menu
Partager

Mammifère placentaire - Classification, caractéristiques et exemples

 
Par Ana Diaz Maqueda, Biologiste spécialisée en éthologie. 23 novembre 2020
Mammifère placentaire - Classification, caractéristiques et exemples

Les mammifères sont un groupe de vertébrés qui ont évolué durant plus de 200 millions d'années, donnant naissance à une très large variété de formes et de tailles comme réponse adaptative aux différents styles de vie et environnement où ils se sont développés. Les animaux placentaires sont nés au Crétacé, il y a environ 130 millions d'années. Comme dans tout autre groupe d'animaux, dans cette classe, il existe des tailles aussi variées qu'extrêmes, c'est ainsi qu'on retrouve des petites chauves-souris qui dépassent à peine les 4 grammes ainsi que des animaux, comme la baleine bleue qui pèsent plus de 150 tonnes pour une taille avoisinant les 30 mètres. il y a des espèces qui volent, d'autres qui sont aquatiques et d'autres qui ont des habitudes souterraines. Ils ont peuplé toutes les régions du globe, comme les océans, les zones polaires, les hautes montagnes ainsi que les déserts les plus arides.

Si vous voulez en apprendre plus à propos des mammifères placentaires, leur classification, leurs caractéristiques et les exemples, nous vous invitons à continuer à lire cet article Mammifère placentaire - Classification, caractéristiques et exemples de PlanèteAnimal !

Que sont les mammifères placentaires ?

Les mammifères sont des animaux qui alimentent leurs petits au travers du lait maternel qui vient directement des mamelles de la mère. Ils sont divisés en trois grands groupes : les Metatheria (marsupiaux), groupe dans lequel on retrouve les kangourous, les Protothheria (monotrèmes), groupe dans lequel on retrouve l'ornithorynque et d'autres mammifères qui pondent des œufs, et les Placentalia (placentaires). Tous ensemble, ces trois groupes représentent plus de 5.100 espèces.

Les mammifères placentaires sont des mammifères vivipares et, à la différence des marsupiaux, ils n'ont pas de poche où se développera l'embryon, ce dernier restera dans l'utérus de la mère où il se développera et se nourrira au travers d'un placenta chorioallantoïde.

Le temps de gestation varie pour chaque espèce, et il est généralement plus long chez les mammifères de plus grosse taille, bien qu'il existe des exceptions. La gestation peut durer plusieurs jours, comme c'est le cas des souris qui ont une génération qui dure environ 21 jours, jusqu'à presque plus de 2 ans comme c'est le cas des éléphants. Les petits peuvent naître complètement couverts de poils et avec les yeux ouverts, comme les antilopes, qui en plus sont capables de courir dès leurs premiers instants de vie, ou ils peuvent naître sans poils, avec les yeux fermés et complètement sans défenses, comme de nombreux petits rongeurs.

Mammifère placentaire - Classification, caractéristiques et exemples - Que sont les mammifères placentaires ?

Caractéristiques des mammifères placentaires

Même si les mammifères placentaires forment des groupes très variés, ils partagent certaines caractéristiques communes :

  • Crâne synapside : c'est-à-dire qu'il comporte quelques ouvertures sur le haut où sont insérés les muscles de la mâchoire. Il est équipé de dent de lait dans la jeunesse et durant la première partie de la vie, qui sera remplacée plus tard par la dentition définitive de l'adulte.
  • Ils ont des poils à un certain stade de leur développement et ils peuvent être de deux types : une couche externe, avec des poils plus gros et longs, et une couche interne, composée de poils plus doux et denses. Le poil des mammifères est d'origine épidermique et il est constitué d'une protéine appelé kératine. Ils peuvent être adaptés comme des moustaches ou des vibrisses, qui sont des poils sensoriels qui donnent un sens du toucher, ou chez le porc-épic qui sont des poils adaptés pour la protection.
  • Ils ont une peau avec différentes modifications, car elle est adaptée au type de vie qu'ils ont. Comme leurs poils est composé de chitine, les ongles, griffes et sabots le sont aussi. Ou comme les bois ou les cornes des ruminants, qui sont des gaines d'épidermes creuses couvertes de kératine. Ils ne changent pas, ne muent pas, ne sont pas ramifiés et sont présents chez les deux sexes. D'autre part, les bois présents dans la famille des cerfs sont complètement osseux lorsqu'ils sont complètement formés. Chaque année, ils poussent sous une peau très douce et vascularisée appelée velours. Pendant la saison du rut, ils se déplacent, se grattent contre les arbres et se perdent après chaque saison de reproduction.
  • Les glandes mammaires produisent du lait pour nourrir les petits. Le lait est composé de graisses et protéines qui permet le développement et la croissance de la progéniture. Elles sont présentes chez toutes les femelles et de manière rudimentaire chez les mâles.
  • Ils ont aussi des glandes sudoripares situées sur plusieurs parties du corps et elles n'existent que chez les mammifères. Elles peuvent être encrines, elles sécrètent de la sueur aqueuse qui absorbe la chaleur de la peau et la refroidit, elles se trouvent généralement dans des zones sans poils, ou apocrines, ou dans des zones avec poils et leur sécrétion est plus blanchâtre.
  • Leur alimentation es très variée selon le groupe auquel ils appartiennent, de sorte qu'ils peuvent être carnivores, avec des dents adaptés pour déchirer la viande et des griffes pour attraper leurs proies, herbivores qui se nourrissent de végétaux, insectivores qui se nourrissent de petits invertébrés comme des escargots, des vers ou des fourmis, ou omnivores et aussi bien se nourrir d'animaux que de végétaux.
  • Ils ont un cycle œstral (chaleurs) dans le cas des femelles, c'est-à-dire qu'ils ont un cycle périodique dans lequel ils sont aptes pour féconder, car de nombreux mâles sont capables de s'accoupler à n'importe quel moment de l'année. L'œstrus est divisé en différentes étapes durant lesquelles se produisent des changements au niveau des ovaires, de l'utérus et du vagin, et une phase de préparation, moment durant lequel elle s'accouple car elle est fertile.
Mammifère placentaire - Classification, caractéristiques et exemples - Caractéristiques des mammifères placentaires

Classification des mammifères placentaires

Les placentaires sont une infraclasse de mammifères et c'est le groupe le plus varié des trois groupes de mammifères qui existent. Les euthériens (Eutherios) sont un clade (regroupement) qui inclut les placentaires ainsi que tous les mammifères marsupiaux (Metatheria). Ce groupe est divisé en 18 ordres de mammifères placentaires, tous aussi différents les uns que les autres. A continuation nous allons voir comment se classent les mammifères placentaires et nous verrons également des exemples de chacun d'eux :

  • Xenarthra (29 espèces): ils sont exclusivement américains. On y retrouve les fourmiliers, les fourmiliers et les paresseux. Ils ont des morphologies très variées, comme des corps allongés dans le cas du fourmilier (Tamandua mexicana), qui en plus compte sur un long museau et une longue langue qui lui permet de chasser des fourmis et des termites, ainsi que sur des puissantes griffes avec lesquelles il brise les termitières et les fourmilières. D'un autre côté, les paresseux (Choloepus didactylus) ont aussi des griffes pour grimper et ils comptent sur un métabolisme très lent. Ils sont présents sur l'intégralité du continent américain.
  • Pholidota (7 espèces) : ces anmaux se caractérisent pour avoir le corps recouvert de grandes écailles. Ils ont des puissantes griffes, une queue prehensile et une grande langue collante. Leur représentant est le pangolin (Manis crassicaudata), qui habite en Afrique et en Aise et qui se nourrit de termites et de fourmis. Même s'il existe un seul gerne de pangolins, il y a 7 espèces différentes, elles sont toutes nocturnes et ce sont des animaux solitaires.
  • Lagomorpha (80 espèces) : on y retrouve les lièvres et lapins. Ils ressemblent aux rongeurs pour leurs longues incisives à la croissance continue qui les obligent à ronger constamment. La différence entre les uns et les autres est que les lagomorphes ont deux rangées d'incisives. Ils vivent en Europe, Afrique et Amérique du nord, mais ils ont été introduits dans d'autres continents.
  • Rodentia (2024 espèces) : ils constituent l'ordre le plus large des mammifères placentaires, car ils comprennent plus de la moitié des espèces de mammifères. Ils sont généralement petits et on les retrouve sur la terre entière, spécialement les souris domestiques. Ce sont des espèces qui s'adaptent très bien aux aliments disponibles et aux différents environnements.
  • Macroscelidea (15 espèces) : on y retrouve les musaraignes éléphants comme Elephantulus brachyrhynchus. Ce sont des petits animaux au long museau et aux longues pattes arrières. Elles sont endémiques du contient africain.
  • Primates (236 espèces) : ils sont classifiés en deux grands groupes, d'un côté se trouvent les Strepsirrhini avec les lémures de Madagascar, les galagos d'Afrique et les lors d'Inde et du Sud-Est asiatique, et d'un autre côté se trouvent les Haplorrhini, avec les tarsiers, les singes et les grands singes, parmi eux, l'être humain. Ils sont largement distribués dans le monde entier, de sorte qu'on retrouve les singes d'Amérique Centrale et du Sud (Plathyrrhini), comme le Sapajou à dos rouge (Saimiri oerstedii) ou le hurleur noir (Aloutta caraya) et les singes et grands-singes d'Afrique, d'Europe et d'Asie, comme le macaque rhésus (Macaca mulatta), le chimpanzé commun (Pan troglodytes) ou l'humain (Homo sapiens).
  • Scandentia (19 espèces) : ce sont les musaraignes arboricoles, présentes dans les jungles du Sud-Est asiatique. Ces mammifères placentaires sont adaptés pour la vie dans les arbres, car ils possèdent une longue queue et des petites griffes pour grimper.
  • Dermoptera (2 espèces) : ils ont des membranes semblables à celles des chauves-souris, mais leur anatomie différente. Ce sont des planeurs arboricoles relativement grand, ils se nourrissent de pousses, fruits, feuilles et fleurs, comme le galéopithèque de Temminck ou Colugo de Malaisie (Cynocephalus variegatus).
  • Chiroptera (928 espèces) : les chauves-souris sont les seuls mammifères qui ont un vol actif, car elles ont de véritables ailes. Elles sont présentes sur tous les continents, à l'exception de l'Antarctique. Elles sont équipées d'écholocalisation qui leur permet de se déplacer dans l'obscurité. Certaines sont pollinisatrices, d'autres sont insectivores, frugivores et certaines, qu'on appelle les chauves-souris vampires, s'alimentent de sang.
  • Carnivora (271 espèces) : ce sont des animaux présents sur la terre entière. On y retrouve les phoques, les éléphants marins, les morses et les lions marins. Ces espèces habitent dans presque toutes les mers, mais elles sont spécialement regroupées dans les eaux froides proches des pôles, car s'y trouvent beaucoup de poissons et de crustacés. De manière générale, ils ont un corps maladroit et lourd sur la terre ferme, mais ce dernier est d'une grande agilité dans l'eau. D'un autre côté, on retrouve les félidés, comme les chats, panthères, lions et les léopards, et les canidés, comme les renards, chiens et loups, qui se caractérisent pour leur corps agile, leur colonne vertébrale flexible et des extrémités spécialisées pour la course, car ils doivent capturer leur proie pour obtenir leur nourriture. On y retrouve également les mustélidés, comme les loutres, visons et les mouffettes, les ursidés, famille des ours, les procyonidés, comme les ratons laveurs, les coatis et les pandas, les viverridés, qui sont les genettes, les civettes, les mangoustes, les suricates, et les hyénidés, qui sont les hyènes. Au sein de ce groupe il existe une seule espèce principalement végétarienne : le panda.
  • Insectivora (429 espèces) : c'est l'ordre le plus primitif des mammifères placentaires, car ces espèces conservent de nombreuses caractéristiques des anciens insectivores qui habitaient au côté des dinosaures. Ils sont représentés par des animaux comme la musaraigne (Crocidura leucodon) présente en Asie, le hérisson (Erinaceus europaeus) d'Europe, d'Asie, d'Afrique et qui a été introduit en Nouvelle Zélande, et la taupe Talpa europaea présente en Amérique du Nord, Europe et Asie.
  • Artiodactyla (220 espèces) : possède un nombre pair de doigts (2 ou 4) qui sont couverts par une couche cornée appelée sabot. On trouve des artiodactyles ruminants, tels que les bœufs, les élans, les buffles, les gazelles et les girafes, qui se caractérisent par un estomac à plusieurs chambres, par leur manière de digérer basée sur la rumination et par la présence de bois qu'ils utilisent comme moyen de défense. Les artiodactyles non ruminants comprennent les hippopotames et les porcs. D'autre part, les camélidés (chameaux, dromadaires, vigognes, alpagas, guanacos et lamas), par exemple, se sont adaptés à des environnements extrêmes, tels que les hautes altitudes ou les climats arides. Ils sont présents en Amérique et en Afrique.
  • Cetacea (78 espèces) : les cétacés sont les seuls mammifères qui passent leur vie exclusivement dans l'eau. On retrouve dans ce groupe les dauphins, cachalots et les baleines. Le corps des cétacés est volumineux et ils se propulsent grâce à la musculature de leur nageoire caudale, qui est grande et charnue. Ils sont dépourvus de poils à l'exception de quelques-uns qui sont tactiles et qui se trouvent près de la bouche, raison pour laquelle pour s'isoler du froid ils comptent sur une épaisse couche de graisse épaisse de plusieurs centimètres.
  • Tubulidentata (1 espèce) : ici se trouve le Oryctérope du Cap (Orycteropus afer). Il se nourrit exclusivement des insectes comme des termites. Il a une salive collante et une longue langue avec laquelle il les attrape. Il habite les prairies ou les forêts. Il est natif d'Afrique.
  • Perissodactyla (18 espèces) : cet ordre inclut les animaux de grande taille dont les pattes possèdent un nombre impair de doigts qui est recouvert d'un sabot corné. Le représentant le plus connu est le cheval. D'autres espèces de cet ordre sont les ânes, zèbres, tapirs et rhinocéros. Ils vivent en Amérique, Afrique, Asie et Europe.
  • Hyracoidea (6 espèces) : ils ont des similitudes avec les éléphants et d'autres groupes de mammifères placentaires, néanmoins, leur forme et coutumes sont similaires à celles des rongeurs. On retrouve dans ce groupe les damans (Procavia capensis), qui habitent en Afrique et qui sont adaptés à n'importe quel type d'environnement, ils sont généralement herbivores.
  • Proboscidea (2 espèces) : on retrouve ici l'éléphant qui possède un proboscis ou une trompe qui naît de la fusion du nez avec la lèvre supérieure et qui est utilisée pour respirer, sentir ainsi que comme organe préhensile. De nos jours ce groupe est représenté par deux espèces : l'éléphant asiatique et l'éléphant africain. La femelle de l'éléphant asiatique n'a pas de défenses et le mâle les a moins développés que l'Africain. Leurs oreilles sont petites et triangulaires. L'éléphant africain, à l'inverse, a de grandes oreilles. Tous les éléphants sont exclusivement herbivores.
  • Sirenia (5 espèces) : ce sont les mammifères placentaires qui, au côté des cétacés et pinnipèdes, ont peuplé l'environnement aquatique. Ils vivent vers les côtes ou les fleuves abondants en plantes aquatiques, car leur alimentation est exclusivement herbivore. En raison de la disparition de leurs extrémités postérieures, ils nagent en utilisant leur énorme queue et les extrêmités antérieures qui se sont transformées en nageoires. Représentants de cet ordre sont le lamentin Trichechus manatus qui habite en Amérique et Afrique, et le dugong Dugong dugon qui vit en Afrique, Asie et Australie.

Si vous souhaitez lire plus d'articles semblables à Mammifère placentaire - Classification, caractéristiques et exemples, nous vous recommandons de consulter la section Curiosités du monde animal.

Bibliographie
  • Archibald, J. D. (2012). Eutheria (Placental Mammals). In: Encyclopedia of Life Sciences (ELS). 1-5 pp.
  • Hickman, C. P., Ober, W. C. & Garrison, C. W. (2006). Principios integrales de zoología, 13ª edición. McGraw-Hill-Interamericana, Madrid. 1022 pp.
  • Kardong, K. V. 2007. Vertebrados: Anatomia comparada, funcion y evolucion. 4. ed. Madrid (España). McGraw Hill. 2007. 782 p.

Photos de Mammifère placentaire - Classification, caractéristiques et exemples

Écrire un commentaire

Ajouter une image :
Clique pour ajouter une photo à ton commentaire
Qu'avez-vous pensé de notre article?

Mammifère placentaire - Classification, caractéristiques et exemples
1 sur 28
Mammifère placentaire - Classification, caractéristiques et exemples

Retour en haut