menu
Partager

Maladies les plus mortelles chez le chat

 
Par Laura García Ortiz, Vétérinaire spécialisée en médecine féline. 17 décembre 2021
Maladies les plus mortelles chez le chat

Voir les fiches de Chats

Les chats peuvent souffrir de maladies mortelles ou assez graves si elles ne sont pas diagnostiquées et traitées à temps, notamment lorsqu'ils sont très jeunes, très âgés ou immunodéprimés. Nombre de ces maladies sont infectieuses et peuvent être évitées grâce à un programme de vaccination adéquat, tandis que d'autres peuvent être diagnostiquées précocement lors de contrôles de routine à la clinique vétérinaire. La médecine préventive est donc cruciale pour éviter les maladies les plus mortelles chez les chats.

Continuez à lire cet article de PlanèteAnimal pour connaître les maladies les plus mortelles chez les chats domestiques et errants : cancer, leucémie féline, immunodéficience féline, rhinotrachéite féline, insuffisance rénale, péritonite infectieuse féline et rage.

Cela pourrait aussi vous intéresser : Les maladies les plus fréquentes chez le berger allemand

Liste des maladies les plus mortelles chez le chat

Voici la liste des sept maladies les plus mortelles chez le chat que nous allons vous présenter ci-dessous dans notre article :

  1. Cancer
  2. Leucémie féline
  3. Immunodéficience féline ou FIV
  4. Rhinotrachéite virale féline
  5. Insuffisance rénale
  6. Péronite infectieuse du chat ou PIF
  7. Rage

Cancer

Le cancer est une maladie mortelle du chat. Il ne s'agit pas seulement d'une maladie au taux de mortalité élevé, c'est aussi l'une des plus courantes chez les chats. Le cancer, ou prolifération cellulaire incontrôlée due à une mutation génétique d'un ou de plusieurs types de cellules dans un endroit particulier, peut être véritablement mortel, en particulier les cancers ayant la capacité de se propager par le sang vers d'autres organes voisins tels que le poumon, le rein ou l'os (métastases). Le Flint Animal Cancer Center affirme qu'un chat sur cinq développera un cancer au cours de sa vie, surtout lorsqu'il est âgé.

Chez le chat, les tumeurs les plus courantes sont les lymphomes, associés ou non au virus de la leucémie féline, ainsi que le carcinome épidermoïde, la tumeur mammaire, l'adénocarcinome intestinal, le fibrosarcome, l'ostéosarcome et le mastocytome.

Traitement

Le traitement du cancer chez le chat dépend du type de cancer et de la présence ou non de métastases à distance. Dans le cas de tumeurs résécables, le traitement consistera en une ablation chirurgicale complète avec ou sans chimiothérapie.

Si les métastases ne sont pas encore apparues, la meilleure option est une chimiothérapie utilisant des médicaments cytotoxiques spécifiques au cancer. Pour le lymphome félin, il existe plusieurs protocoles qui associent ces médicaments pour tuer les cellules tumorales qui se divisent rapidement, comme le protocole CHOP ou COP. Pour d'autres cancers, tels que le carcinome spinocellulaire, la cryochirurgie peut être utilisée, tandis que pour d'autres, l'utilisation de la radiothérapie ou de l'électro chimiothérapie peut également améliorer l'espérance de vie du chat affecté.

Si des métastases sont présentes et que le cancer est déjà très avancé, le pronostic est très mauvais et beaucoup de chats ne supporteront pas la chimiothérapie, car ils sont particulièrement faibles et leurs organes sont très atteints, dans ces cas-là seul un traitement symptomatique peut être donné pour essayer d'améliorer leur qualité de vie.

Maladies les plus mortelles chez le chat - Cancer

Leucémie féline

La leucémie féline est une maladie infectieuse causée par un rétrovirus, le virus de la leucémie féline, qui a la capacité de s'intégrer dans le génome des cellules félines, restant longtemps latent et sans symptômes chez le chat.

Cependant, dans certaines conditions, le virus peut se réactiver en provoquant chez le chat des signes cliniques résultant d'une immunosuppression, des signes reproductifs, des signes hématologiques, des tumeurs (lymphomes et leucémies), des maladies à médiation immunitaire et des altérations des cellules du système hématopoïétique, tandis que dans d'autres cas, après l'infection, il se produit une forme aiguë qui peut tuer rapidement le chat, surtout ceux de moins de 5 ans.

Traitement

La thérapie de la leucémie féline vise à maintenir le chat avec une bonne qualité de vie et à gérer l'immunosuppression et les pathologies causées par le virus. Ainsi, le traitement symptomatique par des multivitamines, des stimulants de l'appétit ou des anabolisants, l'utilisation d'antibiotiques pendant une période plus longue en cas d'infections dues à l'immunosuppression, les transfusions sanguines en cas d'anémie grave, l'augmentation des défenses du chat avec des antiviraux et des immunomodulateurs tels que l'interféron oméga félin (dose de 10⁶ UI/kg par jour pendant 5 jours), la chimiothérapie si des tumeurs sont présentes, les corticoïdes dans les maladies à médiation immunitaire et la thérapie spécifique pour les autres pathologies qui peuvent survenir.

FIV ou Immunodéficience féline

L'immunodéficience féline, aussi appelée FIV ou Sida du chat, est une autre maladie mortelle du chat, qu'il soit errant ou domestique, car elle est très infectieuse. Elle est causée par un lentivirus qui se transmet par contact très étroit par le sang et la salive, les morsures et les blessures, et est particulièrement fréquente chez les chats errants en raison des bagarres pour les femelles ou les territoires.

Après l'infection, le virus produit une virémie (virus dans le sang) qui provoque une réponse immunitaire chez le chat, après quoi il passe à une phase subclinique qui peut durer des années, mais qui détruit progressivement les lymphocytes T CD4+ du chat jusqu'à ce que leur niveau atteigne un minimum, auquel cas le syndrome d'immunodéficience acquise ou SIDA apparaît, rendant le chat très sensible aux infections et aux maladies à médiation immunitaire, buccales et respiratoires, et augmentant considérablement les taux de mortalité.

Traitement

Comme pour le virus de la leucémie, il n'existe pas non plus de médicament spécifique contre ce virus, l'objectif du traitement étant de stabiliser le chat, de maintenir une bonne qualité de vie et de gérer correctement les complications et les conséquences de l'immunosuppression.

L'utilisation de l'interféron oméga recombinant félin peut également être utile pour ses propriétés immunomodulatrices et antivirales, ainsi que l'utilisation de complexes vitaminiques comprenant de l'huile d'onagre. Les infections secondaires doivent être contrôlées rapidement par une antibiothérapie, qui est souvent prolongée en raison de l'immunosuppression.

Rhinotrachéite virale féline

La rhinotrachéite virale féline est une maladie mortelle du chat, elle est causée par l'herpès virus félin de type I (HVF-1), un microorganisme qui a la capacité de rester latent dans les cellules du chat infecté et qui se transmet par les sécrétions entre chats, les objets contaminés comme les vêtements ou les mains.

Elle provoque généralement des symptômes touchant les voies respiratoires supérieures, avec des écoulements nasaux, des éternuements, une rhinite, de la fièvre, une conjonctivite, une kératite, des ulcères cornéens, une protrusion de la troisième paupière et des séquestres cornéens, qui ne sont pas mortels chez les individus immunocompétents. Cependant, les jeunes chatons sont particulièrement vulnérables, car le virus peut provoquer une pneumonie avec une virémie grave entraînant une mort fulgurante.

Traitement

Le traitement de la maladie herpès virale féline repose sur l'utilisation d'antiviraux, le plus efficace étant le famciclovir, la dose prescrite doit être de 40 mg/kg pendant trois semaines, cette dose étant plus élevée (62,5 mg/kg) chez les chatons et les chats souffrant d'insuffisance rénale.

En présence d'ulcères cornéens, la tobramycine doit être utilisée comme antibiotique topique à large spectre, comme triple antibiotique oculaire ou comme antibiotique plus sélectif pour les ulcères infectés ou compliqués. Lorsque la kératite ulcéreuse est chronique et qu'un séquestre cornéen est apparu, une chirurgie de la cornée doit être pratiquée. Des anti-inflammatoires et la L-lysine peuvent également être administrés pour inhiber l'arginine, nécessaire à la réplication du virus, bien que les études les plus récentes mettent en doute leur efficacité.

Maladies les plus mortelles chez le chat - Rhinotrachéite virale féline

Insuffisance rénale

Les maladies rénales sont une autre maladie mortelle du chat, les insuffisances rénales chroniques étant particulièrement fréquentes chez les chats de plus de 7 ans et les maladies rénales aiguës chez les jeunes chats. Elle fait suite à un empoisonnement, une déshydratation, une infection ou diverses maladies. La perte, plus ou moins importante, de la capacité de filtration rénale est très grave, car les toxines filtrées par le rein restent dans l'organisme, entraînant une augmentation de la pression artérielle et des déséquilibres électrolytiques, provoquant des dommages et des signes cliniques associés qui peuvent mettre fin à la vie de votre petit félin.

Traitement

Le traitement des maladies rénales dépend du caractère aigu ou chronique de la maladie. Ainsi, le traitement de la forme aiguë comprend les éléments suivants :

  • Contrôle de la déshydratation par la fluidothérapie.
  • Ajout de gluconate de calcium ou de bicarbonate de sodium pour contrôler le potassium.
  • Contrôlez les vomissements et les nausées avec des antiémétiques.
  • Traitez la pyélonéphrite (infection des reins) par des antibiotiques.
  • Administrer une alimentation forcée aux chats anorexiques.
  • Dialyse péritonéale ou hémodialyse en cas d'insuffisance rénale sévère.

D'autre part, le traitement de l'insuffisance rénale chronique doit comprendre la thérapie suivante :

  • Contrôle de la protéinurie avec des inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine (ECA) (bénazépril ou énalapril).
  • Restriction du phosphore alimentaire ou utilisation de chélateurs du phosphore et utilisation d'un régime rénal dans les stades avancés.
  • Nutrition forcée chez les chats anorexiques.
  • Traitement de l'hypertension avec l'amlodipine.
  • Supplémentation en potassium dans les stades avancés et chez les chats pauvres en phosphore.
  • Traitement de l'anémie grave par l'érythropoïétine.
  • Contrôle de la déshydratation par la fluidothérapie.

Péritonite infectieuse du chat

La péritonite infectieuse féline, ou PIF, est la plus mortelle des maladies infectieuses du chat et celle dont le pronostic est le plus sombre. Il s'agit d'une maladie mortelle dans presque tous les cas et il n'existe aucun traitement efficace disponible dans le commerce. Elle est causée par le coronavirus entérique félin lorsqu'il mute, ce qui se produit chez environ 20 % des chats infectés par ce virus intestinal. Lorsque cette mutation se produit, le virus ne se maintient pas seulement dans l'intestin, mais a la capacité d'infecter les macrophages et les monocytes, qui sont des cellules du système immunitaire et est distribué dans tout le corps.

En fonction de la compétence du système immunitaire à médiation cellulaire du chat, la maladie peut ne pas se déclarer, elle peut prendre une forme sèche avec formation de granulomes de pus dans les organes, compromettant leur bon fonctionnement, ou une forme humide beaucoup plus grave et rapide dans laquelle des épanchements de liquide se forment dans la cavité abdominale et/ou thoracique du chat affecté.

Traitement

Il n'existe aucun traitement pour ce virus et l'issue est généralement fatale, mais un traitement symptomatique doit toujours être tenté avec une alimentation riche en protéines, l'utilisation d'enzymes protéolytiques, de complexes vitaminés, le drainage des épanchements dans le cas d'un PIF humide, l'utilisation de corticostéroïdes pour déprimer le système immunitaire humoral et réduire les conséquences vasculaires, l'utilisation de stimulateurs du système cellulaire tels que l'interféron oméga recombinant félin ou l'injection de dexaméthasone dans les cavités pour prévenir l'épanchement.

Ces dernières années, deux principes actifs ont été étudiés qui semblent susceptibles d'être des traitements efficaces contre le PIF : l'inhibiteur de protéase 3C GC376 et l'analogue nucléosidique GS-441524, ce dernier semblant être plus prometteur. Cependant, comme nous l'avons dit, ils sont encore en phase d'étude.

Rage

Bien que rare grâce à la vaccination, le virus de la rage est une maladie mortelle du chat et peut être l'une des maladies félines transmissibles à l'homme. La rage est une zoonose mortelle d'une grande importance pour l'humanité. Les chats peuvent souffrir de la rage et la transmettre à l'homme. Le virus est transmis par la salive à la suite d'une morsure d'un animal infecté et se déplace vers le système nerveux central, provoquant une paralysie flasque due au syndrome du motoneurone inférieur, qui évolue vers une paralysie du motoneurone supérieur et du cortex, provoquant une encéphalite et finalement la mort.

Traitement

Toutes les infections par la rage aboutissent à la mort et chez les animaux, y compris les chats, le traitement est interdit, toujours par euthanasie, en raison du grand risque de santé publique qu'elle représente, car elle peut parfaitement être transmise à l'homme et à d'autres animaux.

Comme nous pouvons le constater, ces maladies mortelles chez le chat n'ont souvent pas de traitement spécifique. La médecine préventive devient donc la meilleure option pour les éviter ou, du moins, pour les diagnostiquer le plus tôt possible.

Cet article est purement informatif, sur PlanèteAnimal nous n'avons pas les compétences pour prescrire des traitements vétérinaires ni réaliser aucun diagnostic. Nous vous invitons à amener votre animal chez le vétérinaire s'il présente les symptômes d'une fébrilité ou d'une maladie.

Si vous souhaitez lire plus d'articles semblables à Maladies les plus mortelles chez le chat, nous vous recommandons de consulter la section Prévention.

Bibliographie
  • Aybar, V., Casamián, D., Cerón, J. J., Clemente, F., Fatjó, J., Lloret, A., Luján, A., Novellas, R., Pérez, D.,Silva, S., Smith, K., Tegles, F., Vega, J., Zanna, G. (2018). Manual Clínico de Medicina Felina. Ed.SM Publishing LTD. Sheffield, UK.

Écrire un commentaire

Ajouter une image :
Clique pour ajouter une photo à ton commentaire
Qu'avez-vous pensé de notre article?
Maladies les plus mortelles chez le chat
1 sur 3
Maladies les plus mortelles chez le chat

Retour en haut