menu
Partager

Polyuro-polydipsie chez le chien - Causes et que faire

 
Polyuro-polydipsie chez le chien - Causes et que faire

Voir les fiches de Chiens

Le maintien du volume et de la composition des liquides corporels à des niveaux adéquats est rendu possible par des systèmes qui contrôlent l'apport en eau et la production d'urine. Lorsque ces mécanismes de contrôle sont perturbés, une polyurie (augmentation de la production d'urine) et une polydipsie (augmentation de la consommation d'eau) apparaissent. La polyurie et la polydipsie sont des symptômes cliniques qui peuvent se produire dans plusieurs pathologies, il est donc nécessaire de diagnostiquer la maladie qui les provoque afin de les corriger.

Si vous voulez savoir ce qui provoque la polyurie et la polydipsie chez le chien et ce que vous devez faire dans chaque cas, on vous invite à continuer la lecture de cet article Polyuro-polydipsie chez le chien - Causes et que faire de PlanèteAnimal !

Qu'est-ce que la polyurie chez le chien ?

La polyurie est une augmentation de la diurèse au-dessus de la normale, c'est-à-dire une augmentation de la production d'urine. On considère qu'il y a polyurie chez le chien lorsqu'il produit plus de 50 ml d'urine par kilogramme de poids corporel par jour (50 ml/kg/jour). En d'autres termes, pour savoir si votre chien souffre de polyurie, multipliez son poids en kg par 50. Le résultat est le nombre maximum de millilitres d'urine qu'il doit produire par jour. Si le débit urinaire est supérieur à cette valeur, il souffre de polyurie.

La diurèse est régulée par l'hormone antidiurétique ou ADH, qui favorise la réabsorption d'eau au niveau des reins (plus précisément au niveau des tubules rénaux). C'est pourquoi, dans les pathologies où la synthèse ou l'action de cette hormone est altérée, on observe une polyurie.

Qu'est-ce que la polydipsie chez le chien ?

La polydipsie est une consommation accrue d'eau. Chez le chien, on parle de polydipsie lorsque la consommation d'eau dépasse 100 ml par kg de poids corporel par jour (100ml/kg/jour). En d'autres termes, pour calculer si votre chien est polydipsique, multipliez son poids en kg par 100. Le résultat est le nombre maximum de millilitres d'eau qu'il doit boire par jour. Si sa consommation est plus élevée, il sera polydipsique.

Il faut rappeler que la prise d'eau est régulée par le Centre de la soif, situé au niveau hypothalamique. Par conséquent, dans les pathologies dans lesquelles le centre de la soif est stimulé, on observera une polydipsie.

Syndrome de polyuro-polydipsie du chien

Lorsqu'une personne urine plus et boit plus, on dit qu'elle présente un syndrome de polyuro-polydipsie (syndrome PU/PD). En fait, un symptôme donne naissance à l'autre, et vice versa. Autrement dit, si une personne urine davantage, elle devra augmenter sa consommation d'eau pour ne pas se déshydrater. Dans l'autre sens, si un individu boit plus, il urinera également plus pour éviter une surhydratation.

Le plus souvent, la polyurie (augmentation du débit urinaire) est la principale cause de polydipsie (augmentation de la consommation d'eau) secondaire. Néanmoins, bien que cela soit bien moins fréquent, l'inverse peut également se produire, la polydipsie primaire peut aussi finir par entraîner une polyurie secondaire.

À ce stade, il est important de noter que la polyurie et la polydipsie sont des signes cliniques et non des maladies en soi. Lorsqu'un chien présente ces symptômes, il sera nécessaire de diagnostiquer la pathologie à l'origine de ces signes afin de les corriger.

Pourquoi la polyurie et la polydipsie se produisent-elles chez les chiens ?

Causes de la polyurie primaire chez le chien

Deux types de polyurie doivent être différenciés en fonction de l'osmolarité de l'urine.

1. Polyurie aqueuse. Les causes de cette polyurie sont :

  • Diminution de la synthèse et de la sécrétion de l'ADH : comme nous l'avons déjà dit, cette hormone favorise la réabsorption de l'eau au niveau rénal. Si sa synthèse et sa sécrétion diminuent, une quantité moindre d'eau sera réabsorbée dans les tubules rénaux et le volume d'urine augmentera.
  • Absence de réponse rénale à l'ADH : bien que l'ADH soit synthétisée, les tubules rénaux n'y sont pas sensibles et elle ne produit donc pas son effet.

2. Polyurie osmotique : causée par une diminution de la réabsorption de l'eau due à la présence de solutés osmotiquement actifs dans les tubules rénaux, qui ne sont pas réabsorbés et entraînent l'eau.

Causes de la polydipsie primaire chez le chien

  • Les troubles du comportement qui poussent les animaux à boire de manière compulsive.
  • Pathologies qui stimulent le centre de la soif au niveau du système nerveux central.

Polyuro-polydipsie chez le chien - Causes et que faire - Pourquoi la polyurie et la polydipsie se produisent-elles chez les chiens ?

Maladies qui causent une polyurie et une polydipsie chez le chien

1. Polyurie aqueuse

  • Diabète insipide central : il survient chez les jeunes animaux, de cause inconnue (idiopathique) ou secondaire à des lésions du système nerveux central entraînant une réduction de la synthèse et/ou de la sécrétion de l'ADH.
  • Diabète insipide néphrogénique : dû à une absence de réponse à l'ADH. Elle peut être primaire (due à une anomalie rénale congénitale) ou secondaire à d'autres pathologies.

Les pathologies pouvant entraîner un diabète insipide néphrogénique secondaire sont les suivantes :

  • Pyomètre : il s'agit d'une infection purulente au niveau de l'utérus. Les toxines produites par la bactérie à l'origine de l'infection interfèrent avec l'action de l'ADH.
  • Pyélonéphrite : il s'agit d'un processus inflammatoire et infectieux au niveau du bassin rénal dans lequel le flux sanguin vers la médulla rénale augmente, diminuant ainsi son osmolarité et empêchant la réabsorption d'eau dans les tubules rénaux. En outre, les toxines bactériennes peuvent interférer avec l'action de l'ADH.
  • Hyperadrénocorticisme ou syndrome de Cushing : l'excès de glucocorticoïdes diminue la synthèse de l'ADH, interfère avec son action et diminue la perméabilité des tubules rénaux.
  • Hypoadrénocorticisme ou maladie d'Addison : le déficit en minéralocorticoïdes diminue l'osmolarité médullaire rénale, ce qui entrave la réabsorption de l'eau et augmente le volume urinaire.
  • Phéochromocytome : tumeur des glandes surrénales dans laquelle l'excès de catécholamines provoque une hypertension artérielle et une augmentation du débit rénal, entraînant ainsi une polyurie.
  • Hypercalcémie : l'augmentation du calcium dans le sang interfère avec l'action de l'ADH. Une hypercalcémie peut être observée dans les cas de néoplasmes, d'hyperparathyroïdie, de maladie rénale chronique, d'intoxication à la vitamine D et de maladies granulomateuses.
  • Hypokaliémie : une carence en potassium dans le sang diminue la libération d'ADH, réduit l'osmolarité de la médullaire rénale et interfère avec l'action de l'ADH. Une hypokaliémie peut être observée chez les patients souffrant de vomissements/diarrhées, de maladies rénales et de diabète.

2. Polyurie osmotique

  • Diabète sucré : la présence de glucose dans les tubules rénaux empêche la réabsorption de l'eau, ce qui augmente la production d'urine.
  • Maladie rénale chronique : le nombre de néphrons fonctionnels diminue et, par mécanisme compensatoire, les néphrons survivants augmentent leur filtration. En conséquence, les solutés osmotiquement actifs s'accumulent dans les tubules rénaux, empêchant la réabsorption de l'eau et augmentant le débit urinaire.

Il faut se rappeler que la polyurie aqueuse et osmotique entraînera secondairement une polydipsie pour prévenir la déshydratation.

3. Polydipsie

  • Polydipsie psychogène : il s'agit d'un trouble du comportement dans lequel l'animal se met à boire de manière compulsive. Elle peut survenir dans des situations stressantes ou chez des chiens enfermés qui nécessitent une activité physique importante.
  • Tumeurs cérébrales, lésions cérébrales traumatiques ou accidents vasculaires cérébraux : ces affections peuvent stimuler le centre de la soif.
  • Encéphalopathie hépatique : les composés qui devraient être métabolisés par le foie s'accumulent dans le sang et stimulent le centre de la soif.

Il faut également se rappeler que la polydipsie primaire entraînera une polyurie secondaire afin d'éviter une hydratation excessive.

Traitement pour la polyurie et polydipsie du chien

Comme mentionné ci-dessus, la polyurie et la polydipsie sont des symptômes cliniques qui accompagnent certaines maladies. Par conséquent, pour corriger ces signes cliniques, il sera nécessaire de traiter la pathologie qui en est à l'origine :

  • Diabète insipide central : traitement basé sur de la desmopressine, un analogue synthétique de l'ADH.
  • Diabète insipide néphrogénique : traitement basé sur des diurétiques thiazidiques qui diminuent la réabsorption du sodium, ce qui réduit le sodium plasmatique, diminuant la consommation d'eau et, par conséquent, le volume d'urine. Par ailleurs, en cas de diabète néphrogénique secondaire, un traitement spécifique sera nécessaire en fonction de la pathologie primaire. Les infections telles que le pyomètre ou la pyélonéphrite seront traitées par des antibiotiques et des anti-inflammatoires. Le syndrome de Cushing est traité par trilostane (si hypophysaire) ou par surrénalectomie (si surrénale). La maladie d'Addison sera traitée par des glucocorticoïdes (hydrocortisone ou prednisone) et des minéralocorticoïdes (fludrocortisone ou privalate de désoxycorticostérone). Le phéochromocytome sera traité par le phosphate de tocéranyle ou par une surrénalectomie. Les troubles électrolytiques tels que l'hypercalcémie ou l'hypokaliémie doivent être corrigés en traitant les pathologies primaires qui en sont la cause.
  • Diabète sucré : le traitement repose sur l'administration d'insuline, la pratique régulière d'un exercice physique et un régime pauvre en graisses et riche en fibres.
  • Maladie rénale chronique : il n'existe pas de traitement curatif, il faudra donc se limiter à administrer un traitement symptomatique et néphroprotecteur. Ce dernier repose généralement sur l'administration de vasodilatateurs inhibiteurs de l'ECA et sur un régime rénal (pauvre en protéines, en sodium et en potassium, et riche en acides gras oméga-3, en fibres solubles et en antioxydants).
  • Polydipsie psychogène : éviter les facteurs de stress qui déclenchent une consommation compulsive d'eau.
  • Encéphalopathie hépatique : généralement causée par des shunts portosystémiques fermés chirurgicalement.

Cet article est purement informatif, sur PlanèteAnimal nous n'avons pas les compétences pour prescrire des traitements vétérinaires ni réaliser aucun diagnostic. Nous vous invitons à amener votre animal chez le vétérinaire s'il présente les symptômes d'une fébrilité ou d'une maladie.

Si vous souhaitez lire plus d'articles semblables à Polyuro-polydipsie chez le chien - Causes et que faire, nous vous recommandons de consulter la section Autres problèmes de santé.

Bibliographie
  • Chew, D.J. (2012). Abordaje a la poliuria y la polidipsia. En Nefrología y urología canina y felina (pp. 603-613). Multimedica.
  • Cortadellas, O. (2010). Poliuria/Polidipsia. En Manual de urología y urología canina (pp. 11-19). Servet Editorial.
  • Suárez, M.L., Giné, J., Menes, I. (2012). Aproximación diagnóstica del paciente con poliuria/polidipsia. Asociación de Veterinarios Españoles Especialidados en Pequeños Animales

Écrire un commentaire

Ajouter une image :
Clique pour ajouter une photo à ton commentaire
Qu'avez-vous pensé de notre article?

Polyuro-polydipsie chez le chien - Causes et que faire
1 sur 2
Polyuro-polydipsie chez le chien - Causes et que faire

Retour en haut