Partager

Ours kodiak

18 juin 2020
Ours kodiak

L'ours kodiak (Ursus arctos middendorffi), également connu sous le nom d'ours géant d'Alaska, est une sous-espèce d'ours brun originaire de l'île de Kodiak et d'autres endroits côtiers du sud de l'Alaska. Ces mammifères se distinguent par leur immense taille et leur remarquable robustesse, étant l'un des plus grands mammifères terrestres du monde, avec l'ours polaire.

Si vous voulez en savoir plus sur ce mammifère géant, nous vous invitons à poursuivre la lecture de cette fiche de PlanèteAnimal, où nous vous parlerons de l'origine, de l'alimentation et de la reproduction de l'ours Kodiak, entre autres caractéristiques. Bonne lecture !

Origine
  • Amerique
  • Etats Unis

Origine de l'ours kodiak

Comme mentionné plus haut, l'ours kodiak est une sous-espèce de l'ours brun (Ursus arctos), une espèce de la famille des Ursidés qui habite l'Eurasie et l'Amérique du Nord et qui compte plus de 16 sous-espèces actuellement reconnues. Plus précisément, les ours Kodiak sont originaires du sud de l'Alaska et des régions sous-jacentes, comme l'île de Kodiak.

À l'origine, l'ours kodiak a été décrit comme une nouvelle espèce d'ours par le naturaliste et taxonomiste zoologique américain C.H. Merriam. Son premier nom scientifique était Ursus middendorffi en hommage à un grand naturaliste d'origine balte nommé Dr. A. Th. Von Middendorff. Quelques années plus tard, après une étude taxonomique détaillée, tous les ours bruns originaires d'Amérique du Nord ont été regroupés en une seule espèce : Ursus arctos

En outre, plusieurs recherches génétiques ont permis de reconnaître que l'ours kodiak est « génétiquement lié » aux ours bruns des États-Unis, y compris ceux qui vivent dans la péninsule de l'Alaska, et aussi aux ours bruns de Russie. Bien qu'aucune étude concluante n'existe encore, en raison de la faible diversité génétique, on estime que les ours kodiak ont été isolés pendant de nombreux siècles (au moins depuis la dernière période glaciaire, qui s'est produite il y a environ 12 000 ans). De même, il n'est pas encore possible de détecter les déficiences immunitaires ou les malformations congénitales dérivées de croisements consanguins chez cette sous-espèce.

Aspect et anatomie de l'ours kodiak

L'ours kodiak est un mammifère terrestre géant, qui peut atteindre une hauteur au garrot d'environ 1,3 mètres. Mais il peut aussi atteindre 3 mètres ses sur deux pattes, c'est-à-dire lorsqu'il acquiert une position bipède. Il se distingue également par sa grande force, les femelles pesant généralement environ 200 kg, tandis que les mâles peuvent dépasser 300 kg de poids corporel. Des ours kodiak mâles pesant plus de 600 kg ont été enregistrés dans la nature, et un individu surnommé « Clyde », qui vivait dans le zoo du Dakota du Nord, a été enregistré pesant plus de 950 kg.

En raison des conditions climatiques défavorables auxquelles il doit faire face, l'ours kodiak stocke 50% de son poids corporel en graisse. Cependant, chez les femelles enceintes, ce chiffre dépasse 60%, car elles ont besoin d'une grande réserve d'énergie pour survivre et allaiter leurs petits. Outre leur taille immense, une autre caractéristique frappante des ours kodiak est leur fourrure dense qui est parfaitement adaptée au climat de leur habitat naturel. En ce qui concerne les couleurs de leur manteau, les ours kodiak présentent généralement des nuances allant du blond et de l'orange au brun foncé. Au cours de leurs premières années de vie, les oursons portent généralement autour du cou un « anneau de naissance » de couleur blanche.

Ces ours géants d'Alaska ont également de grandes griffes très acérées et rétractables qui leur sont indispensables en cas de chute et qui les aident également à se défendre contre d'éventuelles attaques ou luttes de territoire contre d'autres mâles.

Comportement de l'ours kodiak

Les ours kodiak maintiennent souvent un mode de vie solitaire dans leur habitat, ne se retrouvant que pendant la saison de reproduction et lors d'éventuelles disputes territoriales. De plus, comme ils ont une aire d'alimentation relativement petite, puisqu'ils viennent surtout dans les régions où le saumon fraie, il est fréquent de voir des groupes d'ours kodiak le long des cours d'eau de l'Alaska et de l'île de Kodiak. On estime que ce type de « tolérance opportune » peut être un comportement adaptatif, puisqu'en minimisant les luttes pour le territoire dans ces circonstances, ils parviennent à maintenir une meilleure alimentation et, par conséquent, à rester en bonne santé et forts pour se reproduire et donner une continuité à la population.

En termes de nourriture, les ours kodiak sont des animaux omnivores, dont le régime alimentaire va de l'herbe, des racines et des baies d'Alaska au saumon du Pacifique et aux mammifères de taille moyenne à grande comme les phoques, les élans et les cerfs. Ils peuvent également finir par consommer des algues et des invertébrés qui s'accumulent sur les plages après les saisons les plus venteuses. Avec l'avancée de l'Homme sur son habitat, principalement sur l'île de Kodiak, certaines habitudes opportunistes ont été observées chez cette sous-espèce. Lorsque la nourriture devient rare, les ours kodiaks vivant près des villes ou des villages peuvent s'approcher des zones urbaines pour profiter du gaspillage de nourriture.

Les ours ne connaissent pas de véritable hibernation comme d'autres animaux qui hibernent tels que les marmottes, les hérissons et les écureuils. Pour ces grands et robustes mammifères, l'hibernation elle-même impliquerait une énorme dépense d'énergie pour stabiliser leur température corporelle avec l'arrivée du printemps. Mais comme ce coût métabolique serait insoutenable pour l'animal, mettant même sa survie en danger, les ours kodiak n'hibernent pas, mais connaissent une sorte de sommeil hivernal. Bien qu'il s'agisse de processus métaboliques similaires, pendant le sommeil d'hiver, la température corporelle de l'ours ne baisse que de quelques degrés, ce qui permet à l'animal de dormir pendant de longues périodes dans sa grotte, économisant ainsi beaucoup d'énergie pendant l'hiver.

Reproduction de l'ours kodiak

En général, toutes les sous-espèces d'ours bruns, y compris l'ours kodiak, sont monogames et fidèles à leurs partenaires. À chaque saison des amours, chaque individu rencontre son partenaire régulier, jusqu'à ce que l'un d'entre eux décède. De plus, ils peuvent passer plusieurs saisons sans s'accoupler après la mort de leur partenaire habituel, jusqu'à ce qu'ils se sentent prêts à accepter un nouveau partenaire.

La saison de reproduction de l'ours kodiak se situe entre mai et juin, avec l'arrivée du printemps dans l'hémisphère nord. Après l'accouplement, les couples restent généralement ensemble pendant quelques semaines, profitant de ce temps pour se reposer et rassembler une bonne quantité de nourriture. Cependant, les femelles ont un retard d'implantation, ce qui signifie que les ovules fécondés se fixent à la paroi utérine et se développent plusieurs mois après l'accouplement, généralement à l'automne.

Comme la plupart des mammifères, les ours Kodiak sont des animaux vivipares, ce qui signifie que la fécondation et le développement des petits se font dans le ventre de la mère. Les oursons naissent généralement à la fin de l'hiver, pendant les mois de janvier et mars, dans le même terrier où leur mère a passé son sommeil d'hiver. Chaque femelle donne généralement naissance à 2 à 4 petits à chaque naissance, qui pèsent près de 500 grammes et resteront avec leurs parents jusqu'à l'âge de trois ans, bien qu'ils n'atteignent la maturité sexuelle qu'au bout de leurs 5 ans.

Les ours kodiak ont le taux de mortalité des oursons le plus élevé parmi les sous-espèces d'ours bruns, probablement en raison des conditions environnementales de leur habitat et du comportement prédateur des mâles par rapport aux oursons. C'est l'un des principaux facteurs qui entravent l'expansion de son espèce, ainsi que la chasse « sportive ».

État de conservation de l'ours kodiak

Compte tenu des conditions complexes de son habitat et de sa position dans la chaîne alimentaire, l'ours kodiak n'a pas de prédateurs naturels. Comme mentionné, les mâles de cette sous-espèce peuvent eux-mêmes devenir les prédateurs des petits à cause de disputes pour le territoire, mais en dehors de ce comportement, les seules menaces concrètes à la survie des ours kodiak sont la chasse et la déforestation. La chasse « sportive » est malheureusement autorisée sur une base réglementée sur le territoire de l'Alaska. C'est pourquoi la création de parcs nationaux est désormais indispensable pour la conservation de nombreuses espèces autochtones, dont l'ours kodiak, puisque la chasse est interdite dans ces zones protégées.

Photos de Ours kodiak

Articles en relation

Met en ligne la photo de ton Ours kodiak

Mets la photo de ton animal en ligne

Écrire un commentaire sur Ours kodiak

Ajouter une image :
Clique pour ajouter une photo à ton commentaire
Quelle note donneriez-vous à cette fiche de race ?

Ours kodiak
1 sur 5
Ours kodiak

Retour en haut