menu
Partager

Cryptococcose chez le chat - Symptômes, diagnostic et traitement

 
Par Laura García Ortiz, Vétérinaire spécialisée en médecine féline. 19 juillet 2021
Cryptococcose chez le chat - Symptômes, diagnostic et traitement

Voir les fiches de Chats

La cryptococcose du chat est une maladie systémique fongique très fréquente chez le chat, néanmoins, son incidence est plutôt basse. La cryptococcose se manifeste le plus souvent dans la zone nasale, et elle le fait par un gonflement très marqué qui est dû au développement du granulome fongique. Dans d'autres cas, la cryptococcose touche les poumons, les yeux, le système nerveux et elle est systémique quand elle se produit à plusieurs endroits du corps et qu'elle se distribue par voie hématogène ou lymphatique. Le traitement est basé sur l'utilisation d'une thérapie destinée à tuer la levure et il est aussi possible que soit réalisée la résection du granulome fongique du chat.

Dans cet article Cryptococcose chez le chat - Symptômes et traitement de PlanèteAnimal, on va tout vous dire sur la cryptococcose chez le chat, ses symptômes et son traitement, afin que vous en sachiez plus à propos de cette maladie si commune.

Qu'est-ce que la cryptococcose chez le chat ?

La cryptococcose du chat est une maladie infectieuse qui affecte les chats et qui est causée par des champignons, de manière plus spécifique, par l'agent fongique Cryptococcus neoformans. Cette infection est particulièrement associée aux environnements où il y a des oiseaux, spécialement des pigeons, car cet agent fongique se trouve dans leurs selles. Elle peut aussi être causée par Cryptococcus gattii, généralement dans des zones au climat tropical ou subtropical, et la source infectieuse est la matière végétale de certains arbres.

Il s'agit d'une levure de petite taille et qu'on retrouve dans le monde entier. Elle a une capsule qui, en plus de la protéger de du dessèchement, rend également difficile sa reconnaissance par le système immunitaire du chat et le déclenchement de la réponse immunitaire nécessaire à son élimination. Il s'agit toutefois d'une maladie dont l'incidence est faible.

Chez les chats, un facteur à risque pour le développement de la cryptococcose par C. neoformans est la présence de maladies immunosuppressives telles que la leucémie féline ou l'immunodéficience féline. Cependant, l'infection par C. gattii peut survenir chez des individus sans affection du système immunitaire. En plus, chez les spécimens immunodéprimés, l'infection est généralement plus grave, alors que chez les spécimens au système immunitaire en pleine forme, l'infection est généralement localisée dans la zone nasale, et elle ne se propagera pas.

Quelle est la pathogenèse de la cryptococcose ?

La source d'infection principale est l'inhalation de levures qui se déposent dans l'appareil respiratoire supérieur où se produisent les granulomes nasaux. Si elles arrivent aux voies pulmonaires basses, elles causeront des granulomes dans le poumon.

Le champignon peut se disséminer dans d'autres endroits, comme le système nerveux central et lymphatique par voie sanguine ou par invasion locale au travers de la lamina cribrosa de l'os ethmoïde qui relie le cerveau à la cavité nasale. Elle peut aussi finir par arriver à d'autres endroits, comme les yeux, le visage et la peau. Si se produit une forme systémique grave de la maladie, la levure peut se disséminer à certains organes comme la rate, le cœur, les reins, les organes digestifs, les muscles ou les ganglions lymphatiques.

Symptômes de la cryptococcose du chat

La cryptococcose peut permettre l'apparition à certains symptômes cliniques très différents selon la localisation de la levure et son degré de dissémination. Il peut y avoir différents types de cryptococcose chez le chat : nasale, pulmonaire, nerveuse, oculaire et systémique.

Cryptococcose nasale

Dans le cas de la cryptococcose nasale chez le chat, les symptômes les plus courants sont les respiratoires et ils sont généralement plus fréquents dans les voies respiratoires hautes. Voici les symptômes les plus fréquents :

  • Écoulement nasal uni ou bilatéral mucopurulent ou sanglant.
  • Rhinite
  • Gonflement nasal
  • Granulomes.
  • Éternuement
  • Détresse respiratoire
  • Douleur
  • Détresse respiratoire

Cryptococcose pulmonaire

Lorsque la levure affecte les poumons, des granulomes, des foyers de pneumonie et des infiltrats autour des bronches vont produire des symptômes des voies inférieures comme par exemple :

  • Toux.
  • Détresse respiratoire.
  • Fièvre
  • Bruits de poumons.

Cryptococcose nerveuse

La cryptococcose peut aussi finir par arriver dans le système nerveux où s'apprécieront des symptômes nerveux qui peuvent être une conséquence de l'encéphalite ou de la méningite due à la présence de la levure dans le système nerveux central. Voici les symptômes les plus fréquents :

  • Dilatation des pupilles (mydriase)
  • Trouble de la démarche
  • Incoordination
  • Indifférence
  • Cécité totale ou partielle

Cryptococcose oculaire

Quand la levure finit dans l'œil, elle provoque :

  • Névrite du nerf optique
  • Chorioretinitis
  • Mydriase

Cryptococcose systémique

Quand la Cryptococcose touche plusieurs endroits, apparaîtront une multitude de symptômes, ce qui constitue la forme la plus grave de la maladie. Parmi eux, les symptômes suivants se distinguent :

  • Fièvre.
  • Toux.
  • Condensation pulmonaire
  • Anorexie
  • Perte de poids
  • Faiblesse
  • Ataxie
  • Ulcères sur les muqueuses
  • Boiterie
  • Vomissements
  • Diarrhée.
  • Granulomes cutanés
  • Hypertrophie des ganglions lymphatiques
Cryptococcose chez le chat - Symptômes, diagnostic et traitement - Symptômes de la cryptococcose du chat

Diagnostic de la cryptococcose chez le chat

Le diagnostic est réalisé, en plus de l'observation des symptômes cliniques et de l'histoire clinique de l'animal, grâce à des tests de laboratoire et complémentaires comme l'isolation et l'identification du micro-organisme par le biais d'une cytologie et d'une culture, ainsi que la détermination de l'antigène de la capsule de levure. Voici les tests qui sont utilisés :

  • La cytologie est réalisée en ponctionnant les zones concernées, comme la zone des ganglions lymphatiques, les masses de la région nasale ou la peau. Ce qui a été extrait est ensuite examiné au microscope avec une coloration, comme celle de Gram, le bleu de méthylène, la coloration de Wright et l'encre de Chine, pour visualiser le micro-organisme. L'organisme est facile à détecter grâce à sa capsule polysaccharidique caractéristique.
  • La culture est réalisée à partir d'échantillons de liquide céphalo-rachidien ou d'exsudats. Les échantillons doivent être incubés sur un milieu Sabouraud agar ou blood agar à une température comprise entre 25 et 35°C. Après 36-72 heures, si le test est positif, des colonies brillantes, de couleur blanc crème, apparaîtront. Les colonies de C. neoformans sont moins mucoïdes que celles de C. gattii. Pour détecter la levure, il faut visualiser la capsule et confirmer ses caractéristiques biochimiques telles que la réduction du nitrate en nitrite et la capacité d'hydrolyse de l'urée.
  • Pour détecter l'antigène de la capsule, le test d'agglutination au latex ou ELISA est effectué sur des échantillons de sérum sanguin, de liquide céphalorachidien ou d'urine. Ce test a une sensibilité et une spécificité élevées chez le chat.

La radiographie du thorax peut être utile dans le cas de la cryptococcose pulmonaire car elle permet de visualiser des altérations pulmonaires et bronchiales.

Traitement de la cryptococcose du chat

Le protocole thérapeutique de la cryptococcose inclut le traitement avec des antifongiques pour tuer la levure et une résection chirurgicale des granulomes. La résection chirurgicale est pratiquée chez les chats qui ont des granulomes dans la cavité nasale en complément d'un traitement médical par antifongiques.

Les antifongiques les plus utilisés pour le traitement de la cryptococcose du chat sont :

  • Fluconazole : c'est l'antibiotique de choix à l'heure d'opter pour un qui soit efficace et sûr. S'utilise une dose de 50 mb/12 heures par voie orale. Il est aussi efficace dans le cas d'infectieux nerveuses pour traverser la barrière hématoencéphalique.
  • Itraconazole : il est efficace, mais inutile dans le cas de la cryptococcose nerveuse et il peut donner lieu à des effets secondaires comme des vomissements et une inappétence.
  • L'amphotéricine B avec 5-fluorocytosine est un traitement très utile dans les cas où il y a des symptômes nerveux. Il était plus largement utilisé il y a quelques années.

Dans tous les cas, il est important d'aller à la clinique vétérinaire pour que ce soit un professionnel qui confirme la maladie et établisse le meilleur traitement. Vous ne devez jamais automédiquer votre chat.

Cet article est purement informatif, sur PlanèteAnimal nous n'avons pas les compétences pour prescrire des traitements vétérinaires ni réaliser aucun diagnostic. Nous vous invitons à amener votre animal chez le vétérinaire s'il présente les symptômes d'une fébrilité ou d'une maladie.

Si vous souhaitez lire plus d'articles semblables à Cryptococcose chez le chat - Symptômes, diagnostic et traitement, nous vous recommandons de consulter la section Maladies infectieuses.

Bibliographie
  • Revista Veterinaria Argentina. (2014). Criptococosis en felinos. Disponible sur : https://www.veterinariargentina.com/revista/2014/02/criptococosis-en-felinos/
  • G. Castellá, M. L. Abarca, F. J. Cabañes. (2008). Criptococosis y animales de compañía. Disponible sur : http://www.reviberoammicol.com/2008-25/S19S24.pdf
  • C. Gines, A. Font, N. Durall, M. Closa, J. Mascort. Criptococosis felina, un caso clínico. Disponible sur : https://ddd.uab.cat/pub/clivetpeqani/11307064v11n4/11307064v11n4p248.pdf

Écrire un commentaire

Ajouter une image :
Clique pour ajouter une photo à ton commentaire
Qu'avez-vous pensé de notre article?

Cryptococcose chez le chat - Symptômes, diagnostic et traitement
1 sur 2
Cryptococcose chez le chat - Symptômes, diagnostic et traitement

Retour en haut