturer la nourriture, tandis que les seconds sont plus courts et leurs permet de manipuler la nourriture. Dans certains cas, elles sont couvertes de ventouses et leur nombre varie selon le type de céphalopode.
  • Ils ont une tête bien développée dans laquelle se trouve le cerveau le plus complexe de tous les invertébrés.
  • Ils ont une structure musculaire sur la face inférieure, appelée "pied". Dans le cas des céphalopodes, ce pied est modifié et fusionné avec la tête. Et c'est du pied que dérivent les tentacules des céphalopodes.
  • Ils ont un manteau fortement musclé qui entoure la cavité viscérale et qu'il utilise pour contracter cette cavité ainsi que pour respirer. La cavité viscérale est une chambre formée à l'intérieur du manteau où sont abrités les organes vitaux.
  • Le manteau a une fonction inhalante et l'entonnoir une fonction exhalante.
  • A l'exception des nautiles chambrés, qui en ont deux paires, tous les autres céphalopodes possèdent une paire de cténidies sans cils, qui correspondent aux organes respiratoires, c'est-à-dire aux branchies. Curieusement, ils sont en forme de peigne.
  • Ils ont un bec corné autour de la cavité buccale et à l'intérieur de celui-ci une radula (structure utilisée pour se nourrir).
  • Ils ont deux paires de glandes salivaires qui, chez certaines espèces, peuvent être venimeuses.
  • Le système digestif se compose de trois structures : l'œsophage, l'estomac et le cæcum.
  • Chez la plupart des non-nautilidés, la dernière partie du caecum est constituée d'une structure qui fonctionne comme une glande productrice d'encre, qui est expulsée par la cavité du manteau.
  • À l'exception des nautiles, les céphalopodes se caractérisent par la présence de cellules appelées "chromatophores", qui leur permettent de changer de couleurs et de motifs dans des situations de stress, de danger ou selon l'humeur de l'individu. Cette caractéristique est vraiment impressionnante car, en l'espace de quelques secondes à peine, ils peuvent changer complètement d'apparence ainsi que de texture de peau. Cette habilité permet non seulement à certains individus de se camoufler, mais aussi d'imiter d'autres espèces animales.
  • Ils ont un système nerveux très développé et très complexe qui leur permet d'avoir un système de communication développé.
  • Il a été démontré que certains types de céphalopodes sont capables d'apprendre et d'entraîner leur mémoire.
  • Bien que les nautiles chambrés aient des yeux primitifs, les autres ont des structures oculaires bien développées. Ces dernières sont composées d'une cornée, du cristallin, de la rétine et de l'iris et elles leur permettent de former des images et de distinguer à merveille les couleurs.
  • En général, les céphalopodes ont une courte espérance de vie, qu'ils compensent par une croissance rapide.

Habitat des céphalopodes

Les céphalopodes sont des animaux exclusivement aquatiques et marins. En général, ils m'apprécient pas du tout les faibles concentrations de sel. Toutefois, il y a quelques exceptions au sein du groupe qui peuvent vivre dans des eaux à faible teneur en sel. Selon le type de céphalopode, ils sont répartis depuis les eaux de surface et les niveaux intermédiaires jusqu'aux fonds marins profonds de 5 000 mètres.

Ils ont une large distribution mondiale et sont présents dans pratiquement tous les océans du monde. Toutefois, leur diversité et leur nombre tendent à augmenter vers l'équateur et à diminuer près des zones polaires. Certains ont tendance à nager librement, tandis que d'autres préfèrent se coller aux zones rocheuses, aux formations coralliennes ou même au fond de la mer.

 

Alimentation des céphalopodes

Les céphalopodes sont des chasseurs actifs qui, grâce à leurs membres, à leur bec et à certaines substances toxiques, poursuivent et capturent leurs proies avec une certaine facilité.

Selon l'espèce, ils se nourrissent de :

  • Plancton
  • Différents types de poissons
  • Escargots
  • Crabes
  • Crevettes
  • Copépodes
  • Palourdes
  • Méduse
  • Vers
  • Charogne

On estime même que les espèces de calamars géants peuvent chasser et se nourrir de mammifères aussi gros que les baleines. Cependant, comme ils n'ont jamais été étudiés en direct dans leur habitat, cette hypothèse n'est pour le moment ni confirmée ni infirmée. Ils sont également connus pour s'attaquer aux membres de leur propre groupe.

 

Céphalopodes - Exemples et caractéristiques - Alimentation des céphalopodes

Reproduction des céphalopodes

Les céphalopodes ont des sexes séparés et, selon l'espèce, ils se livrent parfois à une parade nuptiale avant de se reproduire. Cette dernière est basée sur une série de mouvements autour de la femelle ainsi que d'un changement de couleur de la part des mâles.

Une fois la parade nuptiale conclue, la reproduction commence et elle consiste en :

  • Les spermatozoïdes sont emballés dans un spermatophore, qui est stocké dans un sac qui s'ouvre dans une cavité du manteau. Ce sac est transféré dans une cavité du manteau de la femelle qui est située près de l'oviducte. Pour cela, ils utilisent un bras spécialisé appelé "hectocotyle".
  • La fécondation a lieu lorsque les œufs atteignent la zone de l'oviducte. Une fois fécondés, les œufs sont déposés ou fixés sur un substrat, qui peut être des rochers, des coraux, des touffes de plantes ou des algues.
  • Les céphalopodes, à l'exception des espèces de pieuvres, ne prennent pas soin de leurs œufs. Les œufs sont très sensibles à la température, mais les conditions générales de l'eau et même la pollution peuvent également affecter le développement embryonnaire.

Les céphalopodes, en revanche, n'ont pas de développement larvaire libre, c'est-à-dire qu'après le développement embryonnaire, l'œuf éclot et en sortira un jeune individu entièrement formé. Dès que l'embryon commence à se développer, la tête n'est plus différenciée du pied, et les tentacules autour de la bouche sont formés à partir du bord antérieur du pied.

D'autre part, ces animaux présentent généralement une série de comportements complexes pour la reproduction, qui, comme nous l'avons mentionné, comprend non seulement la parade nuptiale, mais aussi des affrontements féroces entre mâles. Lors de ces confrontations, se produit une "technique de lavage" utilisée par le second mâle qui tente de s'accoupler avec la femelle et qui essaie d'éliminer le sperme introduit par son rival. On a également identifié comment certains mâles parviennent à modifier leur apparence pour se faire passer pour des femelles et éviter d'être attaqués par des mâles plus forts.

 

Exemples de céphalopodes

Nous avons mentionné ci-dessus que les céphalopodes sont communément connus sous le nom de calmar, seiche, pieuvre et nautile. Cependant, pour plus de précisions, on vous propose de découvrir une petite liste d'espèces de céphalopodes :

  • Spirule (Spirula spirula).
  • Calmar géant (Architeuthis dux)
  • Encornet géant (Dosidicus gigas)
  • Vampire des abysses (Vampyroteuthis infernalis)
  • Calmar pygmée du nord (Idiosepius paradoxus)
  • Calmar colossal (Mesonychoteuthis hamiltoni)
  • Calmar luciole (Watasenia scintillans)
  • Seiche flamboyante (Metasepia pfefferi)
  • Seiche dorée (Sepia esculenta)
  • Sepia trygonina
  • Argonauta argo
  • Pieuvre géante du Pacifique (Enteroctopus dofleini)
  • Grand poulpe à anneaux bleus (Hapalochlaena lunulata)
  • Pieuvre commune (Octopus vulgaris)
  • Pieuvre mimétique (Thaumoctopus mimicus)
  • Haliphron atlanticus
  • Nautile de Bali (Allonautilus perforatus)
  • Nautile croustillant (Allonautilus scrobiculatus)
  • Nautilus belauensis
  • Nautilus macromphalus
  • Nautilus pompilius

 

 

Céphalopodes - Exemples et caractéristiques - Exemples de céphalopodes

Si vous souhaitez lire plus d'articles semblables à Céphalopodes - Exemples et caractéristiques, nous vous recommandons de consulter la section Curiosités du monde animal.

Bibliographie
  • Hickman, C.; Roberts, L.; Parson A. (2000). Principios integrales de zoología. McGraw Hill Interamericana: España.
  • ITIS (2022). Cephalopoda. Disponible sur : https://www.itis.gov/servlet/SingleRpt/SingleRpt?search_topic=TSN&search_value=82326#null
  • Wheeler, K.; Fautin, D. (2001). Cephalopoda. Animal Diversity Web. Disponible sur : https://animaldiversity.org/accounts/Cephalopoda/

Écrire un commentaire

Ajouter une image :
Clique pour ajouter une photo à ton commentaire
Qu'avez-vous pensé de notre article?
Céphalopodes - Exemples et caractéristiques
1 sur 4
Céphalopodes - Exemples et caractéristiques

Retour en haut