Partager

Hypoplasie cérébelleuse chez le chat - Symptômes et traitement

 
Par Laura García Ortiz, Vétérinaire spécialisée en médecine féline. 31 décembre 2020
Hypoplasie cérébelleuse chez le chat - Symptômes et traitement

Voir les fiches de Chats

L'hypoplasie cérébelleuse chez les chats est principalement due à une infection intra-utérine par le virus de la panleucopénie féline pendant la gestation d'une chatte, qui transmet ce virus au cervelet des chatons, où il provoque un arrêt de la croissance et du développement de cet organe. D'autres causes produisent également des signes cérébelleux, mais l'hypoplasie cérébelleuse due au virus de la panleucopénie est celle qui produit les signes cliniques les plus clairs et les plus spécifiques d'hypermétrie cérébelleuse, d'ataxie ou de tremblements. Ces chatons peuvent avoir une espérance de vie et une qualité de vie similaires à celles d'un chat sans cette affection, même si parfois la maladie peut être très grave et réduire l’espérance de vie du félin.

Dans cet article de PlanèteAnimal, “Hypoplasie cérébelleuse chez le chat - Symptômes et traitement”, nous abordons cette maladie, ses symptômes et son traitement. Lisez la suite pour en savoir plus !

Cela pourrait aussi vous intéresser : Hypothyroïdie chez le chat - Symptômes et traitement

Qu'est-ce que l'hypoplasie cérébelleuse chez le chat ?

L'hypoplasie cérébelleuse est un trouble du développement neurologique du cervelet, un organe du système nerveux central qui est responsable de la coordination des mouvements, de l'harmonisation de la contraction musculaire et du ralentissement de l'amplitude et de l'intensité d'un mouvement. Ce problème neurologique chez le chat est caractérisé par une diminution de la taille du cervelet avec désorganisation de son cortex et déficience des neurones granulaires et de Purkinje.

En raison de la fonction du cervelet, l'hypoplasie cérébelleuse du chat provoque une défaillance de la coordination, ce qui entraîne l'incapacité du félin à réguler l'amplitude, la coordination et la force d'un mouvement, appelée dysmétrie.

Chez les chats, il peut arriver que les portées naissent avec un cervelet de taille et de développement réduits qui leur fait présenter des signes cliniques frappants dès la première semaine de vie et qui deviennent de plus en plus évidents pour les personnes qui s'occupent d'eux au fur et à mesure de leur croissance.

Causes de l'hypoplasie cérébelleuse chez le chat

Les dommages cérébelleux peuvent être dus à des causes congénitales ou acquises après la naissance à tout moment de la vie du chat, de sorte que les causes pouvant entraîner des signes d'atteinte cérébelleuse peuvent être les suivants :

  • Causes congénitales : l'hypoplasie cérébelleuse causée par le virus de la panleucopénie féline est la plus courante, étant la seule de la liste qui présente des signes cérébelleux purs. Parmi les autres causes génétiques, on peut citer l'hypomyélinogénèse-dmyélinogénèse congénitale, bien qu'elle puisse également être causée par des virus ou être idiopathique sans origine apparente et provoquer des tremblements dans tout le corps du chat. L'abiotrophie cérébelleuse, très rare, peut également être causée par le virus de la panleucopénie féline, les leucodystrophies et lipodystrophies ou la gangliosidose.
  • Causes acquises : inflammations telles que l'encéphalite granulomateuse (toxoplasmose et cryptococcose), la péritonite infectieuse féline, les parasites tels que Cuterebra et la rage du chat. Elles peuvent également être dues à des dégénérescences diffuses causées par des toxines végétales ou fongiques, des organophosphates ou des métaux lourds. Les autres causes seraient les traumatismes, les néoplasmes et les altérations vasculaires telles que les infarctus ou les hémorragies.

Cependant, la cause la plus fréquente d'hypoplasie cérébelleuse chez le chat est le contact avec le virus de la panleucopénie féline (parvovirus félin), soit par infection de la chatte pendant la gestation, soit lorsqu'une chatte en gestation est vaccinée avec un vaccin vivant modifié du virus de la panleucopénie féline. Sous ces deux formes, le virus atteint les chatons par voie intra-utérine et endommage leur cervelet. Les dommages causés par le virus dans le cervelet sont principalement dirigés vers la couche externe germinale du cervelet qui donnera naissance aux couches finales du cortex cérébral complètement développé. En détruisant ces cellules en formation, la croissance et le développement du cervelet sont grandement compromis.

Symptômes de l'hypoplasie cérébelleuse chez le chat

Les signes cliniques d'une ataxie cérébelleuse du chat deviennent évidents lorsque le chaton commence à marcher, étant les suivants :

  • Hypermétrie (marche avec les jambes écartées avec des mouvements amples et saccadés).
  • Ataxie (incoordination des mouvements).
  • Des tremblements, surtout de la tête, qui s'aggravent lorsque le chat commence à manger.
  • Sauts exagérés, avec peu de précision.
  • Tremblements au début du mouvement (d'intention) qui disparaissent au repos.
  • La réponse de l'évaluation de la posture, d'abord retardée puis exagérée.
  • Balancement du tronc lors de la marche.
  • Mouvements maladroits, soudains et saccadés des membres Mouvements oscillatoires ou pendulaires des yeux.
  • Au repos, le chat étend les quatre pattes.
  • Il peut y avoir des lacunes dans la réponse aux menaces bilatérales.

Certains cas sont très légers, tandis que dans d'autres, le dysfonctionnement est si grave que les chats ont des difficultés à manger et à marcher.

Hypoplasie cérébelleuse chez le chat - Symptômes et traitement - Symptômes de l'hypoplasie cérébelleuse chez le chat

Diagnostic de l'hypoplasie cérébelleuse chez le chat

Le diagnostic définitif de l'hypoplasie cérébelleuse du chat est établi par des tests de laboratoire ou d'imagerie, mais généralement, les symptômes manifestes d'un trouble cérébelleux chez un chaton de quelques semaines suffisent à établir le diagnostic de cette maladie.

Diagnostic clinique

Devant un bébé chat à la démarche non coordonnée, à la démarche exagérée, à la posture large avec les pattes étendues ou aux tremblements qui sont exagérés à l'approche du bol de nourriture et s'arrêtent lorsque le chat se repose, la première chose à laquelle on pense est une hypoplasie du cervelet due au virus de la panleucopénie féline.

Diagnostic en laboratoire

Le diagnostic de laboratoire confirmera toujours la maladie par un examen histopathologique après avoir prélevé un échantillon du cervelet et détecté une hypoplasie.

Imagerie

Les tests d'imagerie sont le meilleur moyen de diagnostiquer l'hypoplasie cérébelleuse chez le chat, en particulier l'utilisation d'une IRM ou d'une tomodensitométrie qui montrera les changements cérébelleux indiquant ce processus.

Hypoplasie cérébelleuse chez le chat - Symptômes et traitement - Diagnostic de l'hypoplasie cérébelleuse chez le chat

Traitement de l'hypoplasie cérébelleuse chez le chat

L'hypoplasie cérébelleuse chez le chat n'a pas de remède ni de traitement, mais ce n'est pas une maladie évolutive, ce qui signifie que la situation du chaton ne s'aggravera pas en vieillissant et, bien qu'il ne se déplace jamais comme un chat normal, il peut avoir la qualité de vie d'un chat sans hypoplasie cérébelleuse, ce qui ne devrait donc pas être un obstacle à son adoption et encore moins un motif d'euthanasie si le chat se porte bien malgré ses incohérences et ses tremblements. La rééducation neurologique par des exercices de proprioception et d'équilibre ou la kinésithérapie active peut être tentée. Le chat apprend à vivre avec ce qui lui a été donné, en compensant ses limites et en évitant les sauts difficiles trop hauts ou nécessitant une coordination absolue des mouvements.

Ce syndrome cérébelleux donne une espérance de vie au chat qui peut être exactement la même que celle d'un chat qui n'en est pas atteint, toujours moins s'il s'agit d'un chat errant, chez qui cette maladie est généralement plus fréquente, car les chats errants ont une plus grande possibilité de contracter le virus lorsqu'ils sont en gestation et, en général, tous les chats errants ont un plus grand risque de souffrir de carences nutritionnelles, d'intoxications et d'autres infections qui provoqueraient également des troubles au niveau du cervelet. Un chat des rues atteint d'hypoplasie cérébelleuse a beaucoup plus de difficultés, car personne ne peut l'aider dans ses mouvements ou sa capacité à sauter, à grimper et même à chasser.

Il est très important de vacciner notre chat. Si nous vaccinons les chats atteints de panleucopénie, cette maladie peut être évitée chez leur progéniture, ainsi que la maladie systémique de la panleucopénie chez tous les spécimens.

Hypoplasie cérébelleuse chez le chat - Symptômes et traitement - Traitement de l'hypoplasie cérébelleuse chez le chat

Vous êtes arrivé à la fin de cet article. Nous espérons vous avoir informé un peu plus sur la santé de votre chat. À bientôt sur PlanèteAnimal !

Cet article est purement informatif, sur PlanèteAnimal nous n'avons pas les compétences pour prescrire des traitements vétérinaires ni réaliser aucun diagnostic. Nous vous invitons à amener votre animal chez le vétérinaire s'il présente les symptômes d'une fébrilité ou d'une maladie.

Si vous souhaitez lire plus d'articles semblables à Hypoplasie cérébelleuse chez le chat - Symptômes et traitement, nous vous recommandons de consulter la section Autres problèmes de santé.

Bibliographie
  • G. Hervàs, J. Calvo, M. Pumaro. Hipoplasia cerebelar en el gato. Disponible sur : https://ddd.uab.cat/pub/clivetpeqani/11307064v17n3/11307064v17n3p167.pdf
  • B.J. Klein. (2020). Cunnigan, Fisiología Veterinaria. Sexta edición, ELSEVIER.
  • Program for ethical breeding. Hipoplasia cerebelosa felina. Disponible sur : https://www.ethicalbreeding.org/gatos/hipoplasia-cerebelosa-felina/
  • Fisioterapia y rehabilitación animal. (2016). Hipoplasia cerebelosa felina. Disponible sur : http://estiofisioterapia.com/hipoplasia-cerebelosa-felina/

Écrire un commentaire

Ajouter une image :
Clique pour ajouter une photo à ton commentaire
Qu'avez-vous pensé de notre article?

Hypoplasie cérébelleuse chez le chat - Symptômes et traitement
1 sur 4
Hypoplasie cérébelleuse chez le chat - Symptômes et traitement

Retour en haut