menu
Partager

Maladie de MICI chez le chat - Symptômes et traitement

 
Par Laura García Ortiz, Vétérinaire spécialisée en médecine féline. 8 février 2021
Maladie de MICI chez le chat - Symptômes et traitement

Voir les fiches de Chats

Les maladies inflammatoires de l'intestin ou MICI chez le chat sont l'accumulation de cellules inflammatoires dans la muqueuse de l'intestin. Cet infiltrat peut être constitué de lymphocytes, de plasmocytes ou d'éosinophiles. Chez le chat, la MICI est une maladie qui s'accompagne parfois d'une inflammation du pancréas et/ou du foie, alors appelée triade féline. Les signes cliniques de la MICI chez le chat sont les signes généraux d'un problème digestif, bien que les vomissements et la perte de poids soient fréquents, contrairement à la diarrhée chronique qui se produit habituellement chez l'espèce canine. Un bon diagnostic différentiel doit être fait entre les autres pathologies qui produisent les mêmes symptômes et le diagnostic définitif est obtenu par histopathologie. Le traitement sera diététique et pharmacologique.

Continuez à lire cet article de PlanèteAnimal “Maladie de MICI chez le chat - Symptômes et traitement”, dans lequel nous abordons la question des maladies inflammatoires de l'intestin chez les chats, leurs symptômes, leur diagnostic et leur traitement !

Cela pourrait aussi vous intéresser : Entérite chez le chat - Types, symptômes et traitements

Qu'est-ce qu'une MICI chez le chat et quelles en sont les causes ?

La maladie inflammatoire de l'intestin (MICI) est une maladie inflammatoire chronique d'origine inconnue de l'intestin grêle. Parfois, elle peut également toucher le gros intestin ou l'estomac et être associée à une pancréatite et/ou une cholangite, ce qui est connu sous le nom de triade féline.

Dans les maladies inflammatoires intestinales félines, il y a une infiltration de cellules inflammatoires (lymphocytes, plasmocytes ou éosinophiles) dans la muqueuse de l'intestin, et peut atteindre les couches plus profondes. Bien que l'origine soit inconnue, il existe trois hypothèses pour les causes des MICI chez les chats :

  • Perturbation auto-immune contre l'épithélium intestinal.
  • Réponse aux antigènes bactériens, parasitaires ou alimentaires de l'intestin.
  • Défaillance de la perméabilité de la muqueuse intestinale entraînant une exposition accrue à ces antigènes.

Existe-t-il une prédisposition de race ou d'âge dans le développement des MICI chez le chat ?

Il n'y a pas d'âge spécifique. Bien qu'elle soit plus fréquente chez les chats d'âge moyen, les chats plus jeunes et plus âgés peuvent également être touchés. D'autre part, il existe une certaine prédisposition de race chez les chats siamois, persans et himalayens.

Symptômes des maladies inflammatoires de l'intestin chez le chat

Lorsque l'inflammation se produit dans l'intestin, les signes cliniques sont très similaires à ceux du lymphome intestinal, car, bien que ce dernier soit plus fréquent chez les chats âgés, il n'est pas exclusif. Ainsi, les signes cliniques que présente un chat atteint d'une MICI sont les suivants :

  • Anorexie ou appétit normal.
  • Perte de poids.
  • Vomissements muqueux ou bilieux.
  • Diarrhée de l'intestin grêle.
  • Diarrhée du gros intestin si celui-ci est également touché, généralement avec du sang dans les selles.

Si une palpation abdominale est effectuée, on peut noter une augmentation de la consistance des boucles intestinales ou un élargissement des ganglions lymphatiques mésentériques.

Diagnostic de la maladie intestinale inflammatoire chez le chat

Le diagnostic définitif d'une MICI chez le chat intègre une bonne anamnèse, un examen physique, des analyses de laboratoire, une imagerie diagnostique et une histopathologie des biopsies. Des analyses sanguines et biochimiques, un dépistage de la T4, une analyse d'urine et une radiographie abdominale doivent être effectués pour exclure toute maladie systémique telle que l'hyperthyroïdie, une maladie rénale ou une maladie du foie.

On observe parfois une augmentation des neutrophiles, des monocytes et des globulines dans le sang en cas d'inflammation chronique. Si une carence en vitamine B12 apparaît, cela peut indiquer que le problème se situe dans la partie terminale de l'intestin grêle (iléon). La radiographie abdominale peut détecter des corps étrangers, des gaz ou des iléus paralytiques. Cependant, l'échographie abdominale est le test d'imagerie le plus utile, car elle permet de détecter un épaississement de la paroi intestinale, en particulier de la muqueuse, et même de le mesurer. Il n'est pas courant dans cette maladie de perdre l'architecture des couches intestinales comme cela peut se produire dans une tumeur intestinale (lymphome). Il est également possible de constater une augmentation des ganglions lymphatiques mésentériques et, selon leur taille et leur forme, de savoir s'ils sont enflammés ou si c'est tumoral.

Le diagnostic définitif et le différentiel avec le lymphome seront obtenus grâce à l'analyse histopathologique des échantillons obtenus par biopsie endoscopique ou laparotomie. Dans plus de 70 % des cas, l'infiltrat est lymphocytaire/plasmocytaire, bien qu'il puisse également être éosinophile et répondre moins bien au traitement. D'autres infiltrats beaucoup moins possibles sont neutrophiles (neutrophiles) ou granulomateux (macrophages).

Maladie de MICI chez le chat - Symptômes et traitement - Diagnostic de la maladie intestinale inflammatoire chez le chat

Traitement des maladies inflammatoires de l'intestin chez le chat

Le traitement des MICI chez le chat repose sur une combinaison de régime alimentaire et d'immunomodulateurs et, si elles sont présentes, sur le traitement des maladies concomitantes.

Traitement diététique

De nombreux chats atteints d'une MICI se sentent un peu mieux après avoir suivi un régime hypoallergénique pendant quelques jours. En effet, ce régime diminue le substrat pour la croissance des bactéries, augmente l'absorption intestinale et réduit le potentiel osmotique. Bien que le passage à ces régimes puisse normaliser la flore intestinale, il est difficile de diminuer les espèces pathogènes qui surpeuplent l'intestin. En outre, en cas de pancréatite concomitante, il faut administrer des antibiotiques pour éviter les infections du canal biliaire ou de l'intestin dues aux caractéristiques anatomiques du chat (triade féline).

Si le gros intestin est également touché, l'administration de régimes alimentaires riches en fibres peut être indiquée. Dans tous les cas, c'est le vétérinaire qui indiquera quel est la meilleure nourriture pour les chats atteints d'une MICI en fonction de leur cas particulier.

Traitement médical

Si une faible teneur en vitamine B12 est démontrée, complétez avec une dose de 250 microgrammes par voie sous-cutanée une fois par semaine pendant 6 semaines. Par la suite, toutes les deux semaines pendant six semaines supplémentaires, puis tous les mois.

Le métronidazole est efficace parce qu'il est antimicrobien et immunomodulateur, mais il doit être utilisé correctement pour éviter les effets indésirables sur les cellules intestinales et la neurotoxicité. D'autre part, les corticostéroïdes tels que la prednisolone sont utilisés à des doses immunosuppressives. Cette thérapie doit être faite, même si le changement de régime n'a pas été fait pour observer s'il y a hypersensibilité alimentaire, chez les chats qui ont une perte de poids marquée et des signes digestifs. La thérapie à la prednisolone peut être commencée à 2 mg/kg/24h par voie orale. Si une amélioration est constatée, la dose est maintenue pendant 2 à 4 semaines supplémentaires. Si les signes cliniques s'atténuent, la dose est abaissée à 1 mg/kg/24h. La dose doit être réduite jusqu'à atteindre la dose efficace minimale qui permette de contrôler la symptomatologie.

Si les corticostéroïdes ne sont pas suffisants, d'autres immunosuppresseurs doivent être introduits, comme par exemple :

  • Chlorambucil à une dose de 2 mg/chat par voie orale toutes les 48h (chats de plus de 4 kg) ou 72 heures (chats de moins de 4 kg). En cas de dépression de la moelle osseuse, il faut effectuer une numération globulaire complète toutes les 2 à 4 semaines.
  • Cyclosporine à une dose de 5 mg/kg/24 heures.

Le traitement des maladies inflammatoires intestinales légères chez les chats comprend :

  • Régime hypoallergénique pendant 7 jours et évaluation de la réponse.
  • Métronidazole pendant 10 jours à une dose de 15 mg/kg/24 heures par voie orale. Réduire la dose de 25 % toutes les deux semaines jusqu'au sevrage.
  • S'ils ne répondent pas à ce qui précède, commencer par la prednisolone à 2 mg/kg/24h seule ou combinée avec du métronidazole, en réduisant la dose de 25 % toutes les 2 semaines jusqu'à ce que la dose minimale efficace soit atteinte.

Cet article est terminé ! Nous espérons vous avoir informé un peu plus sur la santé de votre chat. À bientôt sur PlanèteAnimal !

Cet article est purement informatif, sur PlanèteAnimal nous n'avons pas les compétences pour prescrire des traitements vétérinaires ni réaliser aucun diagnostic. Nous vous invitons à amener votre animal chez le vétérinaire s'il présente les symptômes d'une fébrilité ou d'une maladie.

Si vous souhaitez lire plus d'articles semblables à Maladie de MICI chez le chat - Symptômes et traitement, nous vous recommandons de consulter la section Problèmes intestinaux.

Bibliographie
  • GataWeb. Enfermedad inflamatoria intestinal en el gato. Disponible sur : http://www.gataweb.com/verarticulos.php?id=253
  • D. Ferguson, F. Gaschen. (2009). Enfermedad inflamatoria intestinal idiopática felina. Disponible sur : http://www.rednacionaldeveterinarias.com.uy/articulos/gastroenterologia%E2%80%8F/EII_idiopatica_en_gato.pdf
  • Aybar, V., Casamián, D., Cerón, J. J., Clemente, F., Fatjó, J., Lloret, A., Luján, A., Novellas, R., Pérez, D.,Silva, S., Smith, K., Tegles, F., Vega, J., Zanna, G. (2018). Manual Clínico de Medicina Felina. Ed.SM Publishing LTD. Sheffield, UK.

Écrire un commentaire

Ajouter une image :
Clique pour ajouter une photo à ton commentaire
Qu'avez-vous pensé de notre article?

Maladie de MICI chez le chat - Symptômes et traitement
1 sur 2
Maladie de MICI chez le chat - Symptômes et traitement

Retour en haut