menu
Partager

Mélanome chez le chien - Symptômes, caractéristiques et traitement

 
Par Cristina Pascual. 3 janvier 2022
Mélanome chez le chien - Symptômes, caractéristiques et traitement

Voir les fiches de Chiens

Le mélanome chez le chien est une tumeur provenant des mélanocytes. Elle touche le plus souvent les chiens âgés et les races pigmentées. Contrairement à d'autres tumeurs, le pronostic des mélanomes est fortement lié à leur localisation. Ainsi, les mélanomes situés dans la bouche, les griffes et les doigts ont un pronostic plus défavorable que les mélanomes situés sur la tête ou les membres antérieurs.

Si vous voulez en savoir plus sur le mélanome chez le chien, ne manquez pas cet article Mélanome chez le chien - Symptômes, caractéristiques et traitement de PlanèteAnimal, dans lequel on vous parlera de ses principaux symptômes, diagnostic et traitements.

Qu'est-ce qu'un mélanome chez le chien ?

Le mélanome canin est un néoplasme qui prend naissance dans les mélanocytes, qui sont des cellules présentes dans l'épiderme et les follicules pileux qui synthétisent la mélanine. Ces tumeurs peuvent toucher l'épiderme et le derme, ou seulement le derme, et leur taille peut varier de quelques millimètres à 10 centimètres de diamètre.

Elles surviennent généralement chez des chiens âgés (l'âge moyen se situe entre 9 et 11 ans), sans prédilection pour le sexe, mais il y a toutefois des races qui peuvent en développer plus facilement.

Types de mélanomes du chien

Les mélanomes peuvent être classés sur la base de différents critères :

  • Degré de malignité.
  • Présence ou absence de mélanine.
  • Emplacement.

Selon le degré de malignité

Les mélanomes peuvent être classés en fonction de leur degré de malignité :

  • Mélanomes bénins : ils représentent 3 à 4 % des tumeurs cutanées chez le chien.
  • Mélanomes malins : ils représentent 0,8 à 2 % des tumeurs cutanées chez le chien et sont donc moins fréquents que les mélanomes bénins.

Selon la présence ou l'absence de mélanine

En fonction de la présence ou de l'absence de pigmentation mélanique, les mélanomes peuvent se présenter de la manière suivante :

  • Forme non pigmentée ou amélanotique : 20 % des mélanomes présentent une absence de mélanine, ce qui complique le diagnostic histopathologique.
  • Forme pigmentée : les 80 % de mélanomes restants contiennent de la mélanine.

Selon l'emplacement

En fonction de leur localisation, ils sont classés en mélanomes :

  • Oraux : dans la cavité buccale, y compris la langue, les lèvres et la muqueuse gingivale. Les mélanomes oraux canins sont les plus fréquents.
  • Nasaux : dans la cavité nasale. Ils sont très rares dans l'espèce canine.
  • Intraoculaires : à l'intérieur de l'œil.
  • Unguéaux : dans les griffes.
  • Digitaux : sur les doigts.
  • Mucocutanés : aux jonctions entre la peau et les muqueuses (orale, nasale, génitale, etc.).
  • Cutanés : sur le système cutané en général.

Le pronostic des mélanomes est fortement conditionné par leur localisation. Ainsi, les mélanomes situés sur la tête (sauf la bouche) et les membres antérieurs sont plus susceptibles d'être bénins et ont donc un pronostic. En revanche, les mélanomes situés dans la bouche et la jonction muco-cutanée, les griffes et les doigts ont le plus mauvais pronostic. En particulier, le mélanome oral est une tumeur à croissance très rapide et à fort pouvoir métastatique.

Symptômes des mélanomes chez le chien

L'aspect des mélanomes diffère en fonction de leur degré de malignité. À cet égard :

  • Les mélanomes bénins se présentent généralement comme des formations cutanées nodulaires, bien localisées, petites, pigmentées et non rattachées à des plans profonds. Ils ont généralement l'aspect d'un bouton et ils se développent très lentement.
  • Les mélanomes malins sont généralement localisés sur les muqueuses, les jonctions muco-cutanées, les doigts et les ongles. Ils ont généralement un mode de croissance plus rapide et affectent des tissus plus profonds. Macroscopiquement, il peut s'agir de structures fortement pigmentées (brun foncé ou noir) ou de nodules non pigmentés (rose).

Les symptômes cliniques associés au mélanome canin dépendent de la zone affectée :

  • Les mélanomes buccaux passent généralement inaperçus au début, mais, au fur et à mesure qu'ils se développent, on peut observer un ptyalisme (salivation), une halitose, un saignement des gencives, des difficultés à mâcher ou à avaler et une perte de poids.
  • Un écoulement nasal unilatéral est fréquent dans les mélanomes nasaux.
  • Les mélanomes intraoculaires peuvent provoquer un glaucome (augmentation de la pression intraoculaire), une uvéite (inflammation de l'uvée - iris, corps ciliaires et choroïde), un hyphéma (présence de sang dans la chambre antérieure de l'œil), un œdème cornéen, un épiphora (larmoiement continu) et une hyperémie conjonctivale (rougissement de la sclérotique).
  • Les mélanomes digitaux ou unguéaux (respectivement sur le doigt ou la griffe) peuvent s'étendre aux phalanges et produire des lésions ostéolytiques bien visibles à la radiographie. En outre, la griffe peut tomber.
  • Dans le cas des mélanomes cutanés, seule la présence d'un nodule ferme peut être observée, bien qu'il puisse parfois y avoir des ulcères hémorragiques qui ne guérissent pas. Lorsque la plaie souffre d'une infection bactérienne secondaire, un prurit (démangeaisons) apparaît souvent au niveau de la zone affectée.

Les mélanomes malins métastasés peuvent provoquer des symptômes cliniques qui changeront en fonction des organes touchés. Le poumon est généralement l'organe le plus touché par les métastases.

Mélanome chez le chien - Symptômes, caractéristiques et traitement - Symptômes des mélanomes chez le chien
Image: especiesveterinarios.com

Diagnostic du mélanome du chien

Le diagnostic du mélanome canin repose sur les points suivants :

  • Diagnostic clinique : ce qui comprend l'histoire clinique (lésions, signes cliniques et leur évolution) et l'examen complet du patient. Il accorde une attention particulière aux lésions cutanées et à la palpation des ganglions lymphatiques régionaux.
  • Cytologie : on observe des mélanocytes avec un nombre variable de granules pigmentés. La cytologie permet une approximation du diagnostic, mais n'est pas suffisante pour différencier le degré de malignité de la tumeur, pour lequel un diagnostic histopathologique par biopsie est nécessaire.
  • Histopathologie : par biopsie. Le diagnostic histopathologique indique l'origine exacte de la tumeur, le degré de malignité, l'index mitotique, les caractéristiques invasives et les caractéristiques du stroma.
  • Immunohistochimie : bien qu'il s'agisse d'une technique utile pour le diagnostic des mélanomes chez le chien, elle n'est pas absolument spécifique et doit donc toujours être associée à l'histopathologie.
  • Biopsie à l'aiguille fine (FNA) des ganglions régionaux : même si les ganglions régionaux ne sont pas hypertrophiés à la palpation, une biopsie à l'aiguille fine est nécessaire afin d'exclure la présence d'une métastase du ganglion sentinelle (métastase régionale).
  • Scanner : c'est la méthode la plus indiquée pour étudier la présence de métastases à distance, en particulier de métastases pulmonaires. En outre, pour minimiser les erreurs de diagnostic, il est conseillé de combiner la ponction des ganglions lymphatiques avec la tomodensitométrie pour s'assurer qu'il n'y a pas de métastases régionales dans les ganglions lymphatiques.

Pronostic du mélanome chez le chien

Pour déterminer le pronostic du mélanome canin, il est nécessaire de réaliser une stadification clinique du mélanome. Il existe quatre stades, le premier étant le meilleur pronostic et le quatrième le plus grave.

Le stade clinique dépend de plusieurs facteurs :

  • Localisation : comme nous l'avons déjà dit, la localisation de cette tumeur est fortement liée à la gravité de son pronostic.
  • Taille de la tumeur : plus la tumeur est grande, plus le pronostic est mauvais.
  • Indice mitotique : il indique le pourcentage de cellules qui sont en phase de mitose (division). Un indice mitotique plus élevé est associé à un pronostic plus défavorable.
  • Lésion associée à la tumeur : les signes d'inflammation intralésionnelle ou de nécrose intralésionnelle aggravent le pronostic du mélanome.
  • Métastase régionale : dans les ganglions lymphatiques régionaux ou sentinelles.
  • Métastases à distance : dans des organes situés au-delà des ganglions régionaux.

En règle générale, le pronostic des mélanomes malins chez le chien est habituellement mauvais, surtout dans le cas des mélanomes buccaux où la chirurgie conservatrice est effectuée avec une résection incomplète qui n'inclut pas l'os sous-jacent. Cependant, les mélanomes cutanés offrent un meilleur pronostic en raison de leur comportement généralement bénin. Bien entendu, la présence de métastases, quelle que soit leur localisation, aggrave le pronostic, quel que soit le traitement mis en place.

Traitement du mélanome chez le chien

L'objectif du traitement du mélanome chez le chien est de contrôler la tumeur primaire afin de de réduire le risque de métastases.

Les trois outils les plus efficaces pour lutter contre la tumeur sont la chirurgie, la radiothérapie et l'immunothérapie. Le choix de la thérapie ou de la combinaison de thérapies dépendra du stade clinique de la tumeur.

  • Chirurgie : une excision chirurgicale complète avec de larges marges de sécurité autour de la tumeur doit être réalisée. Son efficacité dépend de la taille et de la localisation de la tumeur.
  • Radiothérapie : bien qu'il s'agisse d'une thérapie exclusivement locale/régionale (elle n'est pas utile pour le traitement des métastases à distance), des taux de réponse élevés sont obtenus, avec des rémissions complètes dans 75 % des cas. Cependant, cette thérapie présente deux inconvénients majeurs : son coût élevé et le nombre limité de centres de radiothérapie vétérinaire en France.
  • Immunothérapie : utilisation de vaccins xénogéniques ou de médicaments inhibiteurs de la cyclo-oxygénase-2 (COX-2). Les vaccins xénogéniques renforcent la réponse immunitaire du chien à la tumeur, tandis que les inhibiteurs de la COX-2 neutralisent la surexpression de l'enzyme COX-2 des tumeurs.

La réponse à la chimiothérapie étant faible et de courte durée, elle est souvent utilisée lorsque tous les autres traitements ont échoué. Malheureusement, le traitement du mélanome canin n'est pas toujours efficace, et tous les cas ne sont pas guérissables.

Races de chiens prédisposés au mélanome

Bien qu'il s'agisse d'un néoplasme qui peut toucher toutes les races, y compris les croisés, il est plus fréquent chez les races de chiens suivantes :

Mélanomes bénins

Les races les plus susceptibles de développer des mélanomes bénins, qui comprennent des mélanomes sur la tête (sauf la bouche) et les membres antérieurs, sont :

  • Terrier de Manchester nain
  • Silky irlandais et Terrier australien
  • Vizsla
  • Rhodesian Ridgeback
  • Chesapeake bay retriever

Mélanomes malins

En règle générale, le mélanome malin est plus fréquent chez les chiens de races pigmentées, comme le schnauzer ou le terrier écossais. Les races prédisposées à chaque type de mélanome malin sont :

  • Mélanome oral : cocker noir, setter irlandais, boxer, chow chow et berger allemand. Également, les mélanomes de la cavité buccale sont plus fréquents chez les chiens de petite et moyenne taille.
  • Mélanome des griffes : golden retriever et setter irlandais.
  • Mélanome cutané : Boston terrier, Scottish terrier, cocker, Doberman et Chihuahua.

En cas de détection de l'un des symptômes du mélanome chez le chien, il est essentiel de se rendre à la clinique vétérinaire le plus vite possible.

Cet article est purement informatif, sur PlanèteAnimal nous n'avons pas les compétences pour prescrire des traitements vétérinaires ni réaliser aucun diagnostic. Nous vous invitons à amener votre animal chez le vétérinaire s'il présente les symptômes d'une fébrilité ou d'une maladie.

Si vous souhaitez lire plus d'articles semblables à Mélanome chez le chien - Symptômes, caractéristiques et traitement, nous vous recommandons de consulter la section Problèmes de peau.

Bibliographie
  • Bergman, P., Kent, M., Farese, J. (2013). Small Animal Clinical Oncology. Saunders.
  • Meuten, D. (2002). Tumors in Domestic Animals. Fourth Edition. Blackwell Publishing Company
  • Romairone, A.G., Cartagena J.C., Moise, A., Moya, S. (2019). Melanoma canino y feline. Argos; 207; 56-60

Écrire un commentaire

Ajouter une image :
Clique pour ajouter une photo à ton commentaire
Qu'avez-vous pensé de notre article?
Mélanome chez le chien - Symptômes, caractéristiques et traitement
Image: especiesveterinarios.com
1 sur 2
Mélanome chez le chien - Symptômes, caractéristiques et traitement

Retour en haut