Maladies respiratoires

Mon chien respire fort - Causes et traitement

 
Cristina Pascual
Par Cristina Pascual. Actualisé: 6 septembre 2023
Mon chien respire fort - Causes et traitement
Chiens

Voir les fiches de Chiens

Un chien qui respire fort peut-être tout à fait normal, si par exemple vous rentrez tout juste d'une promenade ou s'il vient de se dépenser en faisant de l'exercice. En revanche, si vous avez un chien qui respire vite au repos ou un chien qui respire vite en dormant, il peut s'agit d'une pathologie des voies respiratoires, des voies supérieures ou inférieures, ou d'une pathologie cardiaque. D'autres causes peuvent être l'obésité, l'anémie, l'intoxication, le coup de chaleur et l'électrocution.

La dyspnée est un signe clinique consistant en l'apparition d'une respiration rapide chez le chien. Chez le chien, ce signe se manifeste d'abord par une respiration nasale forte et gênante et une ouverture prononcée des narines. La dyspnée se manifeste généralement aussi par un halètement, une augmentation de la fréquence respiratoire et une cyanose des muqueuses. Si vous vous demandez pourquoi mon chien respire vite, nous vous recommandons la lecture de cet article Mon chien respire fort de PlanèteAnimal.

Bonne lecture !

Cela pourrait aussi vous intéresser : Chien qui respire vite au repos - Causes et traitements

Index

  1. Pathologies des voies respiratoires supérieures
  2. Pathologies des voies respiratoires inférieures
  3. Pathologies affectant la fonction respiratoire
  4. Pathologies cardiaques
  5. Autres causes possibles chez un chien qui respire fort
  6. Mon chien respire fort et boit beaucoup
  7. Mon chien respire vite et tire la langue

Pathologies des voies respiratoires supérieures

Ce groupe comprend les pathologies affectant les voies aériennes supérieures, c'est-à-dire la cavité nasale, le larynx et la trachée. En général, ces pathologies provoquent une dyspnée inspiratoire, c'est-à-dire que le problème se pose pendant la phase d'inspirations. Voici les pathologies :

  • Syndrome brachycéphale : il s'agit d'une malformation des voies respiratoires supérieures affectant les chiens brachycéphales (au crâne élargi et aplati) tels que le bouledogue, le carlin ou le shih tzu. Les malformations qui peuvent se produire avec ce syndrome comprennent la sténose des narines, l'allongement du palais mou, le collapsus laryngé et l'hypoplasie trachéale. Tous ces facteurs ont tendance à entraver le passage de l'air dans les voies respiratoires, ce qui entraîne une respiration rapide du chien, forcée et difficile. Il est même possible de constater dans le cas de ce syndrome chez un chien qui halète vite, des bruits de cochon ou des petits ronflements.
  • Obstruction par des corps étrangers : tels que des os, des morceaux d'aliments, une balle... Lorsque les corps étrangers obstruent complètement les voies respiratoires, une asphyxie grave se produit. Cependant, lorsqu'elles ne s'obstruent que partiellement, on peut observer une respiration forte et difficile émise par le chien.
  • Autres causes d'obstruction : toutes les pathologies qui provoquent une obstruction ou un rétrécissement des voies aériennes supérieures, entravent le passage de l'air et provoquent une dyspnée. Il s'agit notamment de l'œdème de la glotte, du collapsus laryngé ou trachéal, de la paralysie laryngée et des masses ou tumeurs nasales, laryngées et trachéales.

Traitement des pathologies des voies respiratoires supérieures

Dans la plupart des cas, la solution au problème d'un chien qui a du mal à respirer passe par un traitement chirurgical. Toutefois, un traitement médical complémentaire, à base de corticostéroïdes, d'antitussifs, de bronchodilatateurs et/ou de tranquillisants, est parfois nécessaire.

Pathologies des voies respiratoires inférieures

Ce groupe comprend les pathologies affectant les voies respiratoires inférieures, plus précisément les bronches, les poumons et la plèvre. En général, ces pathologies produisent une dyspnée de type expiratoire, c'est-à-dire que le problème est lié à la phase d'expulsion de l'air par les poumons. Il est donc fréquent de constater qu'un chien qui respire fort par le nez le fait, car il ne peut pas respirer normalement. Voici les pathologies :

  • Pathologies bronchiques : en cas de bronchite, on observe une bronchoconstriction (rétrécissement des bronches) et une accumulation d'exsudat au niveau des bronches, ce qui entrave le passage de l'air et provoque l'apparition de difficultés respiratoires. Il en va de même pour les tumeurs qui affectent la paroi des bronches, car elles réduisent l'espace des conduits et finissent par entraver le passage de l'air.
  • Pathologies pulmonaires : toute pathologie qui affecte de façon diffuse le parenchyme pulmonaire, surtout si elle est bilatérale, entraîne l'apparition de la dyspnée. Ce groupe comprend, entre autres, l'œdème pulmonaire (présence de liquide à l'intérieur des alvéoles pulmonaires), les tumeurs pulmonaires étendues, les pneumonies ou bronchopneumonies bilatérales, la fibrose pulmonaire et l'emphysème pulmonaire.
  • Pathologies pleurales : la plèvre est la membrane séreuse qui entoure les poumons et la cavité thoracique. Lorsque l'espace pleural est rempli d'air (pneumothorax) ou de liquide (épanchement pleural), il se produit une compression du parenchyme pulmonaire, ce qui l'empêche de se distendre correctement pendant la respiration. En conséquence, la respiration devient pénible et difficile.

Traitement des pathologies des voies respiratoires inférieures

Dans ces cas-là, le traitement peut varier et dépend de la pathologie spécifique provoquant une difficulté respiratoire, chez votre chien a une respiration bruyante. Voici les principales pathologies :

  • La plupart de ces pathologies nécessitent un traitement pharmacologique qui, selon le processus, peut inclure des antibiotiques, des diurétiques, des bronchodilatateurs ou des corticoïdes par inhalation.
  • Si nécessaire, un traitement symptomatique avec des médicaments mucolytiques, des antitussifs ou une oxygénothérapie peut être utilisé.
  • Dans la plupart des processus chroniques, il est conseillé de contrôler le régime alimentaire pour favoriser la perte de poids, car cela réduit la pression de l'abdomen sur le thorax, diminuant ainsi le travail de la respiration et augmentant la capacité thoracique.
  • Dans certains cas, comme les tumeurs pulmonaires ou les pathologies pleurales, un traitement chirurgical est nécessaire.

Pathologies affectant la fonction respiratoire

En plus des maladies décrites dans les sections précédentes, il existe d'autres pathologies qui ne trouvent pas leur origine dans le système respiratoire, mais qui peuvent néanmoins affecter la fonction respiratoire. Dans ce groupe, on trouve :

  • Contraction insuffisante des muscles respiratoires : la contraction des muscles respiratoires permet l'ouverture de la cage thoracique pour une bonne ventilation du poumon. Cependant, lorsqu'il existe une lésion au niveau du centre respiratoire, au niveau des racines nerveuses qui innervent les muscles respiratoires ou au niveau des muscles respiratoires eux-mêmes (myosite, dystrophie, atrophie, etc.), cette musculature se contracte de façon insuffisante, entraînant une respiration pénible et forcée. Cette situation peut également se produire en cas de douleurs thoraciques aiguës (comme un traumatisme thoracique ou une pleurite) ou en cas de pathologies neuromusculaires affectant les muscles respiratoires, comme le tétanos ou la myasthénie.
  • Les pathologies extrathoraciques : ce sont des pathologies situées en dehors de la cavité thoracique, mais qui peuvent affecter la fonction respiratoire. En général, il s'agit de pathologies de la cavité abdominale qui compriment le diaphragme et l'empêchent de se rétracter pendant l'inspiration, ce qui rend difficile la distension des poumons au moment de l'inspiration. Chez le chien, elle peut survenir en cas d'ascite (accumulation de liquide dans la cavité abdominale), de dilatation/torsion gastrique ou de hernie diaphragmatique.

Traitement de ces pathologies

Comme vous vous en doutez, le traitement des causes décrites dans cette section varie également en fonction de la pathologie spécifique :

  • En cas de myosite ou de pathologies neuromusculaires, comme le tétanos ou la myasthénie, un traitement pharmacologique est nécessaire. Par ailleurs, en cas de douleur thoracique aiguë, un bon traitement analgésique et symptomatique est essentiel.
  • Dans d'autres cas, tels que la dilatation/torsion gastrique ou les hernies diaphragmatiques, un traitement chirurgical est nécessaire.

Pathologies cardiaques

Un chien qui respire fort peut être atteint d'une pathologie cardiaque. La détresse respiratoire peut survenir aussi bien dans les pathologies qui provoquent une insuffisance cardiaque gauche que dans celles qui entraînent une insuffisance cardiaque droite :

  • Insuffisance cardiaque gauche : la dyspnée survient à la suite de l'apparition d'un œdème pulmonaire (accumulation de liquide dans les alvéoles pulmonaires). Cela se produit, par exemple, chez les chiens présentant une dégénérescence de la valve mitrale ou un canal artériel persistant.
  • Insuffisance cardiaque droite : la dyspnée est causée par un épanchement pleural (accumulation de liquide dans l'espace pleural). Par ailleurs, la dyspnée est souvent aggravée par l'ascite (accumulation de liquide dans la cavité abdominale). Cela se produit, par exemple, en cas de dégénérescence de la valve tricuspide et de cardiomyopathie ventriculaire droite.

Traitement des pathologies cardiaques

Dans ces cas, le traitement doit reposer sur deux choses :

  • D'une part, un traitement spécifique doit être mis en place contre la pathologie primaire à l'origine de l'insuffisance cardiaque. Habituellement, ces pathologies nécessitent un traitement pharmacologique (avec des antiarythmiques, des inotropes, etc.), bien que dans certains cas, comme celui du canal artériel persistant, un traitement chirurgical soit nécessaire.
  • D'autre part, selon qu'il s'agisse d'une insuffisance cardiaque gauche ou droite, il faut corriger respectivement l'œdème pulmonaire ou l'épanchement pleural en cause. En cas d'œdème pulmonaire, des diurétiques doivent être administrés, tandis qu'en cas d'épanchement pleural, il sera nécessaire de drainer l'épanchement par thoracentèse.

Autres causes possibles chez un chien qui respire fort

Toutes les causes décrites ci-dessus peuvent vous amener à remarquer que quelque chose arrive à votre meilleur ami. En effet, un chien qui respire fort en dormant peut s'avérer être une complication à prendre au sérieux. De même, si vous avez un chien qui respire au repos, faites attention ! En plus des étiologies décrites dans les sections précédentes, il existe d'autres causes :

Traitement de ces causes

De même, le traitement de ces causes varie en fonction du processus spécifique.

  • Chez les chiens en surpoids, un régime hypocalorique accompagné d'un plan d'exercice approprié sera nécessaire pour obtenir une perte de poids progressive chez l'animal.
  • En cas d'anémie, un traitement spécifique de la cause primaire sera nécessaire, selon qu'il s'agit d'une anémie hémolytique, hémorragique ou hypoproliférative.
  • En cas d'intoxication, de coup de chaleur ou d'électrocution, il sera essentiel de fournir un traitement symptomatique avec une oxygénothérapie ou une fluidothérapie...

Mon chien respire fort et boit beaucoup

Si vous vous demandez pourquoi mon chien suffoque de temps en temps ou pourquoi mon chien respire fort et boit beaucoup, vous avez ici la réponse. Ne vous inquiétez pas, il peut avoir soif ! Il est crucial de surveiller attentivement votre chien et de lui donner à boire assez souvent, surtout en été.

Attention, car une soif accrue, également appelée polydipsie, peut être due à diverses affections, notamment le diabète, les problèmes rénaux, les infections, les déséquilibres hormonaux... Il est important de noter si votre chien urine fréquemment et en grande quantité en plus de boire beaucoup. Cela peut aider le vétérinaire à déterminer la cause sous-jacente.

Mon chien respire vite et tire la langue

Vous vous demandez pourquoi mon chien est essoufflé au repos, mon chien est essoufflé sans effort ou suffoque de temps en temps ? En plus des causes que nous avons vu dans cet article, votre chiot peut respirer vite à cause du stress.

Les chiens peuvent haleter lorsqu'ils sont stressés, excités ou anxieux. Le halètement chez les chiens est une réponse normale au stress, à l'excitation ou à l'anxiété. Cela aide à réguler leur température corporelle et à libérer du stress. Il peut être accompagné d'autres signes de détresse, tels que des tremblements ou une agitation. Essayez de déterminer la cause de leur stress et de les calmer si nécessaire.

Cet article est purement informatif, sur PlanèteAnimal nous n'avons pas les compétences pour prescrire des traitements vétérinaires ni réaliser aucun diagnostic. Nous vous invitons à amener votre animal chez le vétérinaire s'il présente les symptômes d'une fébrilité ou d'une maladie.

Si vous souhaitez lire plus d'articles semblables à Mon chien respire fort - Causes et traitement, nous vous recommandons de consulter la section Maladies respiratoires.

Bibliographie
  • Nelson, R., Couto, C. (2010). Medicina interna de pequeños animales. Elsevier/Mosby

Vidéos en lien avec Mon chien respire fort - Causes et traitement

1 sur 3
Vidéos en lien avec Mon chien respire fort - Causes et traitement

Écrire un commentaire

Ajouter une image
Clique pour ajouter une photo à ton commentaire
Qu'avez-vous pensé de notre article?
Mon chien respire fort - Causes et traitement